Casa tomada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Casa tomada est une nouvelle de l’écrivain Julio Cortázar.

Publiée pour la première fois en 1946 dans la revue Anales de Buenos Aires, sous la direction de Jorge Luis Borges, elle a été ensuite incorporée au livre Bestiario de 1951.

Résumé[modifier | modifier le code]

La nouvelle - un exemple de première heure des narrations fantastiques de Cortázar - commence de manière réaliste, et progressivement introduit une ambiance de distorsion des lois de la nature.

Le narrateur et sa sœur, Irene, vivent dans une maison de famille, où sont nés tous leurs ancêtres. Durant la matinée, ils effectuent des actions de ménage et déjeunent à midi précisément. Leur emploi du temps est devenu un rituel : ils sont carrément mécaniques, et leurs mouvements parfaitement synchronisés. Un jour que le narrateur trouve des couvertures de bébé tricotées par sa sœur, alors qu'aucun enfant ne réside dans la maison. Le lendemain, alors qu'il va préparer le maté, le narrateur entend le bruit d'une conversation dans la pièce voisine, il se précipite dans la partie de la maison attribuée à Rosa, et condamne la porte qui mène à la partie du fond de la maison. Les deux personnages sont désemparés: beaucoup de leurs affaires, les livres du narrateur entre autres, sont restées dans la partie du fond. Toutes les nuits, Irene rêve à voix haute, d'une voix de perroquet qui tient éveillé le personnage principal. Au matin, ils reprennent leurs tâches habituelles, trouvant un avantage dans la restriction de leur espace de vie puisqu'ils ont moins à laver. Même en se levant tard, ils finissent tôt leurs taches, ce qui laisse plus de temps à Irene pour tricoter, pendant que lui s'occupe en feuilletant les carnets de timbres de leur père. La journée, la maison est habituellement remplie des bruits de la vie quotidienne, mais la nuit, la maison est silencieuse, tout bruit est intensifié par le silence qui règne. Et une nuit, en se levant pour aller chercher un verre d'eau, le narrateur entend une bruit venant de la cuisine, c'est-à-dire du côté encore non-occupé de la maison. Sans se concerter, les deux protagonistes fuient à l’extérieur de la maison, laissant tout derrière eux, et ferment la porte à clé, clé qu'ils jettent dans les égouts puisque "No fuese que a algùn pobre diablo se le ocurriera robar y se metiera en la casa, a esa hora y con la casa tomada."

Voir aussi[modifier | modifier le code]

The house taken over un opéra composé par Vasco Mendonça pour le festival d'Aix-en-provence en 2013 basé sur la nouvelle Casa tomada.