Breidenbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Breidenbach (homonymie).
Breidenbach
La chapelle d'Olsberg.
La chapelle d'Olsberg.
Blason de Breidenbach
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Volmunster
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Pierrot Fouchs
2014-2020
Code postal 57720
Code commune 57108
Démographie
Population
municipale
342 hab. (2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 13″ N 7° 25′ 25″ E / 49.1369, 7.423649° 08′ 13″ Nord 7° 25′ 25″ Est / 49.1369, 7.4236  
Altitude Min. 252 m – Max. 376 m
Superficie 10,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Breidenbach

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Breidenbach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Breidenbach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Breidenbach

Breidenbach est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine. Le village fait partie du Pays de Bitche, du Parc naturel régional des Vosges du Nord et du bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est implanté en pays découvert, sur le plateau, au confluent de deux ruisseaux peu encaissés, le Breidenbach et le Burbach.

Le village a conservé la même configuration depuis l'époque où a été dressé l'Atlas topographique de comté de Bitche, au milieu du XVIIIe siècle. Cependant, les maisons, toujours non jointives, alors exclusivement implantées au pied des versants pour éviter les fonds humides, se sont installées dans les zones assainies. L'habitat s'est étendu le long des routes qui conduisent à Lengelsheim au sud et à Waldhouse au nord. Enfin l'étang du Breidenbacher Weyer, sur le cours d'eau principal, le Breidenbach, a été asséché.

Ecarts et lieux dits[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Le village doit son nom - Bredebach en 1152, de l'allemand breit (large) et Bach (le ruisseau) - à la présence de trois ruisseaux qui confluent sur son ban, là où la rivière est la plus large.
  • Bredebach (1152), Breitenbach (1172), Preitenbach (1177), Bredenbach (1179), Bretinbach (1207), Breidenbach (1302), Breytembach (1594), Breitenbach (XVIIIe siècle), Breindenbach (1801).
  • Breidebach en francique lorrain[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Simple ferme de la seigneurie de Bitche en 1172, celle-ci est successivement la propriété de l'abbaye cistercienne de Neubourg, près de Haguenau, puis de l'abbaye bénédictine de Bouzonville, qui la possède dans le courant du XIVe siècle. Le village souffre particulièrement de la Guerre de Trente Ans, qui réduit presque à néant le nombre de ses habitants. Une colonie de Picards vient repeupler le hameau d'Olsberg à la fin du XVIIe siècle.

Cultes[modifier | modifier le code]

Du point de vue spirituel, Breidenbach est succursale de la paroisse de Loutzviller dépendante de l'archiprêtre de Hornbach, puis en 1804 de celui de Bitche. La chapelle, dédiée à saint Hubert, est construite en 1779 et agrandie en 1859.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1881 1919 Georges Kieffer    
1919 1935 Jean Mathi    
1935 1940 Jacques Lenel    
1945 1946 Albert Oliger    
1946 1947 Jean Koch    
1947 1956 Aloyse Scheid    
1956 1959 Alphonse Schmitz    
1959 1975 Émile Burgun    
1975 1988 René Lang    
1988 mars 2001 René Riwer    
mars 2001 mars 2008 Éliane Lauer    
mars 2008 en cours Pierrot Fouchs    

Du point de vue administratif, le village fut le chef-lieu de l'éphémère canton de Breidenbach créé en 1790 avant de passer dans celui de Volmunster en 1801.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 342 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
474 427 571 827 948 880 836 813 826
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
808 785 749 715 692 667 661 681 627
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
632 602 604 341 501 455 421 382 376
1990 1999 2005 2006 2010 2011 - - -
324 346 363 364 346 342 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Vues du village
  • Au milieu de l'uniformité des monuments en granite du XXe siècle, une unique stèle terminée par une croix, qui a échappée à la transformation jamais achevée du cimetière, évoque ce que a pu être ici l'art funéraire au XIXe siècle. Taillée dans le grès, peinte en blanc comme les croix de chemin, selon l'habitude régionale, elle date des années 1830. Bordée par des piastres enfilées, elle porte la représentation en demi relief des patrons du défunt : saint Michel pesant une âme dans sa balance et une sainte non identifiée avec l'épée de son martyre dans la main. Aux pieds du Christ, un cœur enflammé dans une nuée rayonnante évoque l'amour de celui-ci pour les hommes.
  • Un calvaire datant du XVIIe siècle est élevé sur l'ancien chemin vers Lengelsheim, dominant le village au sud. Une longue inscription gravée sur le fût droit rappelle que Pierre Druar a été tué par un chariot en avril 1778 et que ses parents ont fait dresser ce pieux souvenir à l'endroit même de l'accident.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Paroissiale dédiée à saint Hubert. Ancienne filiale de Loutzviller ; construction d'une chapelle en 1779, aux frais des habitants, à cause de leur éloignement de l'église mère de Loutzviller ; agrandissement et construction d'une tour aux frais de la fabrique en 1859 ; endommagée pendant la guerre de 1939, 1945 ; restaurée entre 1947 et 1951
  • Chapelle baroque d'Olsberg, dédiée à saint Antoine de Padoue, construite en 1777 aux frais des habitants du village, à cause de leur éloignement de l'église mère de Loutzviller ; clocher construit en 1962 ; pèlerinage à Saint-Antoine de padoue

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geoplatt
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011