Ben Wallace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wallace.
Ben Wallace Portail du basket-ball
BenWallaceDP.jpg
Fiche d’identité
Nom complet Ben Camey Wallace
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (39 ans)
White Hall, Alabama
Taille 2,06 m (6 9)
Poids 108 kg (238 lb)
Surnom Big Ben
Situation en club
Poste Pivot
Carrière universitaire ou amateur
1994-1996 Virginia Union
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1996-1997
1997-1998
1998-1999
1999-2000
2000-2001
2001-2002
2002-2003
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
Bullets de Washington
Bullets de Washington
Bullets de Washington
Magic d'Orlando
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Cavaliers de Cleveland
Cavaliers de Cleveland
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
1,1
3,1
6,0
4,8
6,4
7,6
6,9
9,5
9,7
7,3
6,4
5,1
4,2
2,9
5,5
2,9
1,4
Sélection en équipe nationale **
2002 Drapeau : États-Unis États-Unis

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Ben Camey Wallace (né le à White Hall, Alabama), est un joueur de basket-ball. Ce pivot de 2m06 est l'un des meilleurs défenseurs de l'histoire de la NBA.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ben Wallace a pour mentor Charles Oakley, le pivot expérimenté des Bulls et des Knicks qu'il rencontre dans un camp de basket organisé en Alabama. C'est Oakley qui lui prodiguera des conseils sur le choix de son université et qui lui transmettra sa connaissance du jeu.

Portrait de Ben Wallace.
Ben Wallace sous le maillot des Pistons

Après avoir évolué à l'université de Virginia Union, une école placée en deuxième division de NCAA (le championnat universitaire américain) Ben Wallace se présente à la draft NBA 1996. Jugé trop petit (2m06) pour un joueur évoluant au poste de pivot, il n'est pas drafté. Il est néanmoins signé comme agent libre par les Bullets de Washington peu avant le début de la saison régulière.

Durant trois saisons, Wallace améliore discrètement ses statistiques, passant de 1,1 points et 1,5 rebonds de moyenne durant sa première saison à 6 points, 8 rebonds et 2 contres de moyenne trois ans plus tard. Il est transféré durant l'intersaison 1999 avec Tim Legler, Terry Davis et Jeff McInnis contre Isaac Austin au Magic d'Orlando. Wallace se retrouve dans l'une des équipes les plus faibles de la ligue. Il est titularisé par l'entraîneur Doc Rivers durant toute la saison et est l'un des responsables du bon parcours de l'équipe, qui termine au-delà de toutes les attentes avec 41 victoires. Ben Wallace, le meilleur rebondeur de l'équipe, commence à se faire connaître dans toute la ligue comme un joueur hargneux, travailleur, qui se consacre aux besognes difficiles pour le bien de son équipe.

Durant l'intersaison 2000, le Magic, qui dispose d'une énorme masse salariale libre décide d'acquérir la superstar Grant Hill, des Pistons de Detroit, via un sign and trade : pour maximiser les revenus du joueur, Détroit resigne Hill et le transfère à Orlando. Néanmoins, pour rendre le transfert valide, Orlando doit ajouter quelques joueurs dans l'échange. Joe Dumars, le manager général des Pistons, demande d'inclure Ben Wallace et Chucky Atkins dans le transfert. Orlando accepte, la valeur de Grant Hill (20 points par match en moyenne) étant largement supérieure à celle de Ben Wallace (4 points de moyenne) à l'époque.

Mais contre toute attente, le transfert va largement tourner en faveur de Détroit : Grant Hill enchaîne les blessures au pied dès son arrivée à Orlando, et manque 199 matchs en 3 saisons.

Pour Ben Wallace, c'est l'explosion : il devient au bout de deux saisons à Détroit le meilleur rebondeur et le meilleur contreur de la ligue, une performance seulement réalisée par des légendes : Kareem Abdul-Jabbar, Bill Walton et Hakeem Olajuwon. Il est de plus élu meilleur défenseur de l'année.

Dans les années 2000, il est d'ailleurs considéré comme l'un des seuls pivots, sinon le seul, à pouvoir ralentir Shaquille O'Neal.

En 2003-2004, il est l'un des membres clé d'une équipe qui pratique un jeu défensif rigoureux et remporte le titre à la surprise générale face aux Lakers de Los Angeles. Sa dévotion pour l'équipe lui a valu le titre de cocapitaine avec Chauncey Billups.

Il remporte de nouveau le titre de meilleur défenseur à l'issue de la saison 2005. Il est le seul joueur de l'histoire de la ligue, avec Dikembe Mutombo, à avoir remporté ce titre à quatre reprises. Il devient également le quatrième joueur de l'histoire de la NBA à cumuler plus de douze rebonds et deux contres par match en moyenne pendant cinq saisons consécutives (les trois autres étant Kareem Abdul-Jabbar, Hakeem Olajuwon et Tim Duncan) depuis que la ligue enregistre les contres.

Ben Wallace a également été rendu célèbre de par ses coupes de cheveux afro. Se concentrant principalement sur la défense, Ben Wallace n'a jamais dépassé les 10 points de moyenne par match.

En fin de contrat à Détroit, il rejoint les Bulls de Chicago lors de l'été 2006 en tant qu'agent libre. Lors des matches joués avec les Bulls au Auburn Palace, le stade des Pistons de Détroit, Wallace est copieusement sifflé par les supporters locaux qui ne lui pardonnent pas son départ pour le grand rival : Chicago.

Le 21 février 2008, peu avant la date limite de fin des transferts, Ben Wallace est transféré aux Cavaliers de Cleveland dans un échange de 11 joueurs entre 3 équipes[1].

Le 25 juin 2009, Ben Wallace, Aleksandar Pavlović, un futur second tour de la draft 2010 ainsi que 500 000 $ sont échangés aux Suns de Phoenix contre le pivot Shaquille O'Neal. Les Suns, désireux de faire de la place sous le salary Cap, rachètent le contrat de Wallace pour 10 millions de dollars[2], leur permettant ainsi de faire venir Channing Frye et de resigner Grant Hill. Wallace devient alors agent libre.

Il signe ensuite un contrat avec les Pistons de Détroit et retrouve son ancien club avec lequel il a gagné le championnat NBA 2004. Il annonce en janvier 2012, qu'il prendra sa retraite professionnelle à la fin de cette saison 2011-2012[3].

Statistiques en carrière[modifier | modifier le code]

Années Franchise Matchs Points Passes décisives Rebonds
1996 - 1999 Bullets de Washington 147 520 38 766
1999 - 2000 Magic d'Orlando 81 390 67 665
2000 - 2006 Pistons de Détroit 470 3 717 777 6 048
2006 - 2008 Bulls de Chicago 127 749 278 1 262
2008 - 2009 Cavaliers de Cleveland 78 258 57 525
2009 - 2012 Pistons de Détroit 185 620 220 1 216
Total 1 088 6 254 1 437 10 482
Moyenne 5,7 1,3 9,6

Palmarès[modifier | modifier le code]

En sélection nationale[modifier | modifier le code]

En franchise[modifier | modifier le code]

Wallace avec Georges Bush, un ballon dans les bras, derrière un pupitre. D'autres joueurs sont derrière eux.
Wallace est félicité par le président George W. Bush à la Maison-Blanche à Washington, D.C., après la victoire des Pistons lors des finales NBA en 2004.

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Records NBA[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Cavaliers acquire Ben Wallace in 11-player deal », sur USA Today,‎ 21 février 2008 (consulté le 9 septembre 2010)
  2. Le contrat de Ben Wallace racheté, RDS.ca, 14 juillet 2009.
  3. « Big Ben » ne sonnera plus, sur Basket USA,‎ 7 janvier 2012.