Baobab prison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le « baobab prison » de Wyndham (Australie)

Les baobabs prisons (Boab prison tree) sont, dans le Kimberley en Australie-Occidentale, de vieux baobabs (Adansonia gregorii) au tronc creux qui furent utilisés durant la période coloniale, à la fin du XIXe siècle, pour y enfermer des prisonniers aborigènes.

Arbre prison de Wyndham[modifier | modifier le code]

L'arbre prison de Wyndham (en) est un grand baobab creux qui se trouve à 40 km au sud de cette agglomération, près de la Digger's Rest et du barrage de Moochalabra, sur la route de la River King[1]. Il était jadis connu sous le nom de Hillgrove Lockup (« prison de Hillgrove »), ainsi qu'en témoigne l'inscription gravée dans le tronc[2]. À la fin du XIXe siècle, la police locale y avait aménagé une ouverture donnant accès à une cellule d'une superficie d'environ 9 m2 à l'intérieur du tronc, pouvant contenir jusqu'à 30 personnes[1],[3]. Cet arbre qui atteint 9 m de haut, avec une circonférence de 15 m, était utilisé pour loger les prisonniers en route vers la ville pour y être jugés ; lorsque le nombre de prisonniers était trop important, certains étaient enchaînés au tronc[4].

15° 40′ 30″ S 128° 05′ 07″ E / -15.6751, 128.0853

Arbre prison de Derby[modifier | modifier le code]

Un vieil arbre avec un imposant tronc creusé d'une étroite ouverture, entouré d'une clôture en bois
Le « baobab prison » de Derby (Australie)

À 7 km au sud de Derby, un vieux baobab creux est réputé avoir été utilisé dans les années 1880 comme cellule pour les jeunes aborigènes du Kimberley capturés par les colons et amenés à Derby pour en faire des pêcheurs de perles[5]. Cet arbre serait âgé de plus de 1 500 ans et la circonférence de son tronc atteint 14 m[6] ; il est percé d'une ouverture large de 1 m et haute de 2 m par laquelle entraient les prisonniers[7]. Cet usage est toutefois remis en question[8].

Cet arbre, toujours debout et protégé par une clôture, est devenu une attraction touristique[6],[7],[9].

17° 21′ 03″ S 123° 40′ 12″ E / -17.3507, 123.6699

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

« ... le baobab prison... l'immense creux de son ventre caverneux emprisonnait malgré lui les esclaves indigènes. Cloîtrés comme des bêtes avant d'aller brosser les perles océanes, les aborigènes par fagots de sept, perdaient pour toujours la joie des grands espaces. »

— Marc Lasserre, L'Australie poétique[10].

Cette utilisation du baobab creux est aussi évoquée dans un roman de littérature jeunesse, The Curse of the Crocodile King (« La Malédiction du roi Crocodile »), de Susan Gates[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Giant Bottle Trees », The Queenslander, Brisbane,‎ 26 février 1931, p. 54 (lire en ligne)
  2. (en) « Photographs from M.E. McCombe's nursing days », sur The State Library of South Australia Image Server,‎ ca. 19217-1925 (consulté le 30 mars 2014)
  3. (en) « The Baobab, or West Australian Bottle Tree », The Queenslander, Brisbane,‎ 26 février 1931, p. 29 (lire en ligne)
  4. (en) Suannee Ribber, « A "Boob" in a Baob Tree : A Queer Lock-up », The Sydney Morning Herald,‎ 31 août 1940, p. 9 (lire en ligne)
  5. (de) « Baobab Prison Tree », sur Meb's Reisemagazin,‎ 9 avril 2011 (consulté le 24 mars 2014)
  6. a et b « Derby et l’archipel du Boucanier : ses îles, son histoire et ses grandes marées », sur Site officiel de l'Office du tourisme d'Australie (consulté le 30 mars 2014)
  7. a et b (en) « Boab Prison Tree and Myall's Bore », sur The Sidney Morning Herald,‎ 1 janvier 2009 (consulté le 30 mars 2014)
  8. (en) Vincent Serventy, « Dance of the Boab », The Australian Women's Weekly,‎ 2 février 1966, p. 26-27 (lire en ligne)
  9. Gilbert Demottie, « Ancienne prison », sur routard.com
  10. Marc Lasserre, L'Australie poétique, Books on Demand France,‎ 2010 (lire en ligne), p. 83
  11. (en) Susan gates, The Curse of the Crocodile King, Random House,‎ 2012 (lire en ligne), p. 37 & 211

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Boab Prison Tree, Wyndham » (voir la liste des auteurs)
  • (en) R.M. Blench, « The intertwined history of the silk-cotton and baobab », dans René T. J. Cappers (éditeur), Fields of Change: Progress in African Archaeobotany, Barkhuis,‎ 2007 (lire en ligne)