Astreinte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’astreinte est la condamnation à une somme d'argent, à raison de tant par jour (ou semaine, ou mois) de retard, prononcée par le juge du fond, le juge des référés ou, postérieurement, par le juge de l'exécution, contre un débiteur récalcitrant, en vue de l'amener à exécuter en nature son obligation[1].

Astreinte en droit français[modifier | modifier le code]

Régime de l'astreinte en matière civile[modifier | modifier le code]

Les textes applicables sont les articles 33 à 37 (abrogés) de la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d'exécution et les articles 51 à 53 du décret du 31 juillet 1992 instituant de nouvelles règles relatives aux procédures civiles d'exécution.

Les caractères de l'astreinte[modifier | modifier le code]

L'astreinte est indépendante des dommages-intérêts.

En principe provisoire, c'est-à-dire sujette à révision, ou définitive si le tribunal en a ainsi décidé.

Une astreinte définitive ne peut être ordonnée qu'après le prononcé d'une astreinte provisoire et pour une durée que le juge détermine.

Le prononcé de l'astreinte[modifier | modifier le code]

Tout juge peut ordonner une astreinte pour assurer l'exécution de sa décision. En outre, le juge de l'exécution peut assortir d'une astreinte une décision rendue par un autre juge si les circonstances en font apparaître la nécessité.

La liquidation de l'astreinte[modifier | modifier le code]

L'astreinte, même définitive, est liquidée par le juge de l'exécution, sauf si le juge qui l'a ordonnée reste saisi de l'affaire ou s'en est expressément réservé le pouvoir.

Le montant de l'astreinte provisoire est liquidé en tenant compte du comportement de celui à qui l'injonction a été adressée et des difficultés qu'il a rencontrées pour l'exécuter.

Le taux de l'astreinte définitive ne peut jamais être modifié lors de sa liquidation.

L'astreinte provisoire ou définitive est supprimée en tout ou partie s'il est établi que l'inexécution ou le retard dans l'exécution de l'injonction du juge provient, en tout ou partie, d'une cause étrangère.

La décision du juge est exécutoire de plein droit par provision.

L'astreinte prend effet à la date fixée par le juge, laquelle ne peut pas être antérieure au jour où la décision portant obligation est devenue exécutoire.

Toutefois, elle peut prendre effet dès le jour de son prononcé si elle est assortie d'une décision qui est déjà exécutoire.

La perception de l'astreinte[modifier | modifier le code]

Avant sa liquidation, aucune astreinte ne peut donner lieu à une mesure d'exécution forcée.

Toutefois, la décision qui ordonne une astreinte non encore liquidée permet de prendre une mesure conservatoire pour une somme provisoirement évaluée par le juge compétent pour la liquidation.

Régime de l'astreinte en matière administrative[modifier | modifier le code]

Les textes applicables sont les articles R921-1 à R921-7 du titre II de la partie réglementaire du Code de justice administrative.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique de termes juridiques. Dalloz. 8e édition. page 49

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]