Arab Investigation Centres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Arab Investigation Centres (« Centres d'enquêtes arabes ») étaient des centres où les autorités britanniques interrogaient les suspects arabes de la Palestine mandataire en recourrant à des méthodes de torture telles que le waterboarding. Leur existence est mal connue du fait de la rareté des sources anglaises, israéliennes, et même arabes, et beaucoup de ce que l'on en sait provient de courriers anglais portant sur ce sujet. En tout état de cause, la création de ces centres s'inscrit dans le contexte de la grande violence de la répression britannique lors des révoltes en Palestine de 1920 à 1939.

Origine de ces centres[modifier | modifier le code]

C'est Sir Charles Tegart, un officier supérieur de la police « recruté » en Inde, qui a autorisé la création de ces centres[1]. Connus sous l'euphémisme de Arab Investion Centres (« Centres d'enquêtes arabes »), ils étaient destinés à ce qu'y soient passés au « troisième degré » les suspects que l'on voulait interroger, « jusqu'à ce qu'ils lâchent le morceau » (until they spilled the beans)[1].

Description[modifier | modifier le code]

L'un des centres les plus importants se trouvait à Jérusalem-Ouest ; il ne fut fermé que lorsque des officiels anglais tels qu'Edward Keith-Roach les mirent en cause auprès du Haut-Commissaire (High Commissioner), en en soulignant le caractère contre-productif, lié à la fois à la mauvaise qualité des informations recueillies par ces méthodes et à la perte de crédit auprès de la population locale. On y pratiquait la technique connue aujourd'hui sous le nom de waterboarding[1].

Pour l'archidiacre anglican de Palestine, les brutalités policières étaient la cause de la violence qui régnait plutôt que sa conséquence ; aussi écrivit-il au Haut secrétaire du mandat britannique (Mandate Chief Secretary) en juin 1936 pour lui décrire les plaintes quotidiennes des Arabes maltraités par la police[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d A very British affair?, p. 22

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Piers Brendon, The Decline and Fall of the British Empire, VINTAGE BOOKS, 2010, (ISBN 9780307388414)

Liens externes[modifier | modifier le code]