Alfa Romeo Giulia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alfa Romeo Giulia
Alfa Romeo Giulia
Alfa Romeo Giulia Super

Marque Alfa Romeo
Années de production 1962-1977
Classe Berline sportive
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence: 4 cylindres,
Cylindrée 1300/1600 cm3
Transmission propulsion, boîte man. 5 vitesses
Poids et performances
Vitesse maximale 177 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 11,8 s
Consommation mixte l0,2 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline, Coupé et Spider
Freins 4 disques
Chronologie des modèles
Précédent Alfa Romeo Giulietta Alfa Romeo Giulietta Suivant
Alfa Romeo Giulia
Giulia 1300 GTj (1972)
Giulia 1300 GTj (1972)

Sur les autres projets Wikimedia :

L'Alfa Romeo Giulia est une automobile - berline sportive - produite par le constructeur italien Alfa Romeo entre 1962 et 1977 dans sa nouvelle usine d'Arese.

Alfa fut le premier fabricant à mettre un moteur puissant dans un véhicule de production courante. La Giulia pesait environ 1 000 kg. Elle était équipée d'un moteur 1,6 litre à 75 kW avec une transmission manuelle à 5 rapports. Sa vitesse maximale était de 170 km/h, ce qui était une vraie référence au début des années 1960 et cette voiture est restée une des plus rapides et sûres jusqu'à la fin des années 1970. Elle atteignait les 100 km/h départ arrêté en environ 12 secondes.

Son style était très simple mais très détaillé. Le moteur, l'habitacle et le coffre étaient carrés tous les trois. Cependant, la calandre, les lignes du toit et les détails du capot et du coffre unifiaient le design. Cette voiture disposait surtout d'un coefficient de pénétration dans l'air (Cx) particulièrement bas, bien inférieur par exemple à celui d'une Porsche 911 de la même époque. Le Centre Style Alfa Romeo disait que son design avait été taillé par le vent[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Alfa Romeo Giulia a été créée pour assurer le remplacement de l'Alfa Romeo Giulietta, la Giulia reprenait d'ailleurs le même schéma mécanique mais sur une base technique entièrement nouvelle.

Le moteur à quatre cylindres était dérivé d'un moteur Alfa Romeo Aviation, avec une distribution mécanique à deux arbres à cames en tête et un corps entièrement en aluminium. Par rapport à son aînée, outre l'évolution notable de la cylindrée passée de 1 290 à 1 570 cm3, elle inaugurait une révolution dans la conception des soupapes qui étaient refroidies au sodium. Les suspensions avant disposaient de deux quadrilatères superposés, tandis que l'essieu arrière restait fidèle au pont rigide mais avec des points d'ancrage particulièrement étudiés pour les ressorts hélicoïdaux et les amortisseurs. La propulsion était assurée sur l'essieu arrière, la transmission mécanique était manuelle à cinq rapports, ce qui était très rare à l'époque, tandis que les freins étaient à tambour, les roues avant avec trois patins, très vite remplacés par un système à disques avec double circuit de sécurité.

Si la mécanique se situait à l'avant-garde, la carrosserie disposait d'une conception ultra moderne dans sa définition avec une déformation différentielle, prévoyant déjà la cellule de l'habitacle indéformable, avec une ligne générale très moderne et aérodynamique (Cx) de seulement 0,34.

La très grande qualité de cette automobile a été démontrée par une revue spécialisée en 1965 - QUATTRORUOTE - lors d'un essai complet de la nouvelle Alfa Romeo Giulia comparée à 12 modèles concurrents de même catégorie. La Giulia en sortit avec éloge pour sa vitesse maximale sur route de 177,154 km/h, alors que toutes les autres voitures se situaient entre 132 et 165 km/h. Un essai d'endurance lui permit de démontrer sa grande robustesse, 200 000 km à 150 km/h sur circuit.

Selon le programme fixé par la direction du constructeur milanais, la nouvelle voiture aurait dû être lancée concomitamment à l'inauguration de la nouvelle usine de Arese, mais le modèle fut prêt plus tôt que prévu et l'usine d'Arese dut être agrandie pour faire face au succès commercial de la Giulia. Pendant les deux premières années de production, les carrosseries et l'assemblage étaient assurés dans les premiers ateliers de l'usine d'Arese et les bases mécaniques venaient de l'usine de Portello, distantes de seulement 15 km l'une de l'autre.

La première voiture qui sera intégralement construite à Arese sera l'Alfa Romeo Giulia GT en 1963.

La 1re série (1962 - 1972)[modifier | modifier le code]

La Giulia 1600[modifier | modifier le code]

La Giulia a été dévoilée à l'Autodrome de Monza le 27 juin 1962 dans sa version TI, acronyme de Turismo Internazionale.

Grâce à une cylindrée de 1 570 cm3 et à l'alimentation avec un carburateur double corps vertical, le moteur développait une puissance de 92 ch DIN soit 67 Kw. La boîte de vitesses manuelle à 5 rapports avec levier au volant sur la première série, permettait une conduite très sportive.

En 1963, la version Ti Super est lancée. Cette voiture visait l'homologation dans la catégorie voitures de tourisme. Par rapport à la Ti, la Ti Super disposait d'une carrosserie allégée avec le coffre et les portières en aluminium, lunette arrière et vitres des portes arrières remplacées par du plexiglas, de nombreux éléments de carrosserie allégés et les équipements intérieurs simplifiés, un moteur porté à 112 ch grâce à l'alimentation par deux carburateurs double corps Weber de 45 mm, soupapes de plus gros diamètre, arbres à cames retravaillé et double allumage, 4 freins à disques, jantes en alliage Campagnolo et le levier de vitesses déplacé au plancher. De plus, en option, Alfa Romeo proposait un radiateur d'huile, un différentiel auto-bloquant et des rapports au pont différentiés.

Extérieurement la Ti Super était reconnaissable par ses « quadrifogli » adhésifs sur les côtés et par le remplacement des feux de route par des prises d'air circulaires. Lors de ses participations aux courses, la Giulia remporta de nombreuses de victoires ce qui renforça la nature sportive de la berline et permit à Alfa Roméo de brandir le slogan : « Alfa Roméo Giulia, la berline qui gagne les courses ».

Cette auto fut préparée par l'usine, avec 170 cv (Autodelta) et gagna de nombreuses courses; elle était confrontée alors à la Ford cortina Lotus de meme puissance.La seule autre opposition venait de la BMW 1800 TI SA.

En 1964, alors que le Ti Super avait été fabriquée à 501 exemplaires, le nombre nécessaire pour l'homologation, Alfa Romeo transforma la Ti en lui ajoutant : 4 freins à disques, les sièges avant séparés et le levier de vitesse au plancher.

En 1965 la 1600 TI sera épaulée par la Giulia Super qui dispose de finitions plus soignées, comme le tableau de bord avec de nombreux inserts en vrai bois, une instrumentation à cadrans circulaires, des sièges redessinés et plus enveloppants, un profilé en bas de caisse chromé, et un moteur développant 98 ch.

En 1967 la 1600 Ti sera remplacée par la 1600 S. En 1969 la Super verra la puissance du moteur portée à 102 ch.

Les Giulia 1300[modifier | modifier le code]

Giulia 1300 Super de 1970
Arrière Giulia 1300

En 1964 Alfa Romeo lance un modèle d'entrée de gamme, la Giulia 1300, avec un moteur de 1 290 cm3 monocarburateur et développant 78 ch, une boîte à 4 vitesses, deux phares seulement au lieu des 4 comme la 1600, une finition intérieure plus simple.

En 1965 la version 1300 TI est présentée, avec le moteur 1 290 cm3 et une puissance portée à 82 ch, une boîte à 5 vitesses, un servofrein, et des finitions semblables au modèle 1600 mais avec toujours deux phares seulement à l'avant.

En 1970 apparaît la Giulia 1300 Super. Dotée du même niveau d'équipements que la 1600, elle bénéficiait également d'un moteur de 89 ch avec double carburateur et d'une boîte 5 vitesses.

À partir de 1971 la version 1300 de base n'est plus disponible.

La 2e série (1972 - 1977)[modifier | modifier le code]

La Giulia TI

La Giulia Super « unifiée »[modifier | modifier le code]

En 1972, à l'occasion du premier très léger restylage, la gamme est simplifiée à seulement deux modèles.

Les modifications esthétiques ne concernent que la calandre, noire avec des barres chromées, l'élimination du profil chromé autour des feux arrière et les jantes. À l'intérieur le niveau de finition Super est maintenu avec des améliorations comme la console centrale revêtue de bois précieux. La Giulia Super est désormais disponible dans les versions 1.3 1 290 cm3 de 89 ch et 1.6 de 1 570 cm3 et 102 ch, parfaitement identiques.

La Giulia Nuova Super[modifier | modifier le code]

La Giulia Nuova Super de 1974

En 1974 un restylage plus important donne naissance à la Nuova Super. Ce sera essentiellement la face avant qui sera revue avec une calandre noire englobant une nouvelle stylisation de l'emblème Alfa Romeo, un coffre moteur parfaitement lisse, des pare-chocs enveloppants et la partie arrière avec le coffre également parfaitement lisse sans aucune nervure, des feux arrière redessinés et un équipement intérieur enrichi. La gamme reste composée des versions 1300 de 89 ch et 1600 de 102 ch.

Malgré son âge, l'Alfa Romeo « Giulia » continue à émerveiller bon nombre d'automobilistes dans cette version « Nuova Super » ne serait-ce que par des caractéristiques mécaniques et dynamiques en général : la berline 1300 la plus rapide du marché, l'accélération sur 1 km la meilleure de toutes les berlines 1300 au monde.

En 1976, Alfa Roméo succombe à la mode du diesel, crise pétrolière oblige. La Giulia Nuova Super Diesel mue par un 4 cylindres diesel de 1 760 cm3 Perkins fait son apparition. Ce moteur était déjà utilisé par Alfa Romeo dans son fourgon Alfa Romeo F12. Ce diesel était lent et ne développait que 55 ch SAE, n'autorisant qu'une vitesse maxi de 135 km/h, très bruyant et pas souple, il était particulièrement inadapté à une utilisation sur un modèle Alfa Romeo à la vocation sportive. La Nuova Super Diesel ne connu pas le moindre succès commercial, au total seulement 6 500 exemplaires seront fabriqués.

Les modèles dérivés[modifier | modifier le code]

La qualité technique du projet Giulia fut largement exploitée par Alfa Roméo au cours des années qui suivirent, si bien que quasiment tous les modèles présentés jusqu'à la sortie des Alfa Romeo Alfetta et Alfa Romeo Alfasud, toute la gamme était composée de modèles basés de près ou de loin sur la Giulia.

Les modèles directement dérivés de la Giulia sont :

L'évolution de la gamme[modifier | modifier le code]

Version Années de production
Giulia 1600 TI 1962 - 1967
Giulia 1600 TI Super 1963 - 1964
Giulia 1300 1964 - 1971
Giulia Super 1965 - 1972
Giulia 1300 TI 1966 - 1972
Giulia 1300 Super 1970 - 1972
Giulia 1600 S 1968 - 1970
Giulia Super 1.3 1972 - 1974
Giulia Super 1.6 1972 - 1974
Giulia Nuova Super 1.3 1974 - 1977
Giulia Nuova Super 1.6 1974 - 1977
Giulia Nuova Super Diesel 1976 - 1977

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Caractéristiques techniques Alfa Romeo Giulia TI - 1964
Moteur 4 cylindres en ligne cycle Otto, chambres hémisphériques
Cylindrée 1 570 cm³ - Alésage x course = 78 x 82 mm
Distribution 2 soupapes au sodium, deux arbres à cames en tête et double chaîne
Puissance maxi 92 ch DIN - 106 ch SAE à 6 000 tr/min
Embrayage Monodisque à sec
Boîte vitesses 5 vitesses + MA
Traction Arrière
Carrosserie Métallique autoportante à déformation différentielle, cellule habitacle indéformable
Suspensions avant Indépendantes, bras transversaux, bielle oblique, ressorts hélicoïdaux, barre stabilisatrice, amortisseurs hydrauliques télescopiques
Suspensions arrière Pont rigide, ressorts hélicoïdaux, bras longitudinaux, amortisseurs hydrauliques télescopiques
Freinage 4 disques
Pneumatiques 155 x 15
Réservoir 46 litres
Vitesse maxi 175 km/h
Consommation moyenne : 10,1 l/100 km

Curiosité[modifier | modifier le code]

  • Pendant de très nombreuses années, cette automobile équipait en exclusivité les services de la Police Italienne, les Carabiniers, La Brigade Financière et l'Armée, en raison de ses performances hors du commun, sa vitesse, son comportement et tenue de route. C'était une « icône » de la vie italienne au quotidien.
  • L'immatriculation très attendue MI A00000, la première avec une lettre en Italie, a été attribuée à une Giulia TI.
  • C'est peut être encore trente ans après son arrêt de production, la voiture au monde la plus recherchée sur le marché de l'occasion pour la collection. Une Giulia en état de marche vaut très cher ne serait-ce que pour entendre le son rauque incomparable et typiquement Alfa de son moteur.
  • La version Spider, la fameuse Duetto est connue et recherchée dans tous les pays.