À la recherche du bonheur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

A la recherche du bonheur

Titre original Pursuit of happyness
Réalisation Gabriele Muccino
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Durée 118 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution


Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec The Pursuit of Happiness (film, 1971).

À la recherche du bonheur ou La Poursuite du bonheur au Québec (Pursuit of Happyness[1]) est une comédie dramatique de Gabriele Muccino sortie en 2006.

Synopsis ( Résumé)[modifier | modifier le code]

Chris Gardner, est un modeste représentant de commerce dont les revenus non réguliers sont précaires. Sa vie familiale s'en retrouve grandement affectée : Linda, sa compagne, peine à endurer leur train de vie. Découragée, elle délaisse Chris avec Christopher, leur enfant alors âgé de cinq ans.Tandis qu'il s'apprêtait pour la énième fois à promouvoir son invendable stock de machines médicales, Chris fait la rencontre d'un riche courtier en bourse et se découvre une ambition : devenir heureux, devenir courtier. Il fait alors tout pour gagner l'attention des employeurs et finit par décrocher un stage bénévole dans une société de courtage réputée, avec une grande opportunité à la clef.Mais criblé de dettes et sans un sou, sa détresse financière le rattrape et il va devoir s'acharner pour conserver sa dignité, encouragé par l'amour de son fils.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (V. F.) sur Voxofilm[2]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Une histoire vraie[modifier | modifier le code]

Chris Gardner

À la poursuite du bonheur est inspiré d'une histoire vraie, celle de Chris Gardner. Le titre original de l'adaptation cinématographique américaine est le même que celui du livre autobiographique publié en 2006 : The Pursuit Of Happyness. Chris Gardner est né dans le Wisconsin, en 1954. D'une famille aux revenus modérés, il se lance dans une carrière médicale qui se terminera dans la finance. Chris se retrouvera bientôt à la rue, seul avec son fils[réf. nécessaire]. Mais grâce à sa volonté, inspirée par la force de caractère de sa propre mère qui lui disait étant enfant "tu ne peux compter que sur toi-même, la cavalerie n'est pas en train de venir à ta rescousse", il réussira à gravir les échelons de la galère jusqu'à la fortune. En 1987, il fonda sa propre maison de courtage Gardner, Rich & Co. à Chicago avec un capital de 10 000 $, avec pour simple mobilier, une table qui faisait office de bureau dans la journée, sur laquelle il servait également les repas. Chris Gardner n'a pas oublié les années de vaches maigres, il dépense une partie de sa fortune pour venir en aide aux démunis tant à San Francisco, à Chicago et en Afrique du Sud. Il a même préféré, plutôt que de répondre à l'invitation de la première du film le 15 décembre 2006, être l'orateur invité à la fête de Noël de JHT Holdings, Inc à Kenosha, dans le Wisconsin, l'État où il est né en 1954.

En famille[modifier | modifier le code]

À la poursuite du bonheur a été tourné avec la famille Smith. Will Smith tourne le film avec Jaden Smith son propre fils qu'il a eu avec la chanteuse américaine et actrice Jada Pinkett Smith.

Caméo[modifier | modifier le code]

Pendant quatre secondes, on peut apercevoir le vrai Chris Gardner traverser le champ de la caméra pendant la toute dernière scène du film lors du jeu de questions/réponses entre Chris et son fils. En effet, c'est l'homme que les deux héros croisent et sur lequel le personnage de Chris jette un coup d'œil avant de continuer à discuter avec Christopher.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

« Don’t ever let somebody tell you, you can't do somethin’. Not even me. All right?
- All right.
- You got a dream, you gotta protect it. People can’t do somethin’ themselves, they wanna tell you you can’t do it. You want somethin’, go get it. Period. »

« Ne laisse jamais personne te dire que tu n'arriveras pas à faire quelque chose. Pas même moi. D'accord ?
- D'accord.
- Tu as un rêve, tu dois le protéger. Quand les gens n'arrivent pas à faire quelque chose eux-mêmes, ils te disent que tu n'y arriveras pas non plus. Tu veux quelque chose, tu vas le chercher. Point barre. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À noter, la faute d'orthographe volontaire du titre original du film sur le mot « Happyness » (happiness). Cela fait référence au graffiti de la garderie de Christopher (vu dans le film).
  2. « Fiche de doublage V. F. du film » sur Voxofilm, consulté le 1er février 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]