Yan Hao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yan Hao (严浩) est un démographe chinois, titulaire d'un PhD de l'université de Canberra et employé de la Commission du département de planification d'État à l'Institut de recherche économique à Pékin[1].

L'évaluation de 1,2 million de morts du génocide tibétain est récusée par Yan Hao, lequel démontre que les évaluations données par le gouvernement tibétain en exil reposent en partie sur des sources fabriquées[2]. Toutefois l'analyse du chercheur chinois présente des incohérences. Ainsi lorsqu'il tente de dénombrer le nombre de morts lors des combats, il indique qu'au Tibet (la RAT pour les chinois) : « la résistance atteignit son apogée en 1959, mais le soulèvement fut surtout confiné à Lhasa et il fut maté par l'armée populaire de Chine en deux jours. La résistance organisée ne s'est poursuivie ailleurs que pendant un autre mois ». Or la guérilla Kampa a perduré pendant de nombreuses années, ce que Yan Hao n'évoque pas[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Barnett, in Le Tibet est-il chinois ?, Éditeurs Anne-Marie Blondeau, Katia Buffetrille, Wei Jing ; Albin Michel, 2002, (ISBN 2226132015 et 9782226132017), p. 166
  2. « [...] the death figures provided by the TGIE are exaggerations not sustained by the evidence. », Tibetan Population in China: Myths and Facts Re-examined, Yan Hao (Institute of Economic Research, State Department of Planning Commission, Beijing)
  3. Robert Barnett, op. cit., p. 144 et 145