William Belsham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant un historien image illustrant le Royaume-Uni
Cet article est une ébauche concernant un historien et le Royaume-Uni.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La traduction de cet article ou de cette section doit être revue. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Le contenu est difficilement compréhensible vu les erreurs de traduction, qui sont peut-être dues à l'utilisation d'un logiciel de traduction automatique. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou modifiez l'article.

William Belsham (1752-1827) est un écrivain, homme politique et historien britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Partisan du parti Whig et de ses principes, il a en 1789 inventé le terme de libertaire dans une discussion sur la volonté libre, en opposition à « nécessitariste » (ou déterministe).

Il a justifié la Révolution américaine en excusant les Américains dans leur résistance aux exigences de l'Angleterre, et était un défenseur de la liberté politique progressiste.

Œuvres[modifier | modifier le code]

On lui doit :

  • Essais, philosophique, historique et littéraire, la publication de deux volumes (1789-1791)
  • Examen d'un recours de l'Ancien au Nouveau les whigs (1792)
  • Remarques sur la nature et la nécessité de la réforme politique (1793).

Il a également écrit sur les lois de test, la Révolution française, le traité d'Amiens, et les lois sur les pauvres.

En 1793, il a publié, en deux volumes, Mémoires des rois de la Grande-Bretagne de la Maison de Brunswick-Lunebourg, et cela a été suivi en 1795 par Mémoires du règne de George III à la session du Parlement. En 1798, il a publié, en deux volumes,Une histoire de la Grande-Bretagne de la Révolution à l'adhésion de la maison de Hanovre et en 1806 tous les volumes ont été réédités l'un avec deux volumes supplémentaires, les douze volumes figurant sous le titre, Histoire de la Grande-Bretagne à la conclusion de la paix d'Amiens en 1802.


Liens externes[modifier | modifier le code]