Wikipédia:RAW/2011-08-14

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Écart entre les sexes[modifier le code]

Il y a notablement moins de femmes que d'hommes qui contribuent à Wikipédia. Par exemple, The New York Times a publié un article le 31 janvier 2011 à ce sujet [1]. Cet écart est plus prononcé parmi les contributeurs très actifs. Durant les cinq dernières années, ces deux écarts n'ont pas changé. Les femmes sont plus actives dans certaines branches du savoir : biographies, arts, philosophie, et moins dans d'autres : sciences, géographie. Les articles où les femmes contribuent le plus sont en général plus courts que ceux où les hommes contribuent le plus. Les femmes rédigent plus souvent dans les pages de discussion, alors que les hommes, c'est dans les articles et dans les autres espaces de noms. À nombre de contributions égal, les femmes sont plus susceptibles de devenir administratrices que les hommes. Les nouvelles contributrices sont plus enclines à vandaliser que les nouveaux contributeurs. Le taux de rétention et le taux de révocation est sensiblement le même pour les deux sexes. [2]

L'université du Minnesota parraine un outil qui analyse les contributions à un article selon différents paramètres (comme le sexe — pour la EN.WP — et la provenance géographique), Wiki Trip. <commentaire>Pour ma part, j'ai essayé Canada de la FR.WP et j'ai été étonné de voir des contributions depuis Punta Arenas (à l'extrême sud de l'Amérique du Sud), l'île Maurice (dans l'océan Indien) et un coin perdu au nord du Manitoba.</commentaire>

Brèves[modifier le code]

  • The Onion s'est intéressé aux wikipédiens de Chicago. Dans l'article, on y apprend que contribuer à Wikipédia « est une forme d'apprentissage ». Et l'auteur s'étonne de la diversité des contributeurs, dont un cinéaste, un cartographe, un financier et un schizophrène. Plusieurs contributeurs affirment détenir un diplôme d'une prestigieuse université américaine (Université Harvard, Université de Princeton, MIT, Université Brown, Université de Californie à Berkeley). <commentaire>Selon mes lectures passées, les internautes américains aiment bien étaler leurs succès imaginaires.</commentaire> [3]
  • En Californie, de plus en plus d'enseignants et de professeurs intègrent Wikipédia en anglais dans leur démarche pédagogique. Ils suggèrent à leurs élèves de se servir de Wikipédia comme source d'information. Également, ils donnent des travaux de rédaction et d'amélioration d'articles. « Ces projets visent à aider les élèves à améliorer leurs compétences en recherche et en rédaction, tout en ajoutant au savoir commun[trad 1]. » Cet intérêt pour Wikipédia semble le fruit d'une démarche entamée par la WMF à laquelle participent 24 universités américaines [4].
  • Les échanges entre la WMF et les chapters sur la comptabilité et la reddition des comptes des chapters continuent d'alimenter les fils de discussion. La WMF demande plus de transparence pour montrer qu'elle agit de manière responsable avec les fonds reçus, alors que les chapters demandent plus d'autonomie et affirment jouer un rôle important lors des collectes de fonds et dans les collaborations avec les institutions. Des wikimédiens croient que les demandes de centralisation de la WMF diminueront la diversité des chapters. [5]
  • Dans la Wikipédia en anglais s'ouvrira bientôt de nouveaux « champs de bataille ». En effet, des membres d'une association sceptique américaine croient que des articles sont trop biaisés, et ils veulent « remédier » à la situation. De plus, les pratiquants de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours veulent « redresser » la situation en « combattant » la prétendue mainmise des catholiques sur les articles phares relatifs à cette église. <commentaire>Voici quelques années, la communauté de FR.WP a vécu des difficultés avec des membres de l'Église de Scientologie.</commentaire> [6]

Dans les coulisses de la Wikimedia[modifier le code]

Si vous détestez la technique, circulez, il n'y a rien à lire ! Clin d'œil

  • Sur le babillard wikitech-l, un wikimédien demandait s'il était facile de créer un fork des bases de données Wikimedia (pour, par exemple, recréer rapidement Wikipédia si elle venait à être détruite). Il semble que le système de sauvegarde est efficace et sécuritaire, ce qui réduit notablement l'intérêt des forks. Brion Vibber se demande s'il serait intéressant de mettre en place un système qui permettrait aux sites miroirs de faire « remonter » les modifications vers les sites de l'écosystème Wikimedia. [7]
  • Dans un autre ordre d'idées, un développeur observe que les outils statistiques de l'écosystème sont peu efficaces, ce qui incite plusieurs développeurs d'extensions à recourir à http://stats.grok.se, un site qui n'est pas affilié à la WMF. [8]
  • La vitesse de téléchargement vers (upload, pas download) les sites de la WMF était réduite depuis quelques semaines. Le problème, réglé le 13 août, provenait d'un module servant à optimiser les connexions réseau. [9]
  • Les requêtes des appareils mobiles augmentent régulièrement. Pour y répondre, la WMF a mis en place des serveurs dédiés qui ont répondu à 6 % de toutes les requêtes. Cependant, plusieurs requêtes de ces serveurs se font vers des serveurs qui ne sont pas dédiés (Commons notamment). Selon Erik Zachte, l'« analyste des données » de la WMF, les appareils mobiles réalisent ensemble 15 % de toutes les requêtes. [10]
  • Les développeurs de Mediawiki se concentrent sur la version 1.18. D'ailleurs, ils organisent pour octobre prochain un Mediawiki hackathon dans le but d'améliorer le moteur et les outils logiciels servant à son développement. [11]
  • Récemment, la Wikipédia en chinois a vu sa consultation augmenter de façon marquée. Les fichiers robots.txt contenaient des informations en chinois traditionnel et en chinois simplifié, que les bots des moteurs de recherche tentaient de décoder sans y parvenir. Quand les correctifs ont été appliqués, le nombre de consultations a subitement augmenté et s'est stabilisé, la positionnant ainsi à la 10e/11e place parmi les Wikipédias les plus consultées. [12]

Google et Wikipédia[modifier le code]

Si vous détestez la technique, circulez, il n'y a rien à lire ! Clin d'œil

« L'essence du web est le lien entre chaque page d'un site web [...]. Chaque lien représente une recommandation, un vote intéressé, mais pas nécessairement de qualité. L'algorithme [PageRank] alloue un rang à chaque page selon le nombre de pages qui pointent vers elle. De plus, tous les liens ne reçoivent pas la même note. Une recommandation vaut plus si elle provient d'une page qui a déjà un rang élevé. Les mathématiques ne sont pas simples — PageRank est une distribution de probabilités, et les calculs sont faits récursivement, chaque rang dépendant du rang d'autres pages qui elles-mêmes dépendent du rang des autres pages, et ainsi de suite[trad 2]. »

— James Gleick, How Google Dominates Us, The New York Review of Books, 18 août 2011

<commentaire>C'est probablement l'une des raisons qui explique pourquoi les articles de Wikipédia apparaissent si souvent dans la première page des résultats de Google, elles ont un rang élevé qui provient de sites bien notés et une bonne part provient des pages mêmes des Wikipédias, toutes langues confondues (wikiliens et liens interwikis).</commentaire>

Bonne exploration de l'écosystème Wikimedia !
Retour des lecteurs : vos suggestions sur la présentation de RAW ou ses prochaines publications sont les bienvenues ici.
Rédigé/traduit par Cantons-de-l'Est
Citations originales
  1. (en) « The projects are designed to help students improve their research and writing skills, while adding to the public knowledge. »
  2. (en) « The essence of the Web is the linking of individual “pages” on websites, one to another. Every link represents a recommendation—a vote of interest, if not quality. So the algorithm assigns every page a rank, depending on how many other pages link to it. Furthermore, all links are not valued equally. A recommendation is worth more when it comes from a page that has a high rank itself. The math isn’t trivial—PageRank is a probability distribution, and the calculation is recursive, each page’s rank depending on the ranks of pages that depend…and so on. »
Notes
Références