White Lion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
White Lion
Description de cette image, également commentée ci-après

Mike Tramp, chanteur du groupe.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Glam metal, heavy metal, hard rock
Années actives 1983-1992, 1999-2013
Labels Atlantic Records, Frontiers Records
Composition du groupe
Anciens membres Joe Hasselvander
Mike Tramp
Vito Bratta
James LoMenzo
Greg D'Angelo
Felix Robinson
Nicki Capozzi
Dave Spitz
Jimmy DeGrasso
Tommy T-Bone Caradonna
Kasper Damgard
Dan Hemmer
Nils Kroyer
Bjarne T. Holm
Jamie Law
Troy Patrick Farrell
Claus Langeskov
Henning Wanner

White Lion est un groupe de glam metal américain, originaire de New York. Il est formé en 1982 par Mike Tramp et Vito Bratta, et principalement actif dans les années 1980 et début des années 1990, avec la publication d'un premier album, Fight to Survive, en 1985. Le groupe atteint le succès avec les chansons Wait et When the Children Cry, issues de leur deuxième album, Pride, qui sera certifié double disque de platine[1]. Le groupe poursuit son chemin dans le succès avec son troisième album, Big Game, qui est certifié disque d'or, et son quatrième album, Mane Attraction. White Lion se sépare en 1992, peu après la sortie de leur compilation The Best of White Lion.

Mike Tramp reforme White Lion avec de nouveaux musiciens en 1999, et ne parvient pas à faire venir la formation originale. Le nouveau White Lion publie un album live en 2005, et un nouvel album studio, Return of the Pride, en 2008, avant de se séparer à nouveau en 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fight to Survive[modifier | modifier le code]

Après avoir déménagé du Danemark à l'Espagne, puis à New York en 1983, le chanteur Mike Tramp (ancien des groupes Mabel[2] et Studs) fait la rencontre du guitariste de Staten Island, Vito Bratta (anciennement Dreamer), et décident de former un groupe. Ils recrutent le batteur Nicki Capozzi et le bassiste Felix Robinson (anciennement Angel) pour former le groupe White Lion[3] and named the group White Lion[4].

White Lion signe sur Elektra Records en 1984 et enregistre un premier album Fight to Survive. Elektra étant mécontent de cet enregistrement final, la firme va refuser de sortir l'album et mettre fin à leur contrat. Capozzi et Robinson vont alors quitter le groupe. Nicki Capozzi va être remplacé par l'ancien batteur d'Anthrax, Greg D'Angelo et Felix Robinson va être remplacé par le bassiste Dave Spitz (frère du guitariste Dan Spitz d'Anthrax). Moins d'un mois après cette reformation, Dave Spitz part jouer de la basse avec Black Sabbath et est remplacé par James LoMenzo. Fight to Survive atteint la 151e place du Billboard 200[5].

L'album Fight to Survive va finalement être ré-enregistré avec le nouveau line-up et publié au Japon par RCA Records en 1984. Le petit label indépendant US Grand Slam Records va se battre pour survivre. Quelques mois plus tard, Grand Slam Records fait faillite. Au début de 1986, White Lion avec un membre féminin est entendu dans un film de Tom Hanks / Shelley Long The Money Pit.

Pride[modifier | modifier le code]

En début 1987, le groupe signe au label Atlantic Records. Ils sortent l'album Pride le 21 juin 1987[6]. Une première chanson Wait, tirée de l'album, sort le 1er juin 1987. Il n'atteindra les charts qu'après sept mois. Une tournée commence en juillet 1987, White Lion accompagnant Ace Frehley's Comet 80s groupe Frehley's. Pendant une année et demie, ils feront des tournées incessantes. Ils joueront l'ouverture, pour des groupes comme Aerosmith, Ozzy Osbourne, Stryper et Kiss. En janvier 1988, White Lion réalisera l'ouverture pour AC/DC sur leur Blow Up Your Video, tournée US.

Pendant la tournée avec AC/DC, l'album Pride, comportant la chanson à succès Wait, est publié. En raison en grande partie de sa fréquente diffusion sur MTV, Wait se classe huitième au classement des chansons[7], et l'album Pride se hisse au no 11 des charts. Pride restera sur le Top 200 des charts du Billboard pendant une année complète, et est certifié double disque de platine[8]. En août 1988, la seconde chanson de l'album, Tell Me, se hisse à la 58e place. White Lion joue au club Ritz à New York. Le spectacle est filmé et diffusé plus tard sur MTV. La troisième chanson, une ballade acoustique intitulée When The Children Cry, de l'album Pride arrive troisième des classements, avec de nombreux passages sur MTV. Cela leur permet d'être parmi les 20 albums de hard rock à avoir eu de multiples hits classés Top 10.

Le succès de When the Children Cry va pousser les ventes de Pride à près de deux millions. En outre, Vito Bratta est reconnu pour ses talents instrumentaux. Il accumule de bonnes critiques comme guitariste à la fois dans Guitar World magazine et le magazine La pratique de musicien. Au printemps 1989, la tournée Pride prend fin, et ils commencent immédiatement à travailler sur leur prochain album Big Game & Mane Attraction.

Big Game et Mane Attraction[modifier | modifier le code]

En août 1989, White Lion sort un troisième album, Big Game, composé d'une musique éclectique. Il contient les titres Little Fighter (52e), Cry for Freedom, et une reprise Radar Love de Golden Earring (59e). L'album devient rapidement disque d'or se hissant 19e des charts.

Après deux années d'écriture et l'enregistrement, un nouvel album Mane Attraction sort et se classe no 61. Après une brève tournée de promotion de Mane Attraction, Tramp et Bratta décident d'arrêter le groupe. Leur dernier spectacle aura lieu à Boston à la Manche en septembre 1991. Greg D'Angelo et James LoMenzo quittent le groupe à cause de divergences musicales, mais le groupe se compose toujours du bassiste Tommy T-Bone Caradonna et du batteur Jimmy DeGrasso (Megadeth, Alice Cooper, Suicidal Tendencies, Y&T, Fiona)[6],[9].

Reformation et séparation[modifier | modifier le code]

En octobre 2003, Tramp annonce une réunion de White Lion avec les membres originaux[10]. Cette annonce est rapidement démentie par les autres membres. Plus tard, Tramp expliquera que Vito Bratta aurait souhaité une réunion. À cause d'un agenda surchargé, Tramp tente de reformer un « nouveau White Lion » avec les anciens membres James LoMenzo et Jimmy DeGrasso, ainsi que Warren DeMartini de Ratt[11]. Vito Bratta le traine en justice pour usage illégal du nom du groupe. Tramp explique ensuite qu'il n'y aura jamais de réunion du groupe comme à ses débuts[12]. En fin 2004, Mike Tramp organise un autre groupe de musiciens inconnus sous le nom de Tramp's White Lion'[13] ; ce geste n'empêche pas pour autant les poursuites judiciaires pour le nom.

Le groupe annule plusieurs concerts en 2005. Tramp's White Lion joue des dates en Europe, incluant la Suède, la Norvège, l'Espagne, la Grèce, l'Italie, la Turquie, les Pays-Bas, la Belgique et le Danemark[14]. En 2005, un DVD concert anthologique est publié, suivi par l'album Anthology 83–89 en 2006. Les 6 et 7 avril 2007, aux L'Amours Reunion Shows de New York, Bratta apparaît pour la première fois sur scène en 15 ans[15].

Pendant la nouvelle inactivité de White Lion, Tramp se consacre à sa carrière solo, publiant l'album Mike Tramp and The Rock 'N' Roll Circuz en 2009, qui atteint la 16e place des classements danois[16] et comprend les singles All of My Life et Come On. En 2011, Tramp publie l'album solo Stand Your Ground comprenant les singles Distance[17] et Hymn To Ronnie, une chanson qui rend hommage au chanteur Ronnie James Dio, décédé le 6 mai 2010[18].

Le 8 avril 2013, Tramp publie l'album orienté rock folk acoustique Cobblestone Street qui atteint la 21e place des classements danois[19] et comprend les singles New Day[20] et Revolution[21]. En tournée pour la promotion de son album solo, Tramp annonce qu'il n'y a plus de White Lion[22],[23]. En août 2014, Tramp publie l'album Museum qui atteint la 3e place des classements danois[24] et comprend les singles Trust in Yourself, accompagné d'une vidéo réalisée par son fils Dylan[25] et Freedom. Après cette sortie, Tramp confirme encore ne fois la déchéance de White Lion[26].

Membres[modifier | modifier le code]

Derniers membres[modifier | modifier le code]

  • Mike Tramp - chant (1983–2013)
  • Jamie Law - guitare (2004–2013)
  • Troy Patrick Farrell - batterie (2004–2013)
  • Claus Langeskov - basse (2004–2013)
  • Henning Wanner - clavier (2004–2013)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Joe Hasselvander - batterie (1983)
  • Vito Bratta - guitare (1983–1992)
  • Nicki Capozzi - batterie (1983–1984)
  • Felix Robinson - basse (1983–1984)
  • Dave Spitz - basse (1984)
  • James LoMenzo - basse (1984–1991)
  • Greg D'Angelo - batterie (1984–1991)
  • Jimmy DeGrasso - batterie (1991–1992)
  • Tommy T-Bone Caradonna - basse (1991–1992)
  • Kasper Damgaard - guitare (1999–2003)
  • Dan Hemmer - organe Hammond B-3 (1999–2003)
  • Nils Kroyer - basse (1999–2003)
  • Bjarne T. Holm - batterie (1999–2003)

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Allmusic (White Lion charts & awards) », AllMusic.
  2. (en) « Mabel », Rockdoc (consulté en 2012)
  3. (en) « legendary rock interviews »
  4. (en) « White Lion bio », Metal Music Archives (consulté en 2012)
  5. (en) « Allmusic (White Lion charts & awards) Billboard albums: Fight to Survive », Allmusic.
  6. a et b (en) « Mike Tramp - Sea of Tranquility interview »
  7. (en) « Allmusic (White Lion charts & awards) Billboard albums: Pride », Allmusic
  8. (en) « White Lion Charts and awards », RIAA Charts and awards (consulté en 2012)
  9. (en) « They Will Rock You - Jimmy DeGrasso interview ».
  10. (en) « White Lion reunion of original line up », Blabbermouth,‎ (consulté en 2013)
  11. (en) « White Lion reunion », Blabbermouth,‎ (consulté en 2013)
  12. (en) « White Lion - rocker info », Legend of Rock (consulté en 2012)
  13. (en) « Tramp's White Lion », Blabbermouth,‎ (consulté en 2013).
  14. (en) « Tramp's White Lion Roars again », Blabbermouth,‎ (consulté en 2013).
  15. (en) « VITO BRATTA ON THE RADIO Eddie Trunk Show », Guitars 101,‎ (consulté en 2012)
  16. (en) « Mike Tramp "The Rock 'N' Roll Circuz" chart » (consulté en 2011)
  17. (en) « White Lion's Mike Tramp Posts 'Stand Your Ground' Audio Teaser », sleazeroxx.com (consulté le 3 février 2012).
  18. (en) « Legendary Heavy Metal Vocalist RONNIE JAMES DIO Dies », Roadrunnerrecords.com (consulté le 13 novembre 2010)
  19. (en) « Mike Tramp "Cobblestone Street" chart » (consulté en 2013)
  20. (en) « Mike Tramp "Cobblestone Street" details » (consulté en 2013)
  21. (en) « Mike Tramp "Revolution" » (consulté en 2013)
  22. (en) « Mike Tramp : "It was a mistake to try to do a new version of White Lion" » (consulté en 2013)
  23. (en) « Mike Tramp: the hard rocker who wasn’t really one » (consulté en 2013).
  24. (en) « Mike Tramp "Museum" chart » (consulté en 2014)
  25. (en) « Mike Tramp launches new single », Sleazeroxx (consulté en 2014)
  26. (en) « Ex-WHITE LION Singer MIKE TRAMP Re-Signs With TARGET RECORDS », Blabbermouth (consulté en 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]