Weaving Symbolics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Weaving Symbolics

Album de Steve Coleman
Sortie 2006
Enregistré 11 avril, 12 mai, 24 et 25 juin, 3 août 2004, 21-22 janvier, 18 et 31 mai 2005
Groove Studio, Salvador (Brésil)
Stoneway Studios, New York
Tidd Studios, Philadelphie
Systems Two, New York[1]
Genre Jazz
Label Label Bleu
Critique

All About Jazz 3/5 étoiles[2]
The Guardian 4/5 étoiles[3]
Les dernières nouvelles du jazz 5/5 étoiles[4]

Albums de Steve Coleman

Weaving Symbolics est un album du saxophoniste de jazz américain Steve Coleman sorti en 2006 chez Label Bleu. Il s'agit d'un double CD accompagné de deux DVD : le premier est un documentaire sur l'enregistrement de l'album et le mode de composition de Steve Coleman, le second est un extrait de jam sessions avec Marcus Gilmore, alors âgé de 19 ans[4].

À propos de la musique[modifier | modifier le code]

Schéma de la structure de l'album, tel qu'indiqué sur la pochette

Comme Steve Coleman l'explique dans le DVD, et comme le réseau de filaments sur la pochette du CD l'indiquent, l'album est conçu de manière symétrique en plusieurs groupes[5]. Le pentagramme Ritual ponctue tout l'album, présenté sous plusieurs formes (solo, duo, trio…), représentant à chaque fois un élément différent (éther, eau, air, terre, feu). Il y a deux trios dans l'album : celui d'Astrology (Tetragrams, Li Bai, Trigrams), et celui des Triad Mutations. Tehu Seven, Unction, Tehu Six et Numerology forment un autre cycle.

Ainsi, Coleman dessine une sorte de mystique non-religieuse, incluant alchimie, ésotérisme, numérologie ou astronomie[4].

L'album est conçu autour du cercle, du tissage (« Weaving », la pochette de l'album présente un métier à tisser), et de l'opposition yin/yang, homme/femme[6].

L'album associe des lignes mélodiques en contrepoint plein de rigueur, construit comme des fugues de Bach[4], à des rythmes latins et funky, qui amènent une musique très cérébrale sur une voie plus impulsive et spontanée[3].

Critiques[modifier | modifier le code]

Pour John Fordham du Guardian, l'album peut contenir « un poil trop de gymnastique vocale mêlant contemporain et classique et d'improvisations collectives entrelacées pour les habitués du jazz », mais il est plein de surprise et de beau jeu[3].

Pour Jean-Marc Gelin, le son parkerien et l'approche généreuse de Coleman lui permet de guider l'auditeur dans une musique complexe, mais toujours accessible[4].

Jeff Stockton trouve également la musique « complexe mais accessible » et « extraordinaire », mais prévient que « votre avis sur le disque dépendra de votre appréciation des vocalises de Jen Shyu, dont le beau timbre se situe entre Cassandra Wilson and Irène Aebi, mais qui a tendance à détourner l'attention du reste des musiciens[2]. »

Liste des titres[modifier | modifier le code]

Disque 1
No TitreMusiqueMusiciens Durée
1. Ritual - Solo (Aether)Steve ColemanSteve Coleman 2:48
2. Tehu SevenSteve ColemanSteve Coleman, Jason Moran, Marcus Gilmore 5:56
3. Tetragrams/Astrology ISteve ColemanSteve Coleman, Malik Mezzadri, Jonathan Finlayson, Tim Albright, Jen Shyu, Nelson Veras, Anthony Tidd, Marcus Gilmore, Nei Sacramento, Felipe Alexsandro, Luciano Silva 9:42
4. Circle Weaving ThirteenSteve ColemanSteve Coleman, Jonathan Finlayson, Tim Albright, Jen Shyu, Reggie Washington, Marcus Gilmore, Nei Sacramento, Felipe Alexsandro, Luciano Silva 3:54
5. Ritual - Duo (Water)Steve ColemanSteve Coleman, Jen Shyu 2:35
6. GregorianSteve ColemanSteve Coleman, Jonathan Finlayson, Tim Albright, Jen Shyu, Reggie Washington, Marcus Gilmore, Nei Sacramento, Felipe Alexsandro, Luciano Silva 4:40
7. UnctionSteve ColemanSteve Coleman, Eric Revis (en), Jeff Watts 7:08
8. Triad Mutations IISteve ColemanSteve Coleman, Jonathan Finlayson, Tim Albright, Jen Shyu, Reggie Washington, Marcus Gilmore, Nei Sacramento, Felipe Alexsandro, Luciano Silva 4:48
9. Ritual - Trio (Air)Steve ColemanSteve Coleman, Jonathan Finlayson, Tim Albright 3:33
10. Li Bai/Astrology IIJen ShyuJen Shyu, Steve Coleman, Malik Mezzadri, Jonathan Finlayson, Tim Albright, Nelson Veras, Sarah Murcia, Marcus Gilmore, Nei Sacramento, Felipe Alexsandro, Luciano Silva 10:34
11. Triad Mutations ISteve ColemanSteve Coleman, Jonathan Finlayson, Tim Albright, Jen Shyu, Reggie Washington, Marcus Gilmore, Nei Sacramento, Felipe Alexsandro, Luciano Silva 3:31
Disque 2
No TitreMusiqueMusiciens Durée
1. Ritual - Trio (Earth)Steve ColemanSteve Coleman, Eric Revis, Jeff Watts 8:52
2. Tehu SixSteve ColemanSteve Coleman, Jason Moran, Marcus Gilmore 4:21
3. Glyphs in MotionSteve ColemanSteve Coleman, Jonathan Finlayson, Tim Albright, Jen Shyu, Anthony Tidd, Marcus Gilmore, Nei Sacramento, Felipe Alexsandro, Luciano Silva 13:59
4. Triad Mutations IIISteve ColemanSteve Coleman, Jonathan Finlayson, Tim Albright, Jen Shyu, Reggie Washington, Marcus Gilmore, Nei Sacramento, Felipe Alexsandro, Luciano Silva 3:03
5. Ritual - Septet (Fire)Steve ColemanSteve Coleman, Malik Mezzadri, Jen Shyu, Nelson Veras, Sarah Murcia, Marcus Gilmore, Nei Sacramento, Felipe Alexsandro, Luciano Silva 6:28
6. NumerologySteve ColemanSteve Coleman, Tim Albright, Jen Shyu 5:47
7. Trigrams/Astrology IIISteve ColemanSteve Coleman, Nelson Veras, Sarah Murcia, Marcus Gilmore, Nei Sacramento, Felipe Alexsandro, Luciano Silva 8:05
8. Circle Weaving ElevenSteve ColemanSteve Coleman, Jonathan Finlayson, Tim Albright, Jen Shyu, Reggie Washington, Marcus Gilmore, Nei Sacramento, Felipe Alexsandro, Luciano Silva 8:53

Personnel[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Weaving Symbolics », sur m-base.com (consulté le 5 juillet 2018).
  2. a et b (en) Jeff Stockton, « Steve Coleman and Five Elements: Weaving Symbolics », sur allaboutjazz.com, (consulté le 5 juillet 2018).
  3. a b et c (en) John Fordham, « Steve Coleman, Weaving Symbolics », sur theguardian.com, (consulté le 5 juillet 2018).
  4. a b c d et e (en) Jean-Marc Gelin, « Steve Coleman : " Weaving Symbolics" », sur lesdnj.over-blog.com, (consulté le 5 juillet 2018).
  5. La division en deux CD n'était pas le choix initial de Coleman, mais il a dû s'y résoudre. Il ne faut donc pas penser l'album comme un diptyque (CD 1, CD 2).
  6. Texte tiré des notes de pochette de l'album.