Vert de Dresde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Diamant Vert de Dresde
Description de cette image, également commentée ci-après
Le diamant dans sa parure
Caractéristiques
Type de pierre Diamant
Poids 40,70 carats
Découverte
Provenance probablement Golkonda (Inde)
Date de découverte avant 1722
Possession
Valeur estimée 30 000 £[1] (1898)

Le diamant Vert de Dresde est un diamant coloré naturel surprenant qui reflète une ombre verte et pèse 40,70 carats. C'est le plus gros diamant naturellement vert qu'on ait jamais trouvé[2]. Le nom « Vert de Dresde » a été adopté de la capitale de la Saxe où il est exposé depuis plus de 200 ans. Le diamant peut être admiré dans la Nouvelle voûte verte de Dresde en Allemagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le diamant doit provenir des mines de diamants situées dans le district de Golkonda en Inde. Le grand diamant vert a atteint Londres en 1726 via Marcus Moses qui était un négociant de diamants. Le Vert de Dresde a été taillé à Londres[1]. En 1742, le diamant appartenait à Frédéric-Auguste II, roi de Pologne. Il avait été vendu au roi de Pologne par un négociant juif appelé Dallas à la Grande Foire Annuelle de Pâques à Leipzig. Le diamant fut inséré vers 1768 à la bordure d'un chapeau[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La couleur verte du diamant est la caractéristique la plus remarquable de la pierre. Ce phénomène a une explication scientifique : la couleur verte est caractéristique des cristaux heurtant des réserves radioactives à plusieurs positions pendant sa durée de vie, sachant que point de vue géologique, cette durée de vie se mesure en millions d'années. La forme la plus fréquente des diamants d'irradiation se développe par le bombardement par les particules alpha qui sont présentes dans les enceintes d'uranium ou la nappe phréatique d'infiltration.

Le diamant est de type IIa, c'est-à-dire qu'il est chimiquement pur, ce qui ne concerne que moins de 1 % des diamants connus, et serait de pureté IF, la meilleure[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Edwin W. Streeter, The Great Diamonds of the World, George Bell & Sons, (lire en ligne), « Dresden Green Diamond »
  2. a et b (en) Das Grüne Gewölbe – La Voûte Verte, Leipzig, Seemann, , 3e éd. (ISBN 9783865021595), p. 85
  3. « Famous Diamonds: Dresden Green », famousdiamonds

Lien externe[modifier | modifier le code]