Valérie Tong Cuong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Valérie Tong Cuong
Description de cette image, également commentée ci-après
Valérie Tong Cuong, au Livre sur la Place de Nancy 2013
Naissance (55 ans)
Paris
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Valérie Tong Cuong est une écrivain française née le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née en banlieue parisienne. Elle fait des études de sciences politiques et de littérature. Après avoir travaillé huit ans en entreprise, elle se consacre à l’écriture et à la musique. De 1997 à 2009, elle a chanté et écrit pour un groupe pop-rock indépendant "Quark". En 2016, elle créé la série Munch. Elle est traduite en 18 langues.

Œuvres[modifier | modifier le code]

- Prix Festival du Premier Roman de Chambéry 1998
- Prix du roman Version Fémina/Virgin Megastore 2008
- Prix Nice Baie des Anges 2013
- Prix du Livre Optimiste 2013[2]
- Prix du Salon du Livre du Mans (2017).
- Prix Maison de la Presse Mérignac Mondésir (2017).
- Prix de l’Académie des Sciences, des Arts et des Belles-Lettres de Caen
- Prix Bonheurs magazine 2017.
- Grand Prix des lecteurs de Seine-Maritime (2018).
- Prix du salon du livre Moustiers à la Page (2018).
- Prix des Lecteurs du Livre de Poche (2018)[5].
  • Les guerres intérieures, Paris, Éditions JC Lattès, coll. « Littérature française », 2019, 240 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivia van Hoegarden, « Valérie Tong Cuong nous fait tomber dans le piège », sur Rue89, (consulté le 20 septembre 2014)
  2. « Le Prix du Livre Optimiste 2013 est décerné à… », sur fr.optimistan.org (consulté le 20 septembre 2014)
  3. Muriel Jasor, « Valérie Tong Cuong sonde la dangereuse fragilité des familles », sur lesechos.fr, (consulté le 23 septembre 2015)
  4. Françoise Dargent, « Par amour, de Valérie Tong Cuong : fuir le feu du ciel », sur lefigaro.fr, (consulté le 27 avril 2017)
  5. « Les lecteurs du Livre de poche distinguent Valérie Tong Cuong et Yaa Gyasi », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]