Valère du Bierzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Valère.

Saint Valère du Bierzo
image illustrative de l’article Valère du Bierzo
Naissance vers 630
Astorga (León)
Décès vers 695 
Vénéré à San Pedro de Montes
Vénéré par Église catholique romaine
Fête 21 février
Attributs habit de moine

Valère du Bierzo (Valerius Bergidensis[1]), né vers 630, décédé vers 695 était un ascète, ermite et moine du Bierzo, une région de l'Espagne wisigothique.

Originaire des environs d'Astorga dans le León, Valère naît dans une famille noble du nord de l'Espagne wisigothique. Il reçoit une bonne éducation, connaît les auteurs antiques et maîtrise le latin. Se destinant probablement à une carrière au service de la monarchie, il se convertit brutalement vers 20 ans et se fait ermite dans les montagnes du Bierzo. Il y acquiert une certaine notoriété, mais obsédé par l'idée de la tentation du démon, il refuse à plusieurs fois la prêtrise et rejette la présence des foules qui viennent auprès de lui.

Il a laissé un certain nombre d'écrits, dont des poèmes, des visions de l'au-delà, des ouvrages exhortant à l'ascèse, une vie de saint Fructueux de Braga,[citation nécessaire] trois œuvres autobiographiques: Ordo querimoniae, Replicatio sermonum et Residuum[2], et une Lettre à la louange de la très Bienheureuse Égérie[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Capita apologiae (Chapitre de l'apologie)
  • De genere monachorum
  • Dicta ad Donadeum
  • Epistula beatissimae Egeriae laude conscripta (Lettre à la louange de la très bienheureuse Égérie)
  • Ordo querimoniae
  • Quod de superioribus querimoniis residuum sequitur
  • Replica sermonum
  • Visions de Maximus, Bonellus et Baldarius
  • Vita Sancti Fructuosi

Manuscrits et transmission[modifier | modifier le code]

L’énumération complète des manuscrits de Valère se retrouve dans l’Index Scriptorum Latinorum Medii Aevi Hispanorum compilation née de l’étude faite par Diaz y Diaz en 1951[4],[5]. Il existerait deux manuscrits distincts qui seraient les ancêtres de ceux qui nous sont aujourd'hui parvenus: le plus ancien, qui date du Xe siècle, vers 902, est le Madrid Biblioteca Nacional, 10 007, appelé (T)[6],[7] qui est le seul qui contiendrait toute les trois sections en proses rassemblées sous le titre Ordo Querimoniae, Replicatio and Residuum[8]. Le second est celui du monastère de Santa Maria d’Alcobaça, au nord de Lisbonne, appelé Alcobaça 454 (A)[9]. Un autre manuscrit, aujourd'hui perdu appartenant au Bierzan house of Carracedo qui pourrait dater, selon R. A. White, du Xe siècle[7]; ou plus tard, selon l’avis de Roger Collins, soit vers le XIe ou XIIe siècle[8]. Ce manuscrit aurait servi pour une copie contemporaine datant de 1591 du MC Escorial & III.8 (F) qui contient la section d’ouverture du Ordo Querimoniae[8]. Collins croit que le manuscrit de Carracedo aurait contenu plus que l’ouverture contenue dans sa copie de 1591, mais qu’il aurait été perdu avant qu’on produise cette copie[8].

Patrick Henriet rapporte que les œuvres, comme les visions de Maximus, Bonellus et Baldarius, sont méconnues hors de la péninsule hispanique puisque durant le Moyen Âge, les œuvres y sont restées essentiellement confinées, et que peu d’études contemporaines s’y sont intéressées[10],[11]. En effet, neuf manuscrits datant du Xe au XVIIIe siècle contenant l’essentiel de l’œuvre de Bierzo proviennent de ce qui est aujourd’hui le Portugal et l’Espagne[10]. Toutefois, comme le mentionne Roger Collins, ce n’est pas parce que les œuvres de Valère étaient jugées non-importantes, mais plutôt dû au contexte historique géopolitique qui a joué pour beaucoup dans le confinement de son œuvre. En effet, la chute et la destruction du royaume wisigoth en 711, survenu trop peu longtemps après la mort de Valère, aurait joué en sa défaveur dans l’intérêt pour ses œuvres puisque l'événement aurait nui au plein développement et à la diffusion de sa réputation posthume, encore trop jeune[12]. L’intérêt pour Valère, au-delà de la péninsule ibérique, serait donc contemporain et daterait des années 1920, soit, depuis que les historiens ont commencé à découvrir sa littérature et commencer à la comparer à celle d'Isidore de Séville[12]. De plus, les compilations hagiographiques de Valère lui font reconnaître un certain succès d’éditeur[12]. D’ailleurs, ses manuscrits ont été copiés au Xe aussi bien qu’au XIIe siècle dans des communautés cénobitiques en Espagne, donc auraient survécu au-delà du haut Moyen Âge[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (Saint) Valère du Bierzo (Valerius abbas Bergidensis)
  2. La géographie du pouvoir dans l'Espagne visigothique, Céline Martin
  3. Epistola beatissime Egerie laude conscripta fratrum Bergidensium monachorum a Valerio conlata
  4. (en) White, R. A., « Some observations on the text of Valerius of Bierzo », Acta Classica, vol. 20,‎ , p. 209 (lire en ligne)
  5. (en) Collins, Roger, « The Autobiographical works of Valerius of Bierzo: Their structural and purpose », Antiguedad y Christianismo III: Los Visigodos. Historia y civilizacion, Murcia,‎ , p. 437
  6. Henriet, Patrick (Barthélemy, Dominique(dir.), Grosse, Rofl(dir.)), Moines et démons : autobiographie et individualité au Moyen Âge (VIIe-XIIIe siècle), Genève, Librairie DROZ S.A., (ISBN 9782600013758, OCLC 882905712, lire en ligne), « Les démons de Valère du Bierzo (VIIe siècle) », p. 8
  7. a et b White 1977, p. 209.
  8. a, b, c et d Collins 1986, p. 426.
  9. Collins 1986, p. 437.
  10. a et b Henriet 2014, p. 13.
  11. (en) Aherne, Consuelo Maria, Valerio of Bierzo: An ascetic of the late Visigothic period, Washington, The Catholic University of American Press, , p. 1-10
  12. a, b et c Collins 1986, p. 425.
  13. Henriet 2014, p. 24-25.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvre éditée[modifier | modifier le code]

  • Valère du Bierzo Lettre à la louange de la très bienheureuse Égérie, édité par M-C. Diaz y Diaz, Sources Chrétiennes, volume 296, Paris, 1982 (rééd 1997, 2002)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Consuelo Maria Aherne, Valerio of Bierzo: An ascetic of the late Visigothic period, Washington, The Catholic University of American Press, 1949, 211p.
  • Patrick Henriet,« Les démons de Valère du Bierzo (VIIe siècle) », dans Dominique Bathélemy (dir.), Rofl Grosse (dir.), Moines et démons: Autobiographie et individualité au Moyen  Âge (VIIe-XIIIe siècle), Genève, Librairie DROZ S.A, 2014, p. 13-25.

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en) Roger Collins, « The Autobiographical works of Valerius of Bierzo: Their structural and purpose », dans Gonzalez Blanco (ed.), Antiguedad y Christianismo III: Los Visigodos. Historia y civilización., Murcia, Universitad de Murcia, 1986, p. 425-442.
  • (en) R. A. White, « Some observations on the text of Valerius of Bierzo », Acta Classica, vol. 20, 1977, p. 209-211.