Tropiocolotes steudneri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tropiocolotes steudneri
Description de l'image Tropiocolotessteudneri.jpg.
Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Gekkota
Famille Gekkonidae
Genre Tropiocolotes

Nom binominal

Tropiocolotes steudneri
(Peters, 1869)

Synonymes

  • Gymnodactylus steudneri Peters, 1869
  • Stenodactylus petersii Boulenger, 1885

Tropiocolotes steudneri est une espèce de geckos de la famille des Gekkonidae[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre en Algérie, en Libye, en Égypte, au Soudan, en Éthiopie, en Jordanie et en Iran[1].

Habitat[modifier | modifier le code]

Ce petit gecko vit dans les déserts semi-arides. Il vit sur le sol et se cache la nuit dans des anfractuosités des rochers ou dans des trous.

Dans son milieu naturel, le climat est sec et très chaud la journée, avec des chutes marquées des températures la nuit. Des températures diurnes de 28 à 32°C conviennent, avec un point très localisé plus chaud.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un gecko terrestre, nocturne et insectivore. Elle est de teinte jaune et brun, plus ou moins sombre.

Cette espèce peut atteindre l'âge de cinq ans.

Éthologie[modifier | modifier le code]

Ce gecko apprécie de se chauffer au soleil en fin de journée, avant le début de sa «nuit».

Reproduction[modifier | modifier le code]

la maturité sexuelle est atteinte vers 7/8 mois.

Les œufs sont déposés sur le sol, entre des branches ou des rochers, bien qu'ils soient parfois mais rarement enterrés.

L'incubation dure deux mois à une température de 28 à 30°C.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Cette espèce est nommée en l'honneur d'Hermann Steudner[1].

En captivité[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre en terrariophilie.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Peters, 1869 : Eine Mittheilung über neue Saurier (Chaunoloemus multicarinatus, Tropidolepisma Richardi und Gymnodactylus Steudneri) und Batrachier (Cyclorhamphus fasciatus und Hyla gracilenta). Monatsberichte der Königlich preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, vol. 1869, p. 786-790 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arnold, 2006 : Meine “persönliche” Entdeckung von Tropiocolotes steudneri (PETERS 1869) mit Anmerkungen zu seinem Verhalten im Freiland und Terrarium. Sauria, vol. 28, n. 3, p. 23-31.
  • Gholamifard, Gholamhosseini, Rastegar-Pouyani, Esmaeili & Haji-Gholi, 2010 : First Records of Tropiocolotes steudneri Peters, 1869 and Hemidactylus flaviviridis Rüppell, 1840 (Sauria: Gekkonidae) from Fars Province, Iran. Asian Herpetological Research, vol. 1, n. 1, p. 61-63.

Notes et références[modifier | modifier le code]