Traité de Madrid (1750)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
L'Amérique du Sud en 1754 en application du traité de Madrid.

Le traité de Madrid ou "traité des Limites" est un document signé le par l'Espagne et le Portugal au sujet de leurs empires coloniaux, et en particulier des plantations du Brésil actuel. Par des traités antérieurs, dont le Traité de Tordesillas, les deux pays avaient établi que l'empire portugais en Amérique du Sud ne pourrait dépasser le 46e méridien. Le traité de Madrid autorise l'expansion de l'empire portugais au détriment de l'empire espagnol ; dans les faits, il s'est traduit par la formation de l'empire du Brésil.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le traité de Tordesillas, signé en 1494 à une époque où la quasi-totalité du continent américain était une terra incognita, est très rapidement devenu caduc face à la réalité du terrain et à l'impérialisme agressif des portugais.

Alors que la limite nord du domaine portugais devait être situé sur l'île de Marajó, juste avant l'Amazone, la découverte du fleuve au-début du XVIe siècle et l'échec de la colonisation espagnole dans le bassin de l'Amazone (tentative de colonisation notamment menée par Francisco de Orellana) a inévitablement abouti à l'expansionnisme portugais sur le plus grand fleuve du monde dont la maîtrise revêt d'une importance stratégique. À la fin du XVIIe siècle, juste après avoir repris leur indépendance lors de la guerre de Restauration, les portugais ont également outrepassé la limite sud du traité de Tordesillas, qui devait s'arrêter aux alentours du tropique du Capricorne, pour fonder des colonies dans la Pampa, région au climat tempéré doux très propice à la colonisation. En 1680, les portugais fondent la colonie de Sacramento, dans l'actuel sud de l'Uruguay, et tentent même de s'emparer de Buenos Aires. La découverte de l'or dans le Mato Grosso au-début du XVIIIe siècle aboutit également à une ruée d'explorateurs portugais qui repoussent la limite occidentale du traité de Tordesillas.

Pour arrêter l'expansionnisme des Portugais en leur donnant satisfaction, les Espagnols furent alors contraints de reconnaître la souveraineté des Portugais sur des territoires qu'ils maîtrisaient de facto depuis des décennies voire des siècles. En droit international, les traités d'Utrecht de 1713 sont la première entorse au traité de Tordesillas : pour contrecarrer les ambitions coloniales françaises dans le bassin de l'Amazone, les Anglais ont reconnu la souveraineté des Portugais sur les deux rives de l'Amazone. Le traité de Madrid de 1750 vient définitivement mettre un terme à un vieux traité du XVe siècle qui ne correspond plus à l'évolution historique.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Lors des opérations par lesquelles les troupes espagnoles et portugaises ont fixé la nouvelle frontière, elles se sont heurtées à la résistance de sept missions jésuites dans la province de la Bande orientale (l'actuel Uruguay) au cours de ce qu'on appelle aujourd'hui la guerre guaranie. Afin de mettre fin aux conflits générés par ces avancées, cette partie fut reconnue espagnole par le Traité de San Ildefonso (1777).

Le film Mission s'inspire de ces événements.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]