Thonningia sanguinea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Thonningia sanguinea, aussi appelée palmier de la biche blanche est une plante de la famille des Balanophoraceae. Cette plante de genre Thonningia, est une espèce originaire d'Afrique. Elle est également appelée badéngbwé en yaoundé, au Cameroun.

Description[modifier | modifier le code]

Thonningia sanguinea a été découverte par Martin Vahl, un botaniste dano-norvégien, et a été recensée en 1810. Cette espèce s'étend sur le territoire africain. On la retrouve en Sierra Leone au Cameroun, du Gabon au Congo, mais aussi au Soudan Oriental, au Kenya, en Ouganda, en Angola et en Côte d'Ivoire. Elle est très présente en région tropicale et boisée, à une altitude de 1 700 m.

Cette espèce est un holoparasite que l'on retrouve sur les arbres. La plante parasite les plants de palmiers, d'hévéa et de cacaoyer. Elle est incapable de produire de la chlorophylle, et totalement dépendante de son hôte. Elle mesure généralement un peu moins de 20 cm de hauteur. Seule l'inflorescence est perçue hors de terre, à environ 7 cm de hauteur et est de couleur rose.

Propriété[modifier | modifier le code]

Bien que l'infestation de Thonningia sanguinea ne soit généralement pas fatale, elle peut causer une certaine perte de vigueur chez son hôte. Une infestation massive et fatale a cependant été enregistrée dans la Province méridionale de Sierra Leone, causant ainsi la mort d'hévéas.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Alimentation 
la racine aromatique est utilisée comme épice pour agrémenter les soupes.
Médecine traditionnelle 
la plante entière pilée et utilisée en cas de dysenterie ; préparée en pommade, elle traite les gonflements ; en cataplasme, elle favorise la maturation des abcès et enfin pilée et diluée dans de l'eau, elle s'utilise comme bain de bouche pour contrer les caries, les gingivites et autres infections buccales. La racine est utilisée comme vermifuge ; une décoction de racine traite les rhumatismes. La fleur est utilisée en décoction pour traiter les maux de gorge et laryngites ; mais aussi comme vermifuge lorsqu'elle est mélangée à d'autres plantes ; pilée et mélangée à du piment, elle forme une pâte et s'utilise comme lavement en cas d'hémorroïdes ou est frottée sur la nuque en cas de torticolis ; le jus provenant des fleurs pressées, est utilisé comme instillation pour les yeux des enfants rachitiques et des bébés prématurés. Le rhizome et les fleurs sont transformés en pommade pour traiter les problèmes dermatologiques.
Sexualité 
la plante entière pilée est utilisée comme aphrodisiaque.
Médecine 
déjà utilisée en médecine traditionnelle en Côte d'Ivoire pour contrer les diarrhées dont celle causée par la salmonellose, les extraits de fleur de Thonningia sanguinea constituent une thérapie alternative au traitement de la salmonellose, et plus principalement pour la fièvre typhoïde. Aussi, les flavonoïdes présents dans Thonningia sanguinea auraient des propriétés bactéricides et seraient utilisés dans le traitement des staphylococcoses.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Tropicos, « Thonningia sanguinea Vahl », sur tropicos.org (consulté le 23 janvier 2017) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Royal Botanic Gardens, Kew, « Thonningia sanguinea Vahl », sur plants.jstor.org (consulté le 23 janvier 2017) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Useful Tropical Plants, « Thonningia sanguinea », sur tropical.theferns.info (consulté le 23 janvier 2017)
  • (en) Prota4u, « Thonningia sanguinea », sur prota4u.org (consulté le 23 janvier 2017) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Catalogue of Life, « Thonningia sanguinea », sur catalogueoflife.org (consulté le 23 janvier 2017)
  • Adjanohoun, E. Végétation des savanes et des rochers découverts en Côte d'Ivoire centrale. ORSTOM : Paris, 1964, p. 47.
  • J. Fleurentin, J.-M. Pelt et G. Mazars. Des sources du savoir aux médicaments du futur. IRD éditions : Paris, 2002, p. 336.
  • René Letouzey, « Dénominations pygmées de quelques arbres et arbustes forestiers camerounais », Journal d'agriculture tropicale et de botanique appliquée, 11, 10, 347-383.
  • I. Bagre, K. Ouattara, et al. «Mise en évidence des propriétés antistaphylococciques des flavonoïdes totaux de Thonningia sanguinea (Vahl), une plante de la pharmacopée ivoirienne », Phytothérapie, 12, 360, 2014.
  • JD N'guessan, et al., «Antibacterial activiti of Thonningia sanguinea against some multi-drug resistant strains of Salmonella enterica », African Health Sciences, 7, 3, 2007, pp. 155-158.

Voir aussi[modifier | modifier le code]