Thea Proctor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thea Proctor
Image dans Infobox.
Thea Proctor (tableau de George W. Lambert
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
SydneyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
St John's Wood Art School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Althea Mary Proctor, née le et morte le , est une artiste australienne du début du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thea Proctor est née à Armidale (Nouvelle-Galles du Sud, Australie), de Katherine Louise Proctor et William Consett Proctor, un avocat et un homme politique. Lorsque ses parents se séparent en 1892, sa sœur et elle s’installent à Bowral chez leur grand-mère, qui encourage son intérêt pour la peinture[1].

Elle étudie en 1896 à l'école d'art de Sydney de 1896 sous la direction de Julian Ashton, puis à St John's Wood Art School à Londres en 1903. Ashton et Proctor deviennent amis pour la vie et elle lui sert plusieurs fois de modèle[2]. Elle reste à Londres de 1903 à 1912, travaillant avec d'autres artistes australiens expatriés tels qu'Arthur Streeton et Charles Conder, produisant des dessins et des aquarelles, influencée par Conder et par les estampes japonaises. Elle revient à Sydney de 1912 à 1914, puis s'installe de nouveau à Londres jusqu'en 1921. Elle expose à la Royal Academy of Arts, et au New English Art Club, produit des lithographies exposées au Senefelder Club et à la London Goupil Gallery[1].

Après son retour à Sydney, elle expose avec Margaret Preston en 1925. Puis, avec George Washington Lambert, elle fonde le Contemporary Group et expose notamment en 1926-28 avec Grace Cossington Smith, Margaret Preston de nouveau, Roland Wakelin et Roy De Maistre. Dans la même période, elle enseigne à Adrian Feint les techniques de la gravure sur bois de 1926 à 1928, et comme elle, il produit des couvertures pour magazine. Plus tard, elle enseigne également l'impression de linogravure à l'école d'art Julian Ashton de Sydney, avec par exemple parmi ses élèves Jean Bellette, ainsi que le dessin à la Société des arts et métiers de la Nouvelle-Galles du Sud[1]. Elle et Margaret Preston sont des amies exposant régulièrement ensemble à Sydney et à Melbourne jusqu'à ce qu'une jalousie professionnelle mette un terme à cette relation en 1925[3]. Thea Proctor s'attache également à faire connaître le travail négligé de son cousin John Peter Russell. Elle meurt en 1966 à Sydney.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Roger Butler, « Proctor, Alethea Mary (Thea) (1879–1966) », dans Australian Dictionary of Biography, vol. 11, MUP, (lire en ligne).
  • (en) Shane Maloney, « Thea Proctor & Margaret Preston », The Monthly, no 40,‎ (lire en ligne).

Autres sources sur le web[modifier | modifier le code]