Théorème du singe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le théorème du singe est un exemple d'« histoire enseignement », une historiette présentée sur le mode narratif, non nécessairement véridique, dont la morale permet d'enseigner ou d'expliciter un phénomène. Ici, le théorème du singe est utilisé pour mettre en valeur le fonctionnement du conditionnement mental. Cette histoire est présentée comme le récit d'une expérience scientifique comportementale menée sur des chimpanzés.

Le récit de l'expérience[modifier | modifier le code]

De singes et de bananes.

Une vingtaine de chimpanzés sont isolés dans une pièce où est accrochée au plafond une banane, et seule une échelle permet d'y accéder. La pièce est également dotée d'un système qui permet de faire couler de l'eau glacée dans la chambre dès qu'un singe tente d'escalader l'échelle.

Rapidement, les chimpanzés apprennent qu'ils ne doivent pas escalader l'échelle. Le système d'aspersion d'eau glacée est ensuite rendu inactif, mais les chimpanzés conservent l'expérience acquise et ne tentent pas d'approcher de l'échelle.

Un des singes est remplacé par un nouveau. Lorsque ce dernier tente d'attraper la banane en gravissant l'échelle, les autres singes l'agressent violemment et le repoussent. Lorsqu'un second chimpanzé est remplacé, lui aussi se fait agresser en tentant d'escalader l'échelle, y compris par le premier singe remplaçant.

L'expérience est poursuivie jusqu'à ce que la totalité des premiers chimpanzés qui avaient effectivement eu à subir les douches froides soient tous remplacés. Pourtant, les singes ne tentent plus d'escalader l'échelle pour atteindre la banane. Et si l'un d'entre eux s'y essaye néanmoins, il est puni par les autres, sans savoir pourquoi cela est interdit et en n'ayant jamais subi de douche glacée.

L'enseignement[modifier | modifier le code]

Cette histoire est utilisée pour symboliser par exemple la naissance et le fonctionnement de la « culture d'entreprise », des cultures familiales et des secrets de famille notamment. Ce Théorème du singe tente d'expliquer par la parabole comment des situations ubuesques peuvent rester bloquées indéfiniment jusqu'à ce qu'un esprit révolutionnaire remette en question l'ordre établi.

Anecdote[modifier | modifier le code]

  • Le théorème du singe a inspiré le titre du roman noir éponyme de Christian Blanchard, Le Théorème du singe, Éditions du Barbu, 2007.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) G. R. Stephenson, « Cultural acquisition of a specific learned response among rhesus monkeys », Progress in Primatology, Stuttgart, Fischer,‎ 1967, p. 279-288

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]