Tensions de 2022 entre la République démocratique du Congo et le Rwanda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tensions de 2022 entre la République démocratique du Congo et le Rwanda

Informations générales
Lieu République démocratique du Congo, Rwanda
Issue En cours
Belligérants
Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
FDLR (selon le Rwanda, démenti par la RDC)
Drapeau du Rwanda Rwanda
Mouvement du 23 Mars (selon la RDC, démenti par le Rwanda)
Soutenu par :
Drapeau de l'Ouganda Ouganda (selon des sources de sécurité de haut niveau de la RDC, démenti par l'Ouganda[1])
Commandants
Drapeau de la république démocratique du Congo Félix TshisekediDrapeau du Rwanda Paul Kagame
Drapeau du Rwanda François Habitegeko (en)
Forces en présence
500 forces spéciales à Tshanzu (selon la RDC)
Pertes
1 officier tué
2 civils tués (selon la RDC)
plusieurs civils blessés
2 officiers blessés (selon le Rwanda)
plusieurs civils blessés

Les tensions de 2022 entre la République démocratique du Congo et le Rwanda sont survenues en 2022 lorsque de fortes tensions ont éclaté entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda, conduisant à plusieurs attaques présumées des forces congolaises et rwandaises sur le territoire de l'autre.

La crise est liée à une récente offensive des membres du Mouvement du 23 Mars (M23), que le Congo accuse le Rwanda de soutenir[2]. Le Rwanda a également accusé la RDC de soutenir le groupe paramilitaire FDLR[3]. Le Congo et le Rwanda nient soutenir respectivement les FDLR et le M23[4].

Le soutien du Rwanda au M23 a été confirmé par un rapport de l'ONU[5].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Mai[modifier | modifier le code]

Les forces de la RDC ont déclaré avoir capturé deux soldats rwandais qui avaient été envoyés au Congo sous un déguisement. Tous deux ont été libérés le 11 juin[6].

Le 23 mai, les forces de la RDC auraient bombardé le district de Musanze, dans la province du Nord du Rwanda, blessant plusieurs personnes[7].

2 juin[modifier | modifier le code]

L'Angola a tenté de négocier une résolution entre les deux pays.

8 juin[modifier | modifier le code]

Alexander De Croo, le premier ministre belge, a comparé l'est de la RDC à l'Ukraine lors d'une visite à Kinshasa, faisant en outre des commentaires laissant entendre qu'il soutenait le Congo dans sa crise frontalière avec le Rwanda.

9 juin[modifier | modifier le code]

La République démocratique du Congo a déclaré avoir découvert que 500 forces spéciales rwandaises avaient été envoyées dans la région de Tshanzu au Nord-Kivu[8].

10 juin[modifier | modifier le code]

La RDC a accusé le Rwanda d'avoir tiré des roquettes sur une école du Nord-Kivu, tuant deux enfants et blessant gravement une autre personne d'âge indéterminé. Le Rwanda a également déclaré que le Congo avait tiré des roquettes sur l'ouest du Rwanda depuis la direction de Bunagana[9],[10].

11 juin[modifier | modifier le code]

Les Nations unies ont appelé à un cessez-le-feu entre les deux pays[11].

12 juin[modifier | modifier le code]

Le Congo a allégué que le Rwanda avait l'intention d'occuper la ville de Bunagana.

13 juin[modifier | modifier le code]

Le 13 juin, les forces du M23 ont capturé la ville de Bunagana depuis la RDC, forçant environ 30 000 civils à fuir vers l'Ouganda. Cependant, la RDC a affirmé que les forces rwandaises aidaient à occuper la ville. Les rebelles ont affirmé que la prise de Bunagana n'était pas leur objectif mais ont décidé de le faire après des attaques répétées de l'armée congolaise. Ils ont également dit qu'ils étaient ouverts à des négociations directes avec le gouvernement.

Les violents combats ont également poussé environ 137 soldats congolais et 37 policiers à fuir en Ouganda, où ils se sont rendus aux forces ougandaises[12],[13].

Deux sources de sécurité congolaises de haut niveau ont également affirmé que l'Ouganda aidait également le M23 dans son offensive.

Après l'appel de cessez-le-feu de l'ONU entre les deux pays, Kigali a accusé l'ONU de prendre parti pour Kinshasa alors les tensions vont croissant entre les deux pays[14].

15 juin[modifier | modifier le code]

Des milliers de manifestants ont organisé une manifestation contre les actions rwandaises à Goma. La manifestation s'est rapidement transformée en émeute anti-rwandaise alors qu'une foule en colère a pillé et attaqué des magasins appartenant à des rwandais, saisissant des véhicules pour vérifier si des rwandais étaient à l'intérieur. La police anti-émeute congolaise a tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants après que certains aient tenté d'entrer dans un poste de contrôle frontalier à la frontière rwandaise. Plusieurs rwandais de Goma ont répondu en fuyant le pays.

17 juin[modifier | modifier le code]

Quelques heures seulement après que les responsables congolais de la sécurité ont appelé la RDC à couper tous les liens avec le Rwanda, un soldat congolais est entré dans le district de Rubavu portant un AK-47 et a été abattu par un officier de la police nationale du Rwanda (en). Les forces rwandaises de défense ont déclaré que le soldat avait été tué après avoir commencé à tirer sur des civils et des forces de sécurité, et qu'il avait blessé deux officiers. Le Congo a fermé la frontière des deux pays en réponse à la mort de l'officier, ajoutant qu'il ouvrirait une enquête sur les événements.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Congo rebels seize eastern border town, army blames Rwanda », sur Reuters,
  2. (en) « Congo says Rwandan forces supported latest rebel attacks as thousands flee », sur Reuters,
  3. (en) « Congo accuses Rwanda of sending disguised troops across border », sur Reuters,
  4. (en) « DR Congo President Felix Tshisekedi accuses Rwanda of backing rebels », sur France 24,
  5. « L’ONU confirme le lien entre le Rwanda et le M23, une victoire pour la RDC », sur https://afriquinfos.com/ (consulté le )
  6. (en) « Rwanda says two soldiers detained in Congo have been released », sur Reuters,
  7. (en) « Rwanda says its territory shelled by Congo, requests probe », sur Reuters,
  8. (en) « DRC accuses Rwanda of sending disguised soldiers across border », sur Al Jazeera,
  9. (en) « Congo, Rwanda accuse each other of fresh cross-border rocket strikes », sur Reuters,
  10. (en) « Rwanda says DRC launched two rockets into its soil », sur AfricaNews,
  11. (en) « UN urges ‘immediate’ halt to cross-border clashes in eastern DRC », sur Al Jazeera,
  12. (en) « DR Congo accuses Rwanda of 'invasion' as rebels attack town », sur Deutsche Welle,
  13. (en) « DR Congo accuses Rwanda of 'invasion' as rebels seize town », sur news.yahoo.com,
  14. « Le Rwanda accuse l'ONU de "prendre parti" pour la RDC », sur VOA (consulté le )