Ténacité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La ténacité est la capacité d'un matériau à résister à la propagation d'une fissure ; cela s'oppose à la fragilité.

Plus précisément, on définit la ténacité comme étant la quantité d'énergie qu'un matériau peut absorber avant de casser. Les matériaux pouvant se déformer plastiquement ont donc une plus grande ténacité que les matériaux à déformation uniquement élastique comme le verre.

Pour déterminer expérimentalement la ténacité, on utilise une éprouvette pré-entaillée. En exerçant sur cette éprouvette un système de forces appropriées, on soumet sa fissure à un mode d'ouverture et on évalue l'énergie élastique libérée par la progression de la fissure. La ténacité est proportionnelle à la racine carrée de cette énergie.

On distingue trois modes d'ouverture de la fissure :

  • le mode I : on effectue un essai de traction perpendiculairement au plan de la fissure, c'est le mode le plus dangereux ;
  • le mode II : on cisaille dans l'axe de la fissure ;
  • le mode III : on cisaille perpendiculairement à l'axe de la fissure.

La fissure étant une entaille, il se crée une concentration de contrainte. On définit donc les facteurs d'intensité de contrainte KI, KII ou KIII selon le mode de sollicitation. Par la suite, nous ne parlerons que du mode I.

Pour une fissure de longueur 2a et une pièce infinie, le facteur d'intensité de contrainte KI vaut :

\mathrm{K_I} = \sigma \sqrt{\pi a}

où σ est la contrainte nominale. Dans le repère ayant pour origine le fond de fissure et pour axe x l'axe de la fissure, le tenseur des contraintes en un point situé aux coordonnées polaires (r, θ) s'écrit :

\sigma_{ij} = \frac{\mathrm{K_I}}{\sqrt{2\pi r}}\cdot f_{ij}(\theta)

où ƒij est une fonction de l'angle.

La fissure progresse si l'énergie nécessaire pour faire avancer la fissure [pour rompre les liaisons atomiques, pour créer de la surface libre (tension superficielle)] est inférieure à l'énergie élastique de relaxation (l'avancement de la fissure « libère » de la matière qui se détend). Cela correspond en fait à un facteur d'intensité de contrainte critique KIC, appelé ténacité.