Synthèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sur les autres projets Wikimedia :

La synthèse (du grec, sunthesis, « réunion ») est une opération de l'esprit (raisonnement), inverse de l'analyse, par laquelle on rassemble, en un tout homogène, divers éléments d'un domaine de connaissance.

Littérature et sciences sociales[modifier | modifier le code]

Le terme synthèse est entendu dans deux acceptions dans les sciences humaines.

En littérature, la synthèse d'une œuvre est un résumé de celle-ci.[réf. nécessaire]. Dans ce cas, la synthèse mobilise des compétences telles que la capacité à identifier les éléments (ou arguments) d'un document, les classer et les hiérarchiser. Dans ce sens, la synthèse de documents est un exercice commun.

Mais la synthèse est aussi un exercice placé au sommet de la Taxonomie de Bloom, qui amène à dégager le point de vue identifié dans le/les document(s), la réponse à la problématique énoncée en introduction, mais aussi possiblement une règle ou un schéma qui viendraient regrouper les enseignements de la réflexion menée[1].

Ainsi, au sens large, la synthèse est un exposé global donnant un aperçu, une vue d'ensemble, plus ou moins exhaustive (exemple : synthèse historique). C'est un élément de la construction du plan dialectique moderne selon le modèle thèse-antithèse-synthèse.

En sciences sociales, elle correspond au projet lancé par Henri Berr avec la Revue de synthèse et la collection de synthèses historiques qu'il avait fondée chez Flammarion sous le nom de l'Évolution de l'humanité.

Philosophie[modifier | modifier le code]

En philosophie (dans la terminologie d'Emmanuel Kant, qui développe un schéma déjà présent chez David Hume et chez Gottfried Wilhelm Leibniz), on distingue les jugements ou propositions ou énoncés analytiques des énoncés synthétiques a priori et des énoncés synthétiques a posteriori. Cette distinction sera reprise dans la théorie vérificationniste de la signification, conception épistémologique élaborée dans les années 1920-1930, dans le cadre du positivisme logique (ou empirisme logique) du Cercle de Vienne.

La synthèse est aussi le troisième moment de la pensée (ou démarche) dialectique qui sera systématisée par Friedrich Hegel et résumée par le triptyque (ou triade) : thèse-antithèse-synthèse déjà formulé par Johann Gottlieb Fichte et qui remonterait jusqu'à Héraclite. Voir aussi le développement de ce concept dans la section consacrée à la dialectique chez Hegel de l'article "Dialectique", ainsi que l'article consacré au "Plan dialectique".

Sciences et technologies[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. fairecours, « Poser un propos structuré », sur Faire cours, (consulté le )