Syndicat national de l'enseignement supérieur (Maroc)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Syndicat national de l'enseignement supérieur (Maroc)
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Syndicat
Zone d’influence Drapeau du Maroc Maroc
Fondation
Fondation
Fondateur Les enseignants chercheurs des universités marocaines
Identité
Siège Avenue Allal Al Fassi, Madinat Al Irfane, IERA Rabat
Site web https://www.snesup.ma

Le Syndicat national de l'enseignement supérieur (SNESup) est une instance habilitée à militer pour la défense des droits et des intérêts des enseignants-chercheurs et la promotion de l’enseignement supérieur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le SNESup a été créé le 17 juillet 1957 lors de son premier congrès à Rabat par une poignée de jeunes nationalistes fraîchement recrutés par le Maroc indépendant. Ils élisent feu Abdel Malek Guessous, professeur de physique théorique, à la tête du SNESup.

Abdel Malek Guessous, 1er secrétaire général du SNESup, Mai 1960 – Juin 1963

Depuis sa création jusqu'au congrès d'avril 1979, le SNESup reste affilié à la centrale syndicale UMT. C'est l'époque où toutes les organisations de masses étaient issues du mouvement national.

Le congrès d'avril 1979, qui a lieu à Fès, va prendre une décision de devenir un syndicat indépendant. En effet, afin de garantir l'unité du SNESup et l'adhésion de tous les enseignants-chercheurs, et devant la multitude de centrales syndicales de l'époque, le congrès décida la cessation de l'affiliation du SNESup à l'UMT. Depuis cette date le SNESup est un syndicat indépendant. Ce congrès est bien entendu considéré comme le premier du SNESup avec ce nouveau statut.

Depuis sa création le SNESup n'a cessé de lutter pour la réforme de l'enseignement supérieur et pour l'amélioration des conditions de travail, ainsi que la situation morale et matérielle des enseignants chercheurs.

Représentativité[modifier | modifier le code]

Le SNESup est membre de l'Internationale de l'éducation (IE) et de la Fédération mondiale des travailleurs scientifiques (FMTS). Il participe aux différentes activités de ces organisations internationales, notamment à la promotion de la lutte contre l'analphabétisme, contre la marchandisation du savoir et pour la paix dans le monde.