Sylvie Rimbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sylvie Rimbert
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Présidente
Comité français de cartographie (d)
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Sylvie Rimbert, née en , est une géographe et cartographe française connue pour avoir diffusé et vulgarisé en France les méthodologies et outils de la cartographie, et notamment de la télédétection.

Elle est également pionnière des usages des outils informatiques en géographie, participant aux premières expériences de cartographie automatisée[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sylvie Rimbert est diplômée de l’école supérieure de cartographie de Paris en 1949, et soutient une thèse de doctorat de 3e cycle en 1963 puis un doctorat d’État en 1972 à l'université Strasbourg I. Elle est recrutée en 1973 comme chargée de recherche CNRS à l'université de Strasbourg.

Elle travaille également comme géographe au Ministère des affaires étrangères et comme cartographe au journal Le Monde.

Elle est désormais directrice de recherche honoraire[2].

Travaux[modifier | modifier le code]

Sylvie Rimbert est spécialiste de la méthodologie cartographique et de la géographie du comportement[2]. Ses travaux contribuent à introduire les méthodes de télédétection spatiale en France, notamment sur les villes et le paysage urbain. Son ouvrage Les paysages urbains (1973) est remarqué (entre autres) par Paul Claval[3], Roger Brunet[4] ou Pierre George, qui soulignent le fait qu'il « apporte une contribution nouvelle à l'image et la perception de la ville »[5].

Pionnière des usages des outils informatiques en géographie, Sylvie Rimbert participe aux premières expériences de cartographie automatisée, notamment via le logiciel Symap.

En 1978, elle fonde avec l’anglais Robert Bennett et l’allemand André Kilchenmann le groupe organisant les colloques européens de géographie théorique et quantitative[1].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Sylvie Rimbert est présidente en 2007 du Comité de cartographie (Paris), et présidente de la Commission de géographie théorique de l’Association Cartographique Internationale.

Principales publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Sylvie Rimbert, Les paysages urbains, Paris, A. Colin, , 240 p.
  • Marie-France Cicéri, Bernard Marchand et Sylvie Rimbert [préface de Denise Pumain], Introduction à l'analyse de l'espace, Paris, Armand Colin, (1re éd. 1977, Ed Masson)
  • Sylvie Rimbert [préface d'Abraham Moles], Carto-graphies, Paris, Hermès, [6]
  • Sylvie Rimbert Cartes et graphiques, Carte et graphiques : Initiation à la cartographie, Paris, Sedes,

Articles[modifier | modifier le code]

  • Sylvie Rimbert, « Des bruits qui brouillent les cartes : les insuffisances de la lecture visuelle des cartes thématiques », L'espace géographique, vol. 2, no 4,‎ , p. 313-316
  • Sylvie Rimbert, « Aperçu sur la géographie théorique : une philosophie, des méthodes, des techniques », L'espace géographique, vol. 2,‎ , p. 101-106
  • Sylvie Rimbert, « L’Atlas 1984 : cinq kilos de papier ou cinq cents grammes de disquettes ? », Cahiers de l’Institut de Géographie de Fribourg, UKPIK, vol. 2,‎

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le Dictionnaire universel des Créatrices (ISBN 9782721006318, lire en ligne), Sylvie Rimbert
  2. a et b « Sylvie Rimbert », sur data.bnf.fr (consulté le )
  3. « Les Paysages urbains », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Roger Brunet, « Les paysages urbains - Sylvie Rimbert, Les paysages urbains. Paris, P.U.F., 1973 », L'Espace géographique, vol. 3, no 3,‎ , p. 210–210 (lire en ligne, consulté le )
  5. Pierre George, « Les paysages urbains, Sylvie Rimbert », Annales de géographie, vol. 83, no 458,‎ , p. 463–463 (lire en ligne, consulté le )
  6. Jean Raveneau, « Compte rendu de [Rimbert, Sylvie (1990) Carto-graphies.Paris, Éditions Hermès (Coll. « Traité des nouvelles technologies », SérieGéographie assistée par ordinateur), 176 p., préface de A. Moles.] », Cahiers de géographie du Québe, vol. 35(96),‎ , p. 585–587 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]