Sunshine Skyway Bridge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les ponts image illustrant la route
image illustrant l’océan Atlantique image illustrant la Floride
Cet article est une ébauche concernant les ponts, la route, l’océan Atlantique et la Floride.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Sunshine Skyway Bridge
Image illustrative de l'article Sunshine Skyway Bridge
Géographie
Pays États-Unis
État Drapeau de la Floride Floride
Coordonnées géographiques 27° 37′ 30″ N 82° 39′ 30″ O / 27.625, -82.658333
Fonction
Franchit Baie de Tampa
Fonction Pont routier
Caractéristiques techniques
Type Pont à haubans
Longueur 8 900 m
Portée principale 366 m
Largeur 29 m
Hauteur 213 m

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Sunshine Skyway Bridge

Géolocalisation sur la carte : Floride

(Voir situation sur carte : Floride)
Sunshine Skyway Bridge

Le Sunshine Skyway Bridge est un pont routier américain franchissant la baie de Tampa en Floride. Il s'agit d'un pont à haubans d'une longueur de 8,9 kilomètres qui relie la ville de St. Petersburg à Bradenton par l'Interstate 275. Le passage est payant, 1,25 dollar par voiture depuis le 24 juin 2012[1].

Historique[modifier | modifier le code]

1980[modifier | modifier le code]

Suite à la collision d'un cargo en 1980, le pont s'est partiellement effondré. Il a ensuite été détruit et reconstruit.

Mention littéraire[modifier | modifier le code]

En 2014, Jean Echenoz situe l'un de ses récits — intitulé Génie civil —, dans la série de sept parus dans le recueil Caprice de la reine, dans le contexte direct de ce pont qui joue un rôle essentiel de la « chute finale » de la nouvelle[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sunshine Skyway Bridge - Interstate275Florida.com
  2. Caprice de la reine sur le site des éditions de Minuit.
  3. Caprice de la reine de Jean Echenoz par Patrick Grainville dans Le Figaro du 27 mars 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :