Stuart Syvret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Stuart Syvret
Illustration.
Le sénateur Stuart Syvret.
Fonctions
Ministre de la santé et des affaires sociales de Jersey
Lieutenant-gouverneur Andrew Ridgway
Premier ministre Frank Walter
Sénateur
Biographie

Stuart Syvret est un politicien de Jersey, né dans cette île Anglo-Normande. Il fut élu sénateur en 1990 et ministre de la santé et des affaires sociales de 2005 à 2007.

Protection de l'enfance[modifier | modifier le code]

Durant son mandat de ministre, Syvret signala des problèmes en relation avec le degré de protection de l'enfance à Jersey. Dans un courrier sur le service de Jersey "Child and Adolescent Mental Health Service" (CAMHS) il affirmait que "ma réponse initiale fut de mettre dehors tout le personnel travaillant dans ce service et le fermer"[1],[2]. Frank Walker, le ministre en chef, l'accusa de causes des dommages à la réputation de Jersey pour avoir parlé à la presse[3].

Le responsable du comité pour la protection de l'enfance de Jersey (The Jersey Child Protection Committee) Iris Le Feuvre, répondit en alléguant une violation de la loi sur la protection des données par le ministre, en relation avec un enfant abusé sexuellement. Une enquête fut ouverte par le préposé à la protection des données. Le sénateur Syvret nia avoir violé la loi[2].

Un certain soutien du public lui fut acquis[4] et il indiqua qu'il ne reculerait pas mais il dut affronter un vote de déni de confiance le 11 septembre 2007. Le sénateur Frank Walker gagna le vote par 30 voix contre 15 et Syvret fut renvoyé de son poste de ministre avec effet immédiat et redevint simple sénateur.

Il indiqua plus tard que son enquête avait été soutenue par ses collègues ministres et qu'en réaction le ministre en chef lui avait demandé de démissionner[5].

L'affaire de l'orphelinat de Jersey éclata l'année suivante mais dans l'absolu ne peut lui être reliée.

Selon Syvret, les conférences de presse données par les autorités ont cloué au pilori le policier Lenny Harper, occulté certaines directions possibles de l'affaire qui ont été artificiellement abandonnées comme la possibilité qu'il y a eu meurtre et détourné l'attention des pratiques actuelles en matière de protection de l'enfance à Jersey[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « My initial response is to sack everyone who works there and close it down. »
  2. a et b (en) Frank Walker, Minister for Health and Social Services Dismissal, States of Jersey, 28 août 2007.
  3. (en) Rayner Gordon, « Jersey Chief Minister confronts abuse crisis », The Daily Telegraph, 26 février 2008,
  4. (en) « Why Minister should not resign », Progress Jersey, consulté le 30 juillet 2007.
  5. (en) « Minister Told to Go », Jersey Evening Post, 30 juillet 2007, consulté le 30 juillet 2007.
  6. « Police rule out any murder at care home », The Guardian, 13 novembre 2008.

Liens et références externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]