Stéphanos III d'Ibérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Stéphanos III
Titre
Prince-primat d'Ibérie
Prédécesseur Nersé
Successeur Vacance
(après : Achot Ier)
Prince de Djavakheti-Calarzène
Prédécesseur Gouaram IV
Successeur Adarnassé Ier
Biographie
Dynastie Gouaramides
Date de décès
Père Gouaram IV

Stéphanos III d’Ibérie (en géorgien სტეფანოზ III, Step'anoz III ; mort en 786) est un prince de Djavakheti Calarzène et un prince-primat d'Ibérie de 780 à 786.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Gouaram IV Gourgen II, prince de Djavakheti Calarzène, il est le petit-fils de Gouaram III d'Ibérie. Dernier représentant de la dynastie dite des « Gouaramides », il succède à son père comme prince de Djavakheti et de Calarzène à une date inconnue.

Lorsqu’en 779/780 son oncle maternel Nersé d'Ibérie de la dynastie des Nersianides est contraint de s’enfuir avec son épouse et ses enfants d’abord chez les Khazars puis chez les Abkhazes, les Arabes le nomment prince-primat d’Ibérie sous la suzeraineté du Calife.

Stéphanos III est peut-être le « jeune prince » dont l’historien arménien Ghévond évoque le martyr en 786 sous le règne du calife Musa al Hadj[1].

Selon Cyrille Toumanoff, le titre de « prince–primat » d’Ibérie disparaît avec lui. Et il n’est rétabli qu'au profit d’Achot Ier d'Ibérie, le Bagratide reconnu curopalate et prince des Géorgiens en 813.

Hypothèse[modifier | modifier le code]

Christian Settipani estime de son côté que Stéphanos aurait eu comme successeur immédiat un prince P'ilipé (« Philippe ») qui, d’après son nom, serait selon lui un cadet de la maison arménienne des Siouni et dont la succession serait assurée vers 800 par Adarnassé, cousin ou neveu par sa mère de Stéphanos III et père d’Achot Ier[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ghévond, chapitre VIII : « Khazme fit encore exécuter le prince de la Géorgie dans des tortures horribles. Il le fit suspendre pieds et mains liés et couper en deux. Ce prince était encore jeune ; c’est ainsi qu’il prit congé de ce monde comme un agneau abattu dans la boucherie ».
  2. Selon cette hypothèse de Christian Settipani, « P'ilippé » mort après 786, dont le nom figure dans la « Liste royale de Karthli » du Xe siècle, serait l'époux d'une Bagratide, fille du prince Vasak, et le beau-frère d'Adarnassé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]