Solomana Kante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kanté.
Solomana Kante
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Solomana Kanté (ou Souleymane Kanté) originaire du Mali, né en 1922 au village de Koloni près de Kankan en Guinée et mort à Conakry le mercredi , était un linguiste et un pédagogue guinéen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père avait la charge d’une école privée religieuse. À la mort de son père, Solomana, âgé de 19 ans, est un peu trop jeune pour reprendre la charge de l’établissement qui se vide de ses étudiants. Il devient alors marchand de noix de cola, comme beaucoup de Mandingues.

En lisant un article écrit par un journaliste libanais dans lequel était écrit, entre autres, que les Africains n’avaient pas de système d’écriture propre et semblaient ne pas s’intéresser à l’écriture, Solomana Kante décide de créer le n’ko, un système de transcription des sons de la langue mandingue, qui lui semble plus adapté à la transmission du savoir et à la pédagogie que des systèmes de transcription étrangers comme l’alphabet latin ou l’alphabet arabe.

Une nouvelle étude[1] du chercheur haïtien Rodney Salnave, basée sur l'écriture en 1791 de Tamerlan, un esclave lettré à Saint Domingue[2] (actuel Haïti), a démontré que Souleymane Kanté n'était pas l'inventeur de l'alphabet N'Ko en 1949. Le N'Ko fut en fait inventé deux siècles plus tôt, au début des années 1700, par le futur Roi du Royaume bambara de Ségou, Ngolo Diarra (1718-1790) qui a étudié à Tombouctou[3], Mali, dans sa jeunesse. Souleymane Kanté, quoique natif de la Guinée, sa famille est originaire de Ségou (ville)[4], au Mali où N'Ko était écrit. Donc, Souleymane Kanté, qui a relancé l'écriture N'Ko en 1949, a du avoir cet alphabet dans les effets de sa famille depuis des générations.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Méthode pratique d'écriture n'ko,Kankan 1961/Siguiri 1993
  • Traité de sciences en n'ko, Kankan 1961
  • Hatè syllabaire en N'ko ,Abidjan 1982/ Caire 1986,1993,2000,2002,2004,2005,2006/ Kankan 1990/ Conakry 2008,2013/Bamako 2010
  • Le but de la lecture de la Fatiha dans tous les rak`ah de la prière musulmane, dans l’école et dans la mosquée, Caire 1994
  • Histoire de Samory Touré 1830-1900, Caire 1995, 2004, 2008
  • Résumé de l'histoire de la ville de Bambako, ou Bamako,Bamako 2006
  • Conseils aux mamans d'Afrique Noire: La bonne façon d'espacer les naissances et la protection contre la grossesse en Afrique Noire, Caire 1995
  • Conseils aux mères africaines, Caire 2009
  • Les problèmes et les défauts en société, Caire 1992
  • Les viscères et les glandes Conakry 1990
  • Les quinze signes de la fin du monde Conakry 1999
  • La diversité des salutations et les liens de parenté Conakry 1958/1978
  • Histoire de Foloningbè 1800-1882Macenta 1993
  • Comment introduire et conclure un discours, la bénédiction publique, Caire 1993
  • Les ancêtres Adam et Ève ne sont pas à blâmer Caire 2004
  • Néologismes politiques N'ko Caire 2004
  • Histoire des patronymes mandingues Conakry 1972/ Caire 1990
  • L'épopée de Djibriba en N'ko Conakry 1980/ Caire 1997
  • La reproduction humaine ou l'insolence pour le non compréhensif en N'ko Caire 1990
  • Le piroguier de l'espérance, recueil de poèmes N'ko Caire 1993
  • Les règles de la langue, 3e tome N'ko Bamako 2006
  • Traduction N'ko des palmes de DavidConakry 1994
  • Histoire des Souverains Traoré de Sikasso - Kènèdougou en N'ko Bamako 2006
  • Le saint Coran, et la traduction de son sens en N'ko, langue commune du Manden Médine 1999
  • Les qualificatifs et la valeur du Coran Conakry 2003
  • L'histoire d'Elhadj Oumar Tall (1791-1864) en N'ko.
  • Les bases de la géomancie en N'ko Conakry 2006/Bamako 2010
  • Histoire des Mandingues pendant 4000 ans, Tome I (de 2764 avant JC jusqu’à 1234 après JC) Caire 1994, 1997,2002,2004,2008
  • Histoire des Mandingues, Tome II, Soundiata Kéïta, fils de Naré Maghan Caire 1994, 1997, 2002, 2004,2008
  • Histoire des Mandingues, Tome III, les 135 articles de la charte de Kouroukanfouwa ou kouroukanfouga en N'ko Caire 1994, 1997,2002,2004,2008
  • Histoire des Mandingues, Tome IV, les successeurs de Soundiata Kéïta Caire 1994, 1997,2002,2004,2008
  • Histoire de la langue commune mandingue et genèse des emprunts arabes Caire 2008
  • Histoire des royaumes périphériques de la confédération mandingue et des États qui ont émergé sur ses ruines (1100-1898) Caire 1995, 2004, 2008
  • Les proverbes mandingues Caire 2004
  • Histoire du Macina : 462 ans d'événements de 1400 à 1862 Bamako 2007
  • Petit Livre de littérature N'ko Kouthiala 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rodney Salnave, « Tamerlan n'était pas musulman », sur Bwa Kay Il-Ment, (consulté le 5 mars 2017)
  2. Colonel Malenfant, Des colonies et particulièrement de celle de Saint-Domingue : mémoire historique, Paris, Audibert, (lire en ligne), p.213
  3. Samba Lamine Traoré, La Saga de la ville historique de Ségou, Paris, L'Harmattan, , p.43
  4. Jean-Loup Amselle, « Le N'ko au Mali », Cahier d’études africaines. 36 (144),‎ , p. 823-826 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]