Soko 522

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Soko 522
Vue de l'avion.
SOKO 522

Constructeur Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie SOKO
Rôle Avion d'entraînement militaire
Statut retiré du service
Premier vol
Nombre construits 110
Équipage
2
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney R-1340-AN-1 Wasp
Nombre 1
Type moteur en étoile
Puissance unitaire 447 kW (608 ch)
Dimensions
Envergure 11 m
Longueur 8,77 m
Hauteur 3,69 m
Surface alaire 17,98 m2
Masses
À vide 2 012 kg
Maximale 2 587 kg
Performances
Vitesse maximale 333 km/h
Plafond 5 070 m
Vitesse ascensionnelle 7,9 m/min
Rayon d'action 605 km
Charge alaire 111,902 kg/m2
Rapport poids/puissance 0,22 kg/ch
Armement
Interne 2 mitrailleuses de 12,7 mm
Externe 2 bombes de 50 kg ou 4 bombes de 25 kg ou 2 roquettes

L'Ikarus 522, ou Soko 522, est un avion militaire de la guerre froide, construit en Yougoslavie par SOKO.

Conception[modifier | modifier le code]

Conçu et construit en Yougoslavie, l'Ikarus 522 est un lointain descendant du North American T-6 Texan. Les ressemblances sont nombreuses : même moteur Pratt & Whitney R-1340-AN1 de 625 ch, même conception générale : fuselage en deux parties, arrière semi-monocoque, avant en tubes soudés, recouverts de larges panneaux amovibles, voilure comportant un plan central sur lequel le fuselage est posé. Les silhouettes sont très proches, mais les différences sont nombreuses. Il y a quinze ans de différences entre les deux machines, l'Ikarus pouvant apparaître comme un perfectionnement du T-6. Ses empennages sont différents, ses ailes plus fines, plus petites, plus modernes[1].

Engagements[modifier | modifier le code]

La production en série fut assurée par la firme SOKO, à Mostar. 110 exemplaires furent produit entre 1955 et 1961 pour la force aérienne yougoslave, qui utilisa le SOKO 522 comme avion d'entraînement de base durant trente ans, de 1958 à 1978. L'avion était équipé d'un viseur et de 2 mitrailleuses de 12,7 mm. Il pouvait aussi être équipé de roquettes ou de bombes de petit calibre (2 bombes de 50 kg ou 4 bombes de 25 kg) pour l'entraînement à l'attaque au sol. Les avions se présentaient avec deux schémas de peinture possibles :

Opérateurs[modifier | modifier le code]

 Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie République fédérative socialiste de Yougoslavie

Survivants[modifier | modifier le code]

Il n'existe que deux Ikarus 522 en état de vol dans le monde. L'un a été restauré par Jean Salis, et vole aux États-Unis. Le second provient des réserves du Musée de l'aviation de Belgrade, où il fut acheté par trois collectionneurs en 1990. Il a été construit en 1959. Son moteur, plus vieux que lui, datant de 1942, avait été acheté d'occasion par la Yougoslavie à l'Afrique du Sud. La restauration de cet avion a duré cinq ans, et plusieurs parties de l'avion incomplet ont dû être refaites, avec la difficulté de la langue : toute la documentation, manuel de pilotage et manuel d'entretien, était rédigée en serbo-croate a dû être traduite. Elle fut terminée fin 1996, et l'avion put voler à nouveau en juin 1997, immatriculé F-AZMG, à Marly-les-Compiègne dans l'Oise[1].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

L'Ikarus 522, maquillé en Focke-Wulf Fw 190, avec les marques de nationalité allemandes (Balkenkreuz et croix gammée nazie), apparaît dans trois films de guerre, tournés en Yougoslavie :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c M.B., « Icare a retrouvé des ailes », Le Fana de l'Aviation, no 334,‎ , p. 6.
  2. a b et c Clansman, « SOKO 522 », sur AviationsMilitaires.net, (consulté le 22 novembre 2018).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Clansman, « SOKO 522 », sur AviationsMilitaires.net, (consulté le 22 novembre 2018).
  • (ru) « 522 », sur Уголок неба,‎ (consulté le 22 novembre 2018).

Sur les autres projets Wikimedia :