Sly Boogy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sly Boogy
Naissance San Bernardino, Californie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur
Genre musical Hip-hop, rap West Coast
Instruments Voix

Sly Boogy, né à San Bernardino, en Californie, est un rappeur américain. Après la formation de quelques groupes sans grand succès, Boogy signe un contrat en solo avec le label Bolo Entertainment en juin 2002. Au label, il y publie son premier album, Judgement Day, en août 2003. Ses singles California Remix et That’z My Name, sont diffusés à la radio et à la télévision locale sur ma chaîne américaine MTV2 en été 2004. Il est jugé en 2011, et incarcéré en 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sly Boogy est né et a grandi à San Bernardino, en Californie, et lance dans le rap pendant l'adolescence[1]. Sa tante, son père et de de ses oncles furent autrefois membres d'un groupe de RnB et de soul[1]. À 19 ans, après avoir emménagé en Philadelphie, il forme le groupe Backadashaq, qui ne publiera aucune chanson[2]. Sly Boogy revient alors dans son État natal en 1994, et forme le groupe Black Spooks avec son cousin et rappeur Dirty Birdy, et DJ KMP[2]. The Spooks signent rapidement au label Perspective Records, dans lequel ils ne pourront publier aucun album[2].

Malgré les hauts et les bas, Boogy persévère et signe finalement au label Bolo Entertainment en juin 2002[2]. Sly Boogy y publie son premier album, Judgement Day, le [3]. La même année, il participe à la bande son du jeu vidéo True Crime: Streets of LA avec son titre Flow[4]. C'est en 2003 et 2004, après la publication des singles California Remix, That'z My Name, It's Nuthin et f U Got Crew qu'il connaît le succès et la reconnaissance[1]. Ses singles California Remix et That’z My Name, sont diffusés à la radio et à la télévision locale sur ma chaîne américaine MTV2 en été 2004[2].

En 2005, il publie son deuxième album, The Fifth Letter qui n'attirera pas l'intérêt du public et de la presse spécialisée[2]. Toujours en 2005, il annonce un nouvel album intitulé Mistaken Identity prévu pour le [5], mais jamais publié. Le 5 mai 2006, Sly Boogy publie la mixtape The Fifth Letter Mixtape - Volume 1[6]. Il publie l'EP, The Beauty of Death, le 17 décembre 2008[7],[8]. En 2013, il participe à une mixtape collaborative, intitulée Fully Loaded, aux côtés notamment de Young Dre et Platinum Stat[9].

En 2014, il est annoncé être en prison[7] ; il est jugé en 2011, et assigné à résidence pendant deux ans, avant son incarcération[10]. Une collecte est organisée pour sa libération[11].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Judgement Day
  • 2005 : The Fifth Letter

Mixtape[modifier | modifier le code]

  • 2005 : The Fifth Letter Mixtape - Volume 1

EP[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Beauty of Death

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Sly Boogy », sur Last.fm (consulté le 19 janvier 2015).
  2. a, b, c, d, e et f (en) « SLY BOOGY », sur IE Weekly,‎ (consulté le 19 janvier 2016).
  3. (en) « Sly Boogy - Judgement Day Overview », sur AllMusic (consulté le 19 janvier 2016).
  4. (en) « Snoop, Warren G. Hit The 'Streets' », sur Billboard,‎ (consulté le 19 janvier 2016).
  5. (en) Lil Jay, « interview STATEMENT FROM SLY BOOGY (February 7, 2006) », sur DubCNN,‎ (consulté le 19 janvier 2016).
  6. (en) « Sly Boogy - Sly Boogy Mixtape Vol 1 - The Fifth Letter », sur DatPiff (consulté le 19 janvier 2016).
  7. a et b (en) « Brian James & Sly Boogy Are “Lost For Words” », sur DubCNN,‎ (consulté le 19 janvier 2016).
  8. (en) « Sly Boogy - The Beauty of Death EP », sur DatPiff (consulté le 19 janvier 2016).
  9. (en) « V8TRAX, SLY BOOGY, PLATINUM STAT, RY DIESEL, RANSOM, YOUNG INVENT, JIMMY TOO SLIC, BRIZN, YOUNG DRE - Sly Boogy », sur DatPiff (consulté le 19 janvier 2016).
  10. (en) « Help Inland Empire Hip-Hop Artist SLY BOOGY Fight His Case », sur 60eastblog.wordpress.com,‎ (consulté le 19 janvier 2016).
  11. (en) Crystal Martin, « FREE SLY BOOGY », sur GoGetFunding (consulté le 19 janvier 2016).

Lien externe[modifier | modifier le code]