Shadows (film, 1959)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Shadows (film, 1961))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shadow.
Shadows
Réalisation John Cassavetes
Scénario John Cassavetes
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 60 min (1958)
87 min (1959)
Sortie 1959

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Shadows (Shadows), une docufiction, est un film américain, le premier réalisé par John Cassavetes, sorti en 1961 en France et en 1959 aux États-Unis. Il sera suivi de Too Late Blues.

La page sur John Cassavetes décrit avec précision le contexte, le tournage et l'accueil de Shadows. Cette fiche est conçue dès l'origine dans un esprit complémentaire.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film s'ouvre dans un bar, où des garçons tentent de trouver des filles pour la nuit. Benny, au caractère un peu difficile et sensible sur son identité afro-américaine, a besoin d'argent qu'il demande à son frère Hugh plus métis. Benny est un jeune homme révolté, qui tente de jouer de la trompette, mais erre surtout de bars en bars à travers les rues de Greenwich Village et de Broadway, à la fin des années cinquante, avec ses amis Dennis et Tom, tout en acceptant des compromis avec son art pour vivre.

Poussé par son imprésario Rupert, Hugh essaye de faire carrière comme chanteur de jazz. Quant à leur sœur de 20 ans, Lelia, un peu plus blanche que ses deux frères afro-américains, elle veut être écrivain. Ils partagent le même petit appartement. Lelia fréquente David, un intellectuel new yorkais. Une belle séquence où nous accompagnons Ben au MOMA.

Au cours d'une party, elle rencontre un blanc, Tony, avec qui elle fait l'amour pour la première fois; mais Tony, troublé, réagit mal lorsqu'il rencontre Hugh, le frère noir de Lelia, et réalise par là les origines insoupçonnées de sa jolie conquête. Il se fait chasser par Hugh. Ensuite Lelia rencontre un Noir convenable, Hugh continue ses tournées. Benny et ses amis se font rosser par des hommes jaloux dont ils ont tenté de séduire les femmes. Le film les laisse sur cette vie incertaine qui continue.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Un des intérêts majeurs de ce premier film de John Cassavetes réside dans la captation cinématographique du travail d'improvisation des acteurs et dans la musique, elle aussi improvisée largement, de Charles Mingus et des solos de saxophone de Shafi Hadi.

Contexte, tournage et accueil du film[modifier | modifier le code]

Il suffit de se reporter à la section « L'expérience Shadows », dans l'article consacré à John Cassavetes, pour trouver tous détails et précisions sur ces trois aspects de la documentation.

L'article d'Odon Abbal, « Cassavetes en son temps - Shadows » (voir bibliographie), et accessible en ligne à ce jour, fait le point sur l'accueil critique du film aux États-Unis et en France.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Avant-scène n° 197 : Shadows, découpage définitif après montage et dialogues in extenso, 1977.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Odon Abbal : « Cassavetes en son temps. Shadows », in Regards sur Cassavetes, Supplément d'âme, hors série n° 1, [s. d.][1].
  • Nicole Brenez : Shadows de John Cassavetes, étude critique, Nathan Université, 1995.
  • Maurice Darmon : Pour John Cassavetes, Le Temps qu'il fait, 2011.
  • Gilles Mouëllic : Jazz et cinéma, Les Cahiers du cinéma / Essais, 2000 (ISBN 2-86642-260-0) : quatre chapitres consacrés à "Shadows".
  • François Niney : L'épreuve du réel à l'écran: essai sur le principe de réalité documentaire, p. 164 sur Shadows, dans un chapitre (p. 146-166) « Les fictions du réel selon Wiseman, Rouch, Cassavetes », Bruxelles, De Boeck Université, 2000.
  • Claude Ollier : Shadows, NRF, août 1961, réédition in Souvenirs-écran, Cahiers du Cinéma / Gallimard, 1981.

Revues[modifier | modifier le code]

  • Cahiers du cinéma
    • 108. Jonas Mekas : Le nouveau cinéma américain, juin 1960.
    • 112. Georges Sadoul : Shadows, octobre 1960.
    • 119. Louis Marcorelles : L’Expérience Shadows suivi de Derrière la caméra, entretien avec John Cassavetes, mai 1961.
    • 453. Camille Nevers :«  Cassavetes : Shadows and Faces », mars 1992.
    • 457. Thierry Jousse : Entretien avec Gena Rowlands, juin 1992.
  • Cinéma
    • 57. Michel Mardore : Shadows, juin 1961.
    • John Cassavetes : À propos de Shadows, juillet 1961.
  • Image et son / La Revue du Cinéma
    • Saison 60. Georges Sadoul : Fiche Saison cinématographique, octobre 1960.
    • 144. Raymond Lefèvre : Shadows, octobre 1961.
    • Saison 61. Raymond Lefèvre : Fiche Saison cinématographique, octobre 1960.
  • Positif
    • 36. Roger Tailleur et Louis Seguin : Shadows, (Venise, 1960), novembre 1960.
    • 377. Sylvain Mathon : Shadows, juin 1992.
    • 431. Christian Viviani : Shadows de Nicole Brenez / John Cassavetes : Sur la réalisation / Marie Chéné: Au plus proche, janvier 1997.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]