Meurtre d'un bookmaker chinois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Meurtre d'un bookmaker chinois
Titre original The Killing of a Chinese Bookie
Réalisation John Cassavetes
Scénario John Cassavetes
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 135 minutes
Sortie 1976

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Meurtre d’un bookmaker chinois (The Killing of a Chinese Bookie) est un film américain réalisé par John Cassavetes, sorti en 1976.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cosmo Vitelli est directeur d'un cabaret de seconde zone dans la banlieue de Los Angeles. Strip tease et numéros s'y suivent chaque soir sous son regard attentif et bienveillant. L'argent se fait rare, et suite à des dettes de jeu il doit 23 000$ à la mafia qu'il garantit en leur signant une hypothèque sur son club. Comme il peine à rembourser, les gangsters lui proposent de s'acquitter de sa dette en tuant un bookmaker concurrent chinois. Refusant dans un premier temps ce marché, il se voit finalement forcé de l'accepter sous peine de subir des représailles physiques.

Vitelli s'inflitre chez sa cible, parvient à l'abattre, et malgré une blessure par balle, réussit à échapper aux hommes de main du bookie. Les commanditaires du meurtre, qui selon toutes leurs prévisions ne s'attendaient pas à ce qu'il en réchappe, décident alors de l'abattre pour éliminer toute preuve de leur propre implication. Vitelli parvient à déjouer leur machination et abat un des tueurs venus l'éliminer. De retour dans son club, et malgré sa blessure qui semble s'aggraver, il trouve l'énergie de remonter le moral de ses girls et du meneur de revue qui tous dépriment dans leurs numéros minables.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Influence[modifier | modifier le code]

Ce film, à travers notamment le personnage de Cosmo Vitelli, a fortement influencé l'écriture du film Tournée (2010) de Mathieu Amalric et particulièrement le personnage de Joachim Zand joué par le réalisateur. Plusieurs scènes du film d'Amalric sont un direct hommage à Meurtre d’un bookmaker chinois comme les scènes de coulisses ou bien la scène finale de Tournée où Zand annonce par micro à ses girls de New Burlesque une mauvaise nouvelle[1].

On pourra aussi noter une analogie remarquable de sujet (le fonctionnement de cabarets de strip-tease) avec une

nouvelle de Georges Simenon, "La colère de Maigret", datée de 1962, et qui situe l'action à Pigalle. Le nom d'un personnage du film, Mr. Sophistication, rappelle même étrangement celui d'un personnage de la nouvelle : M.Raison.

Cassavetes en a-t-il eu connaissance, ne serait-ce qu'indirectement ? Qui peut le dire ?

Références[modifier | modifier le code]

  1. Amalric porté aux nues dans Libération du 30 juin 2010

Lien externe[modifier | modifier le code]