Serin à ventre blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Serin à ventre blanc

Description de cette image, également commentée ci-après

Serinus dorsostriatus

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Fringillidae
Genre Crithagra

Nom binominal

Crithagra dorsostriata
(Reichenow, 1887)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Synonymes

  • Serinus dorsostriatus

Le Serin à ventre blanc (Crithagra dorsostriata) est une espèce de passereau appartenant à la famille des Fringillidae.

Distribution[modifier | modifier le code]

Essentiellement en Afrique du Sud et concentrée dans la Province du Cap, plus morcelée à la périphérie et notamment en Namibie avec une seule petite poche de présence dans l’extrême sud-ouest de l’Angola.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • S. a. albogularis (Smith, 1833) : sud-ouest de la Province du Cap.
  • S. a. hewitti (Roberts, 1937) : ouest et centre de la Province du Cap.
  • S. a. orangensis (Roberts, 1937) : nord-est de la Province du Cap, Lesotho, Orange, sud-ouest du Transvaal.
  • S. a. sordahlae (Friedmann, 1932) : nord et nord-ouest de la Province du Cap, sud de la Namibie (Namaland).
  • S. a. crocopygia (Sharpe, 1871) : nord de la Namibie (Ovamboland), sud-ouest de l’Angola.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le serin à gorge blanche habite la grève et le maquis le long de la côte de l’Afrique du Sud où l’association végétale arbustive est dominée par Euphorbia mauretanica et Zygophyllum morgsana. Il fréquente aussi les formations ouvertes du clayonnage entourant le Port Jackson dans le sud-ouest du Cap, les arbustes et les arbrisseaux rabougris de la zone aride et semi-aride du Grand Karoo et du Namaqualand, les arbustes de Salsola en bordure de rivière dans le sud du Grand Karoo, les zones herbeuses du plateau de l’est de la Province du Cap et de l’État Libre d’Orange, les plantes arbustives succulentes sur les monts Richtersveld, les broussailles épineuses le long des cours d’eau, les abords des zones cultivées, les buissons sur les flancs rocailleux des monts Kamiesberg en Namibie, généralement non loin de l’eau (Fry & Keith 2004).

Alimentation[modifier | modifier le code]

Son régime alimentaire se compose surtout de graines de plantes herbacées Senecio sp. et autres astéracées (dont des tournesols), de graines d’aloès, de bourgeons d’euphorbes et de baies de différentes plantes. Des graines et des insectes sont prélevés pour nourrir les jeunes. Différentes parties de plantes des genres suivants sont consommées : Polycarena, Zygophyllum, Erodium, Kleinia, Relhania, Othonna, Euryops, Chrysanthemoides, Sonchus, Stoebe, Emex, Eriocephalus, Microloma, Salsola, Chenopodium, Raphanus, Acacia, Olea, Protea et Senecio (Milewski 1978). Des baies de Lycium afrum, L. austrinum, Grewia bicolor, G. occidentalis, G. retinervis, Portulacaria afra et des bourgeons d’Euphorbia mauretania sont aussi consommés (Brickell & Konigkramer 1997). Hockey et al. (2005) ont recensé des graines des plantes suivantes : Psilocaulon junceum, Malephora lutea, Acacia, Atriplex lindleyi, Boerhavia repens, Chenopodium, Emex, Protea, Eriocephalus, Erodium, Lepidium, Microloma, Polycarena, Euryops, Relhania, Kleinia, Othonna, Raphanus, Salsola, Sonchus, Stoebe, Zaluzianskia, Zygophyllum; des fruits de Carissa bispinosa, Chrysanthemoides monilifera, Grewia, Lycium, Maytenus, Olea, Atriplex semibaccata avec un complément d’insectes, de termites et de sauterelles.

Plusieurs des plantes décrites ci-dessus sont illustrées dans le livre de Ottaviani (2011) mais une autre exploitée par ce serin et non répertoriée par la littérature classique a été rapportée par Ottaviani, photo à l’appui, : des graines non mûres de Cassine peragua, célastracée.

Voix[modifier | modifier le code]

Le chant sifflé et gazouillé se compose de notes aiguës tss-tss durant cinq-huit secondes avec des pauses de deux-trois secondes non sans rappeler celui du serin soufré mais caractérisé par des notes plus riches et plus moëlleuses louie associées en un gazouillement plus mélodieux. Le cri d’appel est un dzlui nasal et susurré ou un squee-yik plus étiré.

Nidification[modifier | modifier le code]

Un dessin au trait dans le livre de Fry & Keith (2004) présente le nid, pas vraiment dissimulé dans la végétation d’un buisson, en montrant un adulte posé sur la coupe plutôt volumineuse et s’apprêtant à nourrir les oisillons. Il est placé dans une fourche, plutôt en bout de branche, dans un buisson épineux ou dans un arbre, souvent un tamaris, de 1 à 3,5 m de hauteur (Fry & Keith 2004). Hockey et al. (2005) ajoutent que les buissons les plus prisés sont Rhigozum obovatum, Salsola aphylla, Euphorbia mauritanica et les petits arbres, Acacia karoo, Rhus lancea, Rhus undulata. Le nid contient de deux à quatre œufs (généralement trois ou quatre sur un total de 25 pontes) blancs souvent teintés de verdâtre, bleuâtre ou rosâtre, immaculés ou légèrement tachetés et vermiculés de brun clair, brun rouge, brun chocolat ou rouge noirâtre au gros pôle (Fry & Keith 2004).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Brickell, N. & Konigkramer, T. (1997). African Birds in Field and Aviary. African Bird Book Publ., Westville, KwaZulu-Natal.
  • Fry, C. H. & Keith, S. (2004). The Birds of Africa. Vol. 7, Sparrows to Buntings. Helm, London.
  • Hockey, P. A. R., Dean, W. R. J. & Ryan, P. G. (2005). Roberts – Birds of southern Africa, VII th ed. The Trustees of the John Voelcker Bird Book Fund, Cape Town.
  • Milewski, A. V. (1978a). Diet of Serinus species in the south-western Cape, with special reference to the Protea Seedeater. Ostrich 49: 174-184.
  • Ottaviani, M. (2011). Monographie des Fringilles (carduélinés), volume 3. Editions Prin, Ingré, France, 320 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :