Sciure de bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sciure de bois faits à la scie égoïne.

La sciure de bois (aussi appelée bran de scie au Québec) désigne l'ensemble des petites particules et fins copeaux issus du sciage de bois.

Commerce[modifier | modifier le code]

La France est nette importatrice de sciure de bois, d'après les douanes françaises[1].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Elle était autrefois utilisée pour améliorer le balayage du sol intérieur, tout en limitant les envols de poussière.

La sciure fine sèche ou humide, éventuellement tamisée[2] ou chimiquement traitée (par exemple par adjonction de colorants chimiques, de phosphates ou par phosphorylation de la cellulose via contact avec de l'acide phosphorique et de l'urée [3]) ou ayant subi un traitement thermique (séchage au four à 100-105"C) (....selon la ou les molécule(s) que l'on souhaite fixer) s'avère être un excellent absorbant ou adsorbant industriel.
Elle peut aussi être utilisée dans les toilettes sèches où elle empêche la formation d'odeurs et constitue une source de carbone qui améliorera la qualité du compost final.
Elle est pour des raisons similaires utilisés comme litière pour certains animaux élevés en cage (rongeurs par exemple).
Elle a notamment été testée pour l'absorption de métaux dissous tels que le cuivre, le cadmium, le plomb, le nickel, le chrome (Cr(III) et Cr(VI)), le mercure ou le zinc. L'aborption et l'adsorption par la sciure ou la farine de bois dépend de l'essence retenue du type de bois (aubier, coeur...) mais aussi du pH, de la température, du type de fluide, de la granulométrie du bois et du temps de contact.
Holan et Volesky ont démontré en 1995 pour la sciure d'épinettes (Picea engelmannii) que sa capacité à adsorber des métaux dans un liquide suit globalement l'ordre suivant : « sciures non-traitées < sciures traitées au formaldéhyde < forme « oxo » après oxydation au périodate < forme carboxylique < carboxyrnéthylation< phosphorylation » ; avec 50 gramme de sciure par litre d'eau polluée (par 1 mg d'ions métalliques par litre d'eau) 94%, 96,7%, 85% du chrome, du plomb et du cadmium présents dans l'eau ont été respectivement retirés avec la sciure[4].

Elle est aussi utilisée comme source de Biomasse énergie par exemple sous forme de bûchette reconstituée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Indicateur des échanges import/export », sur Direction générale des douanes. Indiquer NC8=44013930 (consulté le 7 août 2015)
  2. Ajmal et al., 1998; Vaishya et Prasad, 1991, cités par Fiset (2001)
  3. selon Guthrie (1952), Holan et Volesky (1995) cités par Fiset (2001)
  4. Fiset, J. F. (2001). Récupération de métaux en solution par adsorption sur différentes biomasses végétales: application à des effluents industriels (Doctoral dissertation, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique)

Voir aussi[modifier | modifier le code]