Saint Béat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la commune de la Haute-Garonne, voir Saint-Béat.

Saint Béat, ou Bié, Bienheuré (du lat. Beatus) est un ermite du IIIe s., saint sauroctone.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ermite, il fabriquait des paniers de joncs pour subvenir à ses besoins. Il prêcha la parole de Dieu. Il implanta ainsi la foi dans plusieurs lieux : vers Nantes, Vendôme et près de Laon où il mourut à Chevresson. Il est fêté le 9 mai[1].

La légende de Saint Béat[modifier | modifier le code]

Fatigué de cette vie itinérante il demanda à des bateliers un endroit où trouver sa retraite. Ils lui parlèrent de Vendôme sur le Loir où il existait une caverne creusée sur les flancs d'une montagne et couvertes d'épaisses broussailles. Il offrit, en paiement de son voyage, son livre de prières. Arrivé devant la caverne, il s'embusqua à l'entrée de la grotte, et d'un coup de son bâton de pèlerin, il écrasa la tête du serpent qui l'habitait, au moment où le monstre sortait de son repaire[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. GIRY (Père) Les petits Bollandistes / vies des saints (1888), t. 5, 24 avr-18 mai, p. 410.
  2. PETIGNY (J. de) Histoire archéologique du Vendômois, 1844, p. 72.

Voir en Suisse[modifier | modifier le code]