Sabaconidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Sabaconidae Dresco, 1970 forment une famille d'Opilions dont on connaît 45 espèces en deux genres.

L'espèce la plus étudiée en France (Biospéologie) est Sabacon paradoxum , Opilion souterrain d' Occitanie qui a donné lieu aux recherches de A.Lopez & al.

Sabacon paradoxum[modifier | modifier le code]

 Sabacon paradoxum paradoxum Simon appartient à la famille des Sabaconidae (Palpatores, Ischyropsalidoidea). Elle réunit une trentaine d’espèces d’Opilions que caractérise essentiellement la morphologie extraordinaire de leur patte-machoire. Le genre était déjà connu à l’état fossile de l’ambre de la Baltique.

Distribution[modifier | modifier le code]

Il présente une distribution holarctique remarquablement discontinue : Amérique du Nord, Europe méridionale(péninsule ibérique, sud de la France, Nord de l’Italie), Himalaya, Corée, Japon)

Sabacon paradoxum en est l’espèce la plus anciennement connue, créée par Simon (1911) d’après des jeunes de la grotte des Demoiselles et redécrite par Dresco (1952) d’après des individus lozériens.

Fig.1 - Sabacon paradoxum (à droite) près de Meta bourneti (à gauche). Grotte, ouest de l' Hérault. Obsv.Marcou

 Description[modifier | modifier le code]

Fig. 2 - Sabacon paradoxum en vue dorsale. Grotte, ouest de l' Hérault. Obsv.Marcou.
Fig.3 - Sabacon paradoxum en vue dorsale. Grotte, ouest de l' Hérault. Ponte, détail. Obsv.Marcou

Au point de vue anatomique, le corps est globuleux, brun-jaunâtre, mesurant 3,5 mm/2,5 mm.

La face dorsale de son prosoma montre les orifices latéraux de glandes odoriférantes, un mamelon oculaire plus large que long et, en arrière de ce dernier, deux organes symétriques, paramédians (Fig. ), les glandes odoriférantes.

Les organes dorsaux paramédians ont été longtemps considérés comme de simples " épines " ou " spicules ". Il s’agit en fait des sensilles chémoréceptrices dont les neurones bipolaires renferment d’étranges inclusions paracristallines rhomboédriques (Fig.  ), inconnues chez les autres Arachnides et pouvant exercer une fonction olfactive[1].

Le pédipalpe ou patte-machoire de Sabacon, est « absolument unique chez les Opilions », justifiant la création de sa nouvelle famille[2]. Son tarse est court, réniforme (Fig.) et fléchi contre le tibia renflé. Tous deux sont garnis de poils glandulaires spéciaux, longs de 160 µm, creux, montrant une partie proximale lisse et une partie distale en palette spinulée garnie de sécrétion visqueuse.  Chaque poil est en relation avec une unité adénosensorielle comportant 6 à 8 neurones bipolaires dont les dendrites pénètrent dans sa cavité, 2 cellules enveloppes et 3 volumineux adénocytes imbriqué,s avec des cryptes flexueuses garnies de mitrovilli, libérant leur sécrétion dans le poil. Des pores pariétaux en boutonnières libèrent cette dernière à l’extérieur où elle est retenue par les spinules. Ces poils pourraient être des mécanorécepteurs d’un type particulier et interviendraient, par leur fonction glandulaire, dans la capture des proies comme les soies des Nemastomatidae.

 Le premier article chélicérien est surmonté chez le mâle d’une bosse ou apophyse épineuse " aussi haute que large "..... Les pattes, longues et brunâtres, montrent une " striation " fémorale caractéristique de l’espèce[3]. L’abdomen est nettement segmenté, celui du mâle renfermant un long pénis invaginé au repos.

Comportement[modifier | modifier le code]

L’animal se tient immobile sur le support ses pattes ambulatoires largement étalées.

      La ponte, observée dans 3 cavités jusqu’à 1978 est fixée en " goutte pendante " sur les voûtes et surplombs rocheux, sous forme d’une matrice cristalline et visqueuse englobant de 12 à 16 œufs ovoïdes (Fig. ).

Genres[modifier | modifier le code]

  • Sabacon Simon, 1879 (synonymes Tomicomerus Pavesi, 1899 et Phlegmacera Packard, 1884)
  • Taracus Simon, 1879

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lopez,A. avec M. Emerit et M. Rambla, 1980 - Contribution à l’étude de Sabacon paradoxum Simon, 1879 (Opiliones, PalpatoresSabaconidae). Stations nouvelles, particularités microscopiques du prosoma et de ses appendices. C.R. V e Coll. Arachnol, express. franç., Barcelona, 1979, Edic. Univ. Barcelona, 1980 p. 147-162.

Lopez,A. avec C. Juberthie et L. Juberthie-Jupeau, 1981 – Etude ultrastructurale des sensilles thoraciques dorsales et paramédianes chez Sabacon paradoxum Simon (Palpatores, Sabaconidae). Atti.Soc.Tosc.Sci. Nat., Mem., ser.B, 88, suppl.p. 27-33.

Lopez, A. avec C.Juberthie et L. Juberthie-Jupeau, 1981 – Sur l’équipement adéno-sensoriel du pédipalpe de l’Opilion troglophile Sabacon paradoxum Simon (Palpatores, Sabaconidae). Proc.VIII th Int. Congr. Speleol., Bowling Green, USA, July

1981, II, p. 810-813.

Sabacon paradoxum mâle en vue dorsale montrant les deux bosses glandulaires chélicériennes (C). Grotte ouest de l' Hérault. Obsv.Marcou.

Lopez, A. avec J.J.Geoffroy, 1985 – A propos de Sabacon paradoxum Simon (Arachnides, Opiliones, Ischyropsalididae) : nouvelles stations et distribution géographique en Languedoc. Bull. Soc.Et.Sci.nat. Béziers, 10, 51,  p. 4-15.

Liens externes[modifier | modifier le code]


  1. Lopez, 1980, 1981
  2. Dresco, 1970
  3. Dresco, 1952