Opiliones

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Opilions

Opiliones, les Opilions, mieux connus sous le nom vernaculaire de « faucheurs » ou « faucheux » (peut-être en raison du fait qu'ils apparaissent dans les champs à l'époque des moissons et ont des pattes agissant comme des faux) sont un ordre d'arachnides, comme les araignées, les scorpions ou les acariens. Le nom opilion provient du latin opilio et signifie « berger de brebis », qui a possiblement comme origine les pâtres qui se tiennent sur des échasses dans certains pays[1]. Le nom a été donné par Martin Lister (1638–1712), en référence à au nom vernaculaire anglais shepherd spider, « araignée bergère »[2]. Parmi les Opilions, il y a le faucheux, que l'on trouve souvent dans les jardins ou la forêt.

Description[modifier | modifier le code]

Détail du corps d'un opilion
Harvestman macro.jpg

Les opilions se distinguent des araignées par l'absence de venin et de soie et par le fait que leur abdomen segmenté et leur céphalothorax sont soudés, formant un corps brunâtre ou grisâtre[3], globuleux et mou, de un (Sironidae) à vingt-deux millimètres (Trogulus torosus Simon, 1885[4]). L'envergure de certaines espèces peut atteindre 185 mm (Gonyleptidae). Comme tous les arachnides, ils portent deux chélicères et deux pédipalpes. Généralement deux petits yeux, dont la fonction semble uniquement la photoréception rythmant les activités diurnes et nocturnes, occupent souvent une petite bosse dorsale appelée mamelon oculaire ou ocularium, à l'avant du céphalothorax[5]. Certains genres possèdent trois épines placées sur la partie antérieure du céphalothorax, juste devant l'ocularium, nommées « trident ».

Ils possèdent quatre paires de pattes filiformes qui sont habituellement longues et fines. Ils présentent une bande plus ou moins foncée sur le dos nommée « selle ».

Biologie[modifier | modifier le code]

Nous observons les opilions un peu partout dans le monde, si ce n'est dans des biotopes particulièrement humides (mers, fleuves, torrents, etc.) ou trop froid comme l'antarctique. Certaines espèces sont cavernicoles et d'autres fortement anthropisées. Nous les trouvons souvent au sol, sur des arbustes, voire des arbres pour certaines espèces arboricoles, sous des objets divers (pierres, morceaux de bois), dans des morceaux de bois, dans les fissures des pierres, etc.

Les opilions sont plutôt des solitaires errants mais plusieurs espèces de Leiobunum (en) peuvent former des rassemblements de plusieurs milliers d'individus dans des abris, généralement en période de froid[6].

La reproduction est généralement sexuée mais la parthénogénèse est connue chez cet ordre d'arachnide. La fécondation est interne et s'effectue directement (le mâle possédant un pénis) ou pour certaines espèces plus primitives à l'aide d'un spermatophore (Cyphophthalmi). Certains mâles possèdent des appendices plus développés comme des pattes postérieures plus imposantes ou des apophyses sur les chélicères [Phalangium opilio Linnaeus, 1758 ; Rilaena triangularis (Herbst, 1799)]. Des combats rituels peuvent parfois opposer les mâles avant la parade amoureuse, brève, et l'accouplement.

Juste après avoir été fécondée ou quelques mois plus tard, la femelle pond ses œufs à l'aide d'un ovipositeur, dans les sol, les fissures ou peut les déposer sur les parois des grottes ou sur ou sous des objets divers comme des feuilles ou des morceaux de bois. Il arrive qu'un des deux sexes ou les deux prennent soin des œufs.

Quelques jours ou quelques mois plus tard, les jeunes naissent. Le développement post-embryonnaire varie de quelques semaines à de nombreux mois en passant par 4 à 8 mues. Les adultes vivent quelques semaines ou plusieurs mois voire parfois plusieurs années. Contrairement aux araignées, qui ne consomment que le produit de leur chasse, les opilions peuvent se nourrir de cadavres d'insectes et d'autres petits animaux. Opportuniste, le régime alimentaire des opilions est généralement omnivore (carnivore[7], détritivore, végétarien).

Les prédateurs et les parasites des opilions sont nombreux, telles les araignées, d'autres opilions (le cannibalisme reste rare), les fourmis, les batraciens, les reptiles, les oiseaux et quelques mammifères. Quelques acariens et Diptères Ceratopogonidae sont hématophages. Des bactéries, des champignons, des protozoaires, des nématodes peuvent aussi les parasiter.

Les pattes des opilions se détachent facilement (autotomie), et il est fréquent de rencontrer des individus ayant moins de huit pattes. Un autre mécanisme de défense est la présence de glandes répugnatoires qui sécrètent des composés chimiques nocifs via des ozophores (en). Ils peuvent également faire vibrer leur corps, faire le mort (thanatose), rester immobiles, produire des sons, bouger leurs pattes épineuses ou se réunir en grand nombre.

Systématique[modifier | modifier le code]

Les opilions constituent un groupe ancien, comme en atteste la découverte de trois spécimens fossilisés d'Eophalangium sheari de la flore de Rhynie du Dévonien[8] soit au moins 400 millions d'années. Seuls 34 fossiles sont actuellement connus et restent rares car leur exosquelette peu minéralisé et leur biologie sont peu favorable à leur fossilisation[9], [10].

1 600 genres et 6 500 espèces sont connus (dont 350 en Europe et environ 130 en France), répartis entre quatre sous-ordres. Les opilions se trouvent un peu partout dans le monde mais sont plus fréquents et diversifiés dans les forêts, particulièrement les forêts tropicales[9].

Cyphophthalmi (environ 140 espèces)

Eupnoi (environ 1 800 espèces)

Dyspnoi (environ 370 espèces)

Laniatores (environ 4 100 espèces)

Les Stygophalangiidae créés dans les Phalangioidea sont des acariens.

Légendes[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, les opilions ont conservé une réputation de petites bêtes venimeuses, à tort car ils ne possèdent pas de venin et sont inoffensifs[5].

Ils ne tissent pas non plus de toile et leurs pattes ne se régénèrent pas.

En France, croiser un opilion porte chance suivant une légende ancienne, tandis qu'en Turquie il est annonciateur de bonnes nouvelles[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Berland, 1968 ; Pinto-da-Rocha et al., 2007
  2. (en) Martin Lister (trad. du latin), Martin Lister's English Spiders, 1678. [« Tractatus de Araneis »], Colchester, Essex:, Harley Books, , p. 26 & 30
  3. Il existe des opilions très colorés.
  4. Simon, 1885
  5. a et b William Shear, « Les faucheux », Pour la Science, no 393,‎ , p. 28
  6. William Shear, op. cit., p. 30 et 31
  7. les genres Ischyropsalis et Trogulus consomment même des escargots
  8. (en) J.A.Dunlop et col, « Preservedorgans of Devonian harvestmen », Nature, vol. 425,‎ , p. 916
  9. William Shear, op. cit., p. 29
  • Garwood et al. 2014
  • Dunlop et al. 2013
  • Juberthie, 1964
  • Delfosse, 2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Berland, Ordre des opilions, Traité de Zoologie 6, 1968, p. 784-792
  • Emmanuel Delfosse, Catalogue préliminaire des Opilions de France métropolitaine, Le bulletin de Phyllie, 20, 2004, p. 34-52
  • Emmanuel Delfosse, Les Opilions. Insectes, 177, 2015, p. 3-6
  • Jason A. Dunlop, David Penney & Denise Jekel, 2013. A summary list of fossil spiders and their relatives. In : Platnick N. I. (Ed.), The world spider catalog, version 14.5, American Museum of Natural History
  • R. J. Garwood , Prashant Pradeep Sharma, Jason A. Dunlop & Gonzalo Giribet. A Paleozoic stem group to mite harvestmen revealed through integration of phylogenetics and development. Current Biology, 24, 2014, p. 1017-1023
  • Paul D., Hillyard. Harvestmen. In : Synopses of the British Fauna, 4 (third edition), 2005, p. 1-167.
  • Dick Jones, Guide des araignées et des opilions d'Europe, Delachaux et Niestlé, 1990, 384 p.
  • Christian Juberthie. Recherches sur la biologie des Opilions. Annales de Spéléologie, 19 (1), 1964, p. 1-237.
  • Arturo Munoz-Cuevas. Les Opilions (ou faucheurs). Pénélope, 16, 1995, p. 4-29.
  • (en) Ricardo Pinto-da-Rocha, Glauco Machado, Gonzalo Giribet. Harvestmen : The Biology of Opiliones, Harvard University Press, 2007: 597 p.