Rufst du, mein Vaterland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rufst du, mein Vaterland (de)

O Monts indépendants

Hymne de Drapeau de la Suisse Suisse
Paroles Johann Rudolf Wyss en allemand, Henri Roehrich en français
1811 en allemand, 1857 en français
Musique mélodie attribuée à Henry Carrey (1687-1743)
avant 1745
Adopté en 1857 (date approximative)
Utilisé jusqu'en 1961

Rufst du, mein Vaterland (français : « O Monts indépendants » ; italien : « Ci chiami o patria » ; romanche : « Clomas d’e, tger paeis ») est l’ancien hymne national Suisse, qui a été remplacé en 1961 par le Cantique suisse. Son texte a été écrit en allemand en 1811 par le professeur de philosophie bernois Johann Rudolf Wyss. La versification en français fut composée par le pasteur genevois Henri Roehrich (1837-1913) en 1857. La musique de l’hymne était « God Save the Queen », l’hymne national du Royaume-Uni. Les similitudes entre l’hymne national britannique et l’hymne national suisse ont mené au désir de trouver un remplacement, qui a été trouvé avec le Cantique suisse, qui est chanté aujourd’hui comme l’hymne national suisse.

Rufst du, mein Vaterland[modifier | modifier le code]

Texte français[modifier | modifier le code]

1re strophe

Ô monts indépendants,
Répétez nos accents,
Nos libres chants.
A toi patrie,
Suisse chérie,
Le sang, la vie
De tes enfants.

2e strophe

Nous voulons nous unir,
Nous voulons tous mourir
Pour te servir.
Ô notre mère!
De nous sois fière,
Sous ta bannière
Tous vont partir.

3e strophe

Gardons avec fierté
L’arbre au Grütli planté
La liberté!
Que d’âge en âge,
Malgré l’orage,
Cet héritage
Soit toujours respecté.

4e strophe

Dieu soutins nos aïeux,
Il nous rendra comme eux,
Victorieux!
Vers lui s'élance
Notre espérance,
La délivrance
Viendra des cieux.

Texte allemand[modifier | modifier le code]

1e strophe

Rufst du, mein Vaterland
Sieh uns mit Herz und Hand,
All dir geweiht
Heil dir, Helvetia!
Hast noch der Söhne ja,
Wie sie Sankt Jakob sah,
Freudvoll zum Streit!

2e strophe

Da, wo der Alpenkreis
Nicht dich zu schützen weiss
Wall dir von Gott,
Stehn wir den Felsen gleich,
Nie vor Gefahren bleich,
Froh noch im Todesstreich,
Schmerz uns ein Spott.

3e strophe

Vaterland, ewig frei,
Sei unser Feldgeschrei,
Sieg oder Tod!
Frei lebt, wer sterben kann,
Frei, wer die Heldenbahn
Steigt als ein Tell hinan.
Mit uns ist Gott!

4e strophe

Doch, wo der Friede lacht
Nach der empörten Schlacht
Drangvollem Spiel,
O da viel schöner, traun,
Fern von der Waffen Grau’n,
Heimat, dein Glück zu bau’n
Winkt uns das Ziel!

5e strophe

Und wie Lawinenlast
Vorstürzt mit Blitzeshast
Grab allumher.
Werf in den Alpenpfad,
Wenn der Zerstörer naht,
Rings sich Kartätschensaat
Todtragend schwer.

Texte italien[modifier | modifier le code]

1re strophe

Ci chiami, o Patria,
Uniti impavidi
Snudiam l’acciar!
Salute Elvezia!
Tuoi prodi figli,
Morat, San Giacomo,
Non obliar!

2e strophe

Laddove è debole
Dell’Alpi l’egida
Che il ciel ci di è,
Ti farem argine
Dei petti indomiti:
E’ dolce, Elvezia
Morir per te!

3e strophe

Ma quando l’angelo
Di pace assidesi
Sui nostri allor,
Soletta Elvezia,
L’arti e l’industrie,
Oh! quanto apprestano
Nuovo splendor!

Texte romanche[modifier | modifier le code]

1re strophe

E clomas, tger paeis,
iglis ties unfants baleis
an grevs cumbats.
Nous suandagn gugent
igl ties appel gugent
cugl Spiert e cor valent
digls antenats.

2e strophe

Ma noua tg’igl rampar
n’at pò betg ple tgirar,
è igl Signour.
Sot sia protecziun,
davaint’igl pour liun,
stat aint cun persvasiun
per noss’onour.

3e strophe

O tger paeis an flour,
a tè nous dagn santour
an pietad.
Tè lainsa onorar
igl ties cunfegn salvar,
defender segl rampar
la libertad.