Robert Herrick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Herrick.
Robert Herrick

Robert Herrick (baptisé le , décédé en ) est un poète anglais du XVIIe siècle. Il est connu pour être l'inventeur du premier émoticône[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Cheapside, à Londres, il est le septième enfant et le quatrième fils de Nicholas Herrick, un orfèvre prospère. Il est probable qu'il a fréquenté l'école de Westminster. En 1607, il devient l'apprenti de son oncle, Sir William Herrick, orfèvre et bijoutier du roi. Son apprentissage se termine au bout de six ans à peine, et Herrick, alors âgé de vingt-deux ans, est admis au Saint John's College, à Cambridge, d'où il sort diplômé en 1617.

Robert Herrick devient alors un membre des Sons of Ben, un groupe de poètes royalistes (les Cavalier Poets partisans de Charles Ier pendant la guerre civile) admirateurs des œuvres de Ben Jonson. Aux alentours de 1627, il entre dans les ordres et, ayant été nommé chapelain du duc de Buckingham, il accompagne celui-ci dans son expédition désastreuse à l'Île de Ré. Il devient vicaire de la paroisse de Dean Prior, dans le comté de Devon, en 1629, emploi qu'il occupera trente-et-un ans. C'est pendant sa vie de reclus dans la campagne du Devon qu'il écrit quelques-unes de ses meilleures œuvres.

Au début de la Première Révolution anglaise, il est renvoyé de son poste pour avoir refusé de prêter serment à la Solemn League and Covenant, un mouvement presbytérien radical. Il repart alors à Londres. Sa position lui est restituée à la Restauration de Charles II et il retourne au Devon en 1662, où il vit jusqu'à sa mort en 1674. Herrick fut un célibataire durant sa vie entière, et la plupart des femmes qu'il nomme dans ses poèmes sont sans doute fictives.

Sa réputation repose sur ses Hesperides (en), un recueil de poésie lyrique, et Noble Numbers, un recueil d'œuvres spirituelles, publiés conjointement en 1648. Il est connu pour son style paillard et ses nombreuses allusions à l'acte d'amour et au corps féminin.

Dans l'un de ses plus célèbres poèmes, « To the Virgins, to Make Much of Time », dont le thème est identique à celui du non moins célèbre poème de Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose, Herrick rappelle aux jeunes femmes la fugacité de leur beauté. La première strophe est la suivante :

Gather ye rosebuds while ye may,
Old Time is still a-flying:
And this same flower that smiles to-day
To-morrow will be dying.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • The complete poetry of Robert Herrick, edited in two volumes by Tom Cain and Ruth Connolly, Oxford (GB), Oxford university press, 2013

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • À la fois divin & humain, poèmes, texte original en regard, traduction de Hesperides : the works both humane & divine par Gérard Gâcon, Villers-Cotterêts, Ressouvenances, 2016
  • Hespérides, traduit de l'anglais et présenté par Gérard Gacon, éd. bilingue, Éditions de la Différence, coll. « Orphée », Paris, 1990.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hervé Abalain, « Robert Herrick et les poètes cavaliers », in XVII-XVIII. Bulletin de la société d'études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, n°19, 1984, p. 45-58.
  • Floris Delattre, Robert Herrick. Contribution à l'étude de la poésie lyrique en Angleterre au dix-septième siècle, Félix Alcan, 1911 [lire en ligne]
  • (en) Jay A. Gertzman, Fantasy, Fashion, and Affection: Editions of Robert Herrick's Poetry for the Common Reader, 1810-1968, Popular Press, 1986

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]