Richard Ndambu Wolang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Richard Ndambu Wolang, né le 10 mars 1952, est un homme politique congolais du Congo-Kinshasa[1]. Il est le gouverneur de la province de Bandundu depuis le 27 janvier 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Richard Ndambu Wolang est né à la cité de Dibaya Lubwe, dans le district d’Idiofa dans la Province de Bandundu en République Démocratique du Congo. Il est né de père et de mère d’une tribu Ngoli, le village natal de sa mère s’appelle Kabamba et celui de son père Matar. Il a fait ses études secondaires et humanitaires au collège Ntobi à Ipamu (1re et 2e secondaire), à l’institut Lankwan à Idiofa  (3e et 4e secondaire ) et à Bandundu ville (5e et 6e secondaire), précisément en mathématiques-physique. Il a poursuivi  ses études universitaires en médecine à l’université de Kinshasa (UNIKIN), où il s’est ensuite focalisé dans une spécialisation en santé publique. Il est le père des 7 enfants.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir terminé ses études universitaires, il devenu médecin dans une mission catholique au village Mokala puis préfet. Il est gradé et envoyé à Bandundu ville où il est nommé médecin général provincial (MIP). En 2006, 10 ans plus tard, il est élu député provincial et, en 2007, gouverneur de la province de Bandundu.   Malheureusement  il a été déchu par l’assemblée provinciale de Bandundu et réhabilité par la cour suprême de Kinshasa. Son retour à Bandundu ville était problématique, finalement après avoir être élu comme député national en 2011, il a démissionné de son poste de gouverneur. Il est le premier gouverneur à démissionner en 2011. Actuellement, il est député en République Démocratique du Congo [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué de la CEI confirmant le bon déroulement de l’élection des Gouverneurs, La Prospérité, 27 janvier 2007
  2. Christian, Afrique grands lacs, journal paraissant à Kinshasa, février 2013