Richard-François Bonfin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Richard-François Bonfin
Présentation
Naissance
Versailles, France
Décès
Bordeaux, France
Nationalité Drapeau de la France France
Mouvement Architecture néoclassique
Ses élèves Michel Jules Bonfin
Jean-Baptiste Dufart
Louis Combes
Œuvre
Réalisations Place de la Bourse
Palais Rohan
Hôtel de Lisleferme
Entourage familial
Père François Bonfin

Richard-François Bonfin est un architecte français né à Versailles le 30 janvier 1730 et décédé à Bordeaux le 5 mai 1814[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père François Bonfin (? 1690 - Bordeaux 1750) est un entrepreneur des bâtiments qui est venu à Bordeaux en 1730 à la demande de Jacques V Gabriel. Il travaille avec ce dernier sur la Place de la Bourse. Le 11 décembre 1747, il est nommé par les jurats ingénieur de la ville de Bordeaux.

À la mort de son père, Richard-François Bonfin prend sa succession et après huit mois de mise à l'épreuve, il est nommé par les jurats de Bordeaux ingénieur de la ville le 13 décembre 1751. En 1753 il reçoit le titre d'inspecteur des travaux de la ville. Puis il est nommé architecte.

Son fils Michel Jules Bonfin (Bordeaux 1783- 1848) lui succède comme ingénieur architecte de la ville de Bordeaux. Il a conçu le nouveau palais de justice, les bains des Quinconces. Il est également le concepteur de l'église Saint-Martial et d'une usine de tabac dans l'ancien hôtel des fiacres[2] qui existent toujours.

L'architecte bordelais Louis Combes commencera sa carrière dans son atelier[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ferdinand Maximilien Mériadec de Rohan, archevêque de Bordeaux en 1769, lui confie la fin des travaux du Palais Rohan et il réalisa plusieurs maisons dans les lotissements des terrains de l'archevêché. Entre 1778 et 1781, il est l'auteur de l'hôtel de Lisleferme[4] situé 5, place Bardineau à proximité du jardin public et en 1784 de la fontaine de la Grave de caractère piranésien[5].

Pendant la Révolution française de 1789, il continuera à diriger les travaux pour la ville de Bordeaux. Il exercera une influence important dans les milieux artistiques bordelais et imposera ses conceptions dans l'architecture et l'urbanisme de la ville de Bordeaux.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Dictionnaire de Bordeaux sous la direction de Mario Graneri-Clavé Édition Loubatières 2006 (ISBN 2-86266-478-2)
  • Sandrine Lavaud, coordination de l'ouvrage : Atlas historique des villes de France. Bordeaux, Édition Ausonius 2009 (ISBN 978-2-35613-016-7)
  • Charles Marionneau, Les salons bordelais: ou, des expositions de beaux-arts à Bordeaux au XVIIIe siècle (1771-1787), Librairie Veuve Moquet, Bordeaux, 1884 Texte