Rhode Bath-Schéba Makoumbou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rhode Bath-Schéba Makoumbou
Mon atelier à Brazzaville.jpg
Rhode Bath-Schéba Makoumbou dans son atelier à Brazzaville
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (42 ans)
Brazzaville, République du Congo
Autres noms
Rhode Makoumbou
Nationalité
Activité
Peintre, Sculpteuse, Archiviste de la mémoire sociale et culturelle du Congo
Site web

Rhode Bath-Schéba Makoumbou, née le 29 août 1976 à Brazzaville en République du Congo, est une artiste-peintre congolaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Depuis sa tendre enfance, Rhode Makoumbou a été initiée à la peinture par son père, le peintre David Makoumbou, décédé le 12 juin 2014 à Brazzaville[1]. Elle s’est engagée réellement dans l’art à partir de 1989.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Dans sa peinture, l'artiste met principalement en valeur toutes les activités sociales de la femme africaine. À partir de l’art statuaire traditionnel, la variété de ses toiles s’illustre dans un style nettement africain, bien qu'également influencé par les courants de l’art réaliste, expressionniste et cubiste[2].

Depuis 2002, elle a créé de nombreuses sculptures en matière composée (sciure et colle à bois sur une structure métallique) représentant les métiers des villages qui tendent à disparaître. Certaines font plus de trois mètres de haut[3].

Elle a déjà participé à de nombreuses expositions au Congo Brazzaville, Gabon, France, Belgique, Niger, Cameroun, États-Unis, Côte d'Ivoire, Tanzanie, Allemagne, Sénégal, Maroc, Espagne, Suède, Luxembourg, Pays-Bas, Suisse, Canada et Qatar.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

En 2011, elle participe aux galas Bakento à Paris. En novembre 2012, elle est lauréate du trophée Edmonia lors du premier gala « Reines et héroïnes d’Afrique » organisé à Bruxelles[3].

En décembre 2012, le Grand Prix des Arts et des Lettres du Président de la République du Congo lui a été attribué[1].

En juillet 2013, Rhode Makoumbou est élevée dans l’ordre du Dévouement congolais au grade d’officier par le Président de la République Denis Sassou-Nguesso[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les 30 qui (re)font le Congo : Rhode Makoumbou », Jeune Afrique, 26 août 2013 [1]
  2. Scholastique Dianzinga, Élise Thérèse Gamassa et Jeanne Dambendzet, La place et le rôle des femmes dans la société congolaise, 1960-2010 : bilan et perspectives : actes du forum national des femmes, 28-31 juillet 2010, Brazzaville, volume 2, Paris, L'Harmattan, (ISBN 9782296543393), p. 194-197
  3. a et b « Rhode Makoumbou - Babelio », sur www.babelio.com (consulté le 3 mai 2017)
  4. « Bruxelles : Rhode Makoumbou parmi les artistes invités à la GRAPA 2017 », sur http://pagesafrik.info/,

Liens externes[modifier | modifier le code]