Rhinotrachéite infectieuse bovine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La rhinotrachéite infectieuse bovine, aussi connue sous le nom d'IBR, est une maladie virale des bovins causée par l'herpèsvirus bovin de type 1 (BoHV-1) et qui se manifeste par une rhinotrachéite, une atteinte oculaire et des troubles de la reproduction.

Symptômes[modifier | modifier le code]

Les symptômes cliniques sont principalement respiratoires avec une inflammation des voies respiratoires supérieures (cavité nasale, larynx et trachée). En absence de complications, la guérison survient en une dizaine de jours, mais l'affection peut aussi dégénérer en bronchopneumonie et aller jusqu'à la mort de l'animal.

Des signes généraux sont aussi présents avec hyperthermie très marquée, abattement et anorexie.

Le risque d'avortement est élevé, et peut atteindre 25 % des femelles gestantes infectées. Une conjonctivite bilatérale est de temps en temps rencontrée, parfois associée à un chemosis ou une kératite.

Agent pathogène[modifier | modifier le code]

L'agent infectieux est l'herpèsvirus bovin de type 1 (BoHV-1), virus enveloppé à ADN bicaténaire, moyennement résistant dans le milieu extérieur (environ 4 à 5 semaines à 20 °C).

Contamination[modifier | modifier le code]

Les animaux porteurs sains constituent le principal réservoir de virus. Les animaux sains se contaminent par contact direct avec un animal porteur excréteur. Après contamination, l'animal excrète du virus pendant 2 à 4 semaines. Il développe en parallèle une immunité qui le protège contre les symptômes cliniques et stoppe l'excrétion. Il restera porteur latent toute sa vie et pourra éventuellement réexcréter du virus en cas de stress (mise-bas par exemple).

Enjeu principalement commercial[modifier | modifier le code]

Les symptômes cliniques étant relativement peu fréquents, l'IBR ne constitue pas un enjeu primordial pour la santé animale. Par contre, l'infection est assez répandue dans le monde et la maladie peut justifier des entraves au commerce, notamment en ce qui concerne la vente de reproducteurs. Cela explique les efforts menés par certains éleveurs et par les groupements de défense sanitaire (GDS) pour lutter contre cette maladie. Cette lutte passe par un dépistage sérologique proposé aux éleveurs. Les animaux infectés pourront faire l'objet d'une réforme anticipée.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Santé animale bovins ovins caprins, Carole Drogoul et Hubert Germain, 1998