Andinobates abditus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ranitomeya abdita)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les amphibiens
Cet article est une ébauche concernant les amphibiens.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet Herpétologie.

Andinobates abditus
Description de l'image Defaut 2.svg.
Classification selon ASW
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Amphibia
Sous-classe Lissamphibia
Super-ordre Salientia
Ordre Anura
Sous-ordre Neobatrachia
Famille Dendrobatidae
Sous-famille Dendrobatinae
Genre Andinobates

Nom binominal

Andinobates abditus
(Myers & Daly, 1976)

Synonymes

  • Dendrobates abditus Myers & Daly, 1976
  • Ranitomeya abdita (Myers & Daly, 1976)

Statut de conservation UICN

( CR )
CR A2ac; B1ab(iii) :
En danger critique d'extinction

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 22/10/1987

Andinobates abditus est une espèce d'amphibiens de la famille des Dendrobatidae[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce est endémique de la province de Napo en Équateur[1]. Elle se rencontre à 1 700 m d'altitude au pied du volcan Reventador.

Description[modifier | modifier le code]

Les mâles mesurent de 16,3 à 17,3 mm et les femelles de 17,3 à 17,7 mm[2].

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Myers & Daly, 1976 : A new species of poison frog (Dendrobates) from Andean Ecuador, including an analysis of its skin toxins. Occasional Papers of the Museum of Natural History, University of Kansas, no 59, p. 1-12 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Amphibian Species of the World, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Myers & Daly, 1976 : A new species of poison frog (Dendrobates) from Andean Ecuador, including an analysis of its skin toxins. Occasional Papers of the Museum of Natural History, University of Kansas, no 59, p. 1-12 (texte intégral).