Radeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Radeau (homonymie).
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes, voir RADDHO et Radot.
Un radeau à Lychen dans le Brandebourg.

Un radeau, du mot occitan radèl, désignant à l'origine un assemblage de poutres, puis ayant pris le sens actuel [1] est une embarcation basse sur l'eau, souvent sommaire, permettant de naviguer ou d'atteindre la terre ferme, parfois dans des conditions particulières (par exemple un naufrage). Généralement fait d'un assemblage de divers objets flottants (bois, bidons, caisses, etc.) il n'a pas vocation à être durable. Une extrapolation des radeaux est devenue la Jangada, petite embarcation archaïque de pêche côtière au Brésil, faite de troncs assemblés et qui navigue à la voile. L'inclinaison du mât fait office de réglage de l'incidence de la voile.

Sauvetage[modifier | modifier le code]

Le radeau de sauvetage est une embarcation réglementaire à bord d'un navire. Obligatoire dès que l'on aborde la navigation hauturière, il doit être soumis à un contrôle périodique pour s'assurer de son bon état. La plupart du temps auto-gonflable, leur nombre à bord est soumis à une règlementation.

Construction d'un radeau en bois[modifier | modifier le code]

Des branches de saule dans l'eau

Les branches de saule sont coupées vers la fin du mois de février, ces branches sont fines et souples, elles serviront comme cordes pour relier les parties des embarcations. Après avoir été coupées, elles sont mises dans l’eau afin d’absorber le liquide et devenir plus souples. Trois semaines plus tard, les branches ont augmenté leur volume. Les écorces des branches de saule se sont cassées et les branches sont tordues par les radeliers, afin d'obtenir des fibres de bois ayant l'utilité d'unir et d'assembler les troncs entre eux.

D'autre part, les arbres (sapins, hêtres...) sont coupés. Ils sont ensuite acheminés grâce à des chevaux ou des camions vers le bord de la rivière. Là-bas ils sont perforés grâce à des foreuses manuelles ou électriques pour pouvoir y passer les fibres qui permettront d'unir les troncs. Une fois les troncs perforés et mis en position, une longue branche est mise de travers sur l’extrémité des troncs. Elle servira comme barre de pression pour maintenir les troncs unis. La section du radeau est créée quand la barre et les troncs sont reliés par les fibres.

Radelier perforant un tronc

Les sections sont alors acheminées vers la rivière où elles sont reliées par d’autres fibres. Toutes ces fibres sont mouillées considérablement afin qu’elles ne se cassent pas et gardent leur flexibilité. D’autres troncs sont alors mis sur le radeau : les rames, deux à l’avant et deux à l’arrière, afin de bien manœuvrer l’embarcation ; le pieu servant de porte manteau est planté et servira à accrocher les vêtements des radeliers, leur nourriture (du type jambon attaché à une corde), ou leurs outres à vin.

C’est alors que le radeau est complété. Chaque section de bois mesure 6 mètres de long et 3 mètres de large, et le radeau peut comporter de 2 à 5 sections (jusqu’à une dizaine en Allemagne et d’autres pays comportant des rivières plus planes et lentes, c’est alors que le radeau comporte un moteur qui lui permet d’avancer). Les radeaux construits dans les Pyrénées aragonais, sont complètement naturels, ne comportant ni clous ni cordes ni rien d’artificiel.

Transport de bois[modifier | modifier le code]

Un radeau de bois est un ensemble de troncs abattus dans les forêts et qui, assemblés ou retenus par une aussière, descend un fleuve afin d'être débité ou chargé sur un navire. On appelle radelier la personne chargée de former et de conduire les radeaux. C’était une activité économique dans certaines régions, comme les Pyrénées tant françaises qu’espagnoles : des radeaux amenaient, des forêts de montagne jusqu’aux ports, les troncs destinés à la construction navale ou d’autres usages (navata en Aragon, almadía en Navarre, rai en Catalogne). Souvent constituant un « train » de plusieurs radeaux, ils étaient dirigés par un long gouvernail placé à l’avant du premier radeau.

Cette activité est encore exercée en 2012 par quelques radeliers au Monténégro, sur la rivière de la Tara[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d'Alain Rey, Dictionnaires Le Robert
  2. 360° - GEO, Arte Allemagne, 2012, 43 min

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :