Quatrième concile de Constantinople (Église orthodoxe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Quatrième concile de Constantinople (Église orthodoxe)
Informations générales
Convoqué par Empereur Basile Ier avec l'assentiment de Jean VIII et de Photios Ier
Début 879
Fin 880
Lieu Constantinople
Accepté par Eglise orthodoxe et Eglise catholique jusqu'à la fin du XIe siècle
Refusé par Eglise catholique romaine progressivement depuis la fin du XIe siècle
Organisation et participation
Présidé par Photios et les légats de Jean VIII ainsi que d'autres présidents
Pères conciliaires 383
Nombre d'éveques 383 dont des légats de tous les sièges patriarcaux
Nombre de sessions VIII
Documents et déclarations
Canons 3
Décrets Réinstallation de Photios sur son siège patriarcal, annulation et abrogation du Concile de 869, interdiction d'inclure le Filioque dans le symbole de Nicée
Liste des conciles

Le quatrième concile de Constantinople ou concile photien est un concile qui a eu lieu en 879–880 et est considéré comme un concile œcuménique par certains membres de l'Église orthodoxe. Il confirme la réintégration de Photios en tant que patriarche de Constantinople, lance l'anathème contre ceux qui modifient le symbole de foi et annule le Concile de 869.

Ce concile est accepté par certains chrétiens orthodoxes comme ayant l'autorité d'un concile œcuménique ; ces derniers qui l'appellent parfois le huitième concile œcuménique[1],[2].

Contexte[modifier | modifier le code]

Le Concile règle le différend qui avait éclaté après la déposition d'Ignace comme patriarche de Constantinople en 858. Ignace, lui-même nommé à son bureau d'une manière non canonique, s'oppose au César Bardas, qui a destitué la régente Théodora. En réponse, le neveu de Bardas, le jeune empereur Michel III, orchestre la déposition et le confinement d'Ignace sous l'accusation de trahison. Pour concilier les factions qui s'opposent, on choisit Photius, un savant renommé et parent de Bardas comme successeur. La déposition d'Ignace sans procès ecclésiastique formel et la promotion soudaine de Photius provoquèrent un scandale dans une partie de l'Eglise, trois évêques refusent son élévation. Le pape Nicolas Ier défend alors la cause d'Ignace tout en demandant la restitution du territoire de Sicile en échange de son calme, et condamne l'élection de Photius comme non canonique. Devant le refus de Photius de lui rendre l'évêché de Sicile, le pape Nicolas organise en 863 un synode à Rome, il dépose Photius et renomme Ignace en tant que patriarche légitime. Cependant, Photius, face à cette condamnation qui ne peut venir d'un autre patriarche, réunit un Concile aussi et fait excommunier Nicolas Ier pour hérésie en retour[3],[4].

Cet état de choses change lorsque les patrons de Photius, Bardas et l'empereur Michel III, sont assassinés en 866 et 867, par Basile Ier, qui usurpe le trône. Photios lui refuse la communion en public en l'accusant d'être un meurtrier. Cela suffit à attirer l'ire de l'empereur sur lui. Photius est démis de ses fonctions et banni vers la fin du mois de , et Ignace réintégré le . Photius est ensuite condamné par un concile tenu à Constantinople du au . Ses biens sont confisqués, il est exilé sur les routes et doit marcher sous la surveillance de gardes[5].

Le Concile de 879–880[modifier | modifier le code]

Touché par certaines lettres de Photius et des demandes instantes à la paix dans l'Eglise[Note 1], l'empereur décide de rappeler l'exilé à Constantinople. Photius fait profil bas, il visite Ignace et lie même des liens d'amitié avec celui qui fut son ennemi, il demeure un de ses proches jusqu'à sa mort. Après la mort d'Ignace en 877, Photius est élu patriarche de Constantinople a l'unanimité de nouveau[6]. Entre-temps, les papes Nicolas et Adrien II sont morts et sont remplacés par un jeune pape, Jean VIII, bien plus favorable à Constantinople et à la conciliation. Lui et Photius échangent une correspondance amicale et conviennent de demander à l'empereur un nouveau Concile, pour annuler celui de 869 et interdire de nouveau la modification du Symbole[7].

Un autre concile est alors convoqué en 879, à Constantinople, comprenant les représentants des cinq patriarcats, y compris celui de Rome (au total 383 évêques). Les légats de Rome ont des instructions claires, contenues dans un commonitorium donné à leur usage par le pape Jean VIII, accepter la réinstallation sur son trône de Photius, interdire la modification du Symbole de Foi, abroger le Concile de 869 mais demander en contrepartie la Bulgarie dans la juridiction du patriarche de Rome. Dvornik dit : « Il fut lu devant les Pères du Concile à la fin de la Quatrième session, nous n'en possédons pas l'original latin [...] son paragraphe 10 ordonnait aux légats de déclarer la suppression du VIIIème Concile (869). »[8],[9] La version lue de Jean VIII au Concile dit : « Nous définissons tous les Conciles de Rome et celui de Constantinople tenus sous le bienheureux pape Adrien contre le très saint Photius étant damnés et abrogés, nous ne les comptons pas parmi les saints synodes ni ne les recensons parmi eux, ni ne les appelons ou nommons tous comme des synodes[9]. »

Anathème[modifier | modifier le code]

Le Concile condamne l'ajout du Filioque au Symbole de Nicée-Constantinople, un ajout rejeté à l'époque à Rome : « Le Credo (sans le filioque) a été lu et une condamnation prononcée contre ceux qui imposent leurs propres propos hérétiques [ἰδίας εὑρεσιολογίαις] et mettent cela en avant comme une doctrine commune aux fidèles ou à ceux qui reviennent des hérésies et affichent l'audace de falsifier complètement [κατακιβδηλεῦσαι άποθρασυνθείη] l'ancienneté de cette Profession de Foi (Horos) sacrée et vénérable avec des mots, des additions ou soustractions illégitimes.[10] » L'anathème est lancé par tous les évêques mais aussi les légats de Jérusalem qui s'écrient : « Anathème à celui qui ne confesse pas le Symbole commun[9]. » Les chrétiens orthodoxes affirment qu'ainsi le concile a condamné non seulement l'ajout de la clause du filioque à la croyance, mais a également dénoncé la clause comme hérétique (une opinion fortement adoptée par Photius dans ses polémiques contre Rome) ; tandis que les catholiques romains séparent les deux et insistent sur l'orthodoxie théologique de la clause. Selon l'historien Philip Schaff, « Aux actes grecs s'ajoute ensuite une (prétendue) lettre du Pape Jean VIII à Photius,[Note 2] déclarant le Filioque comme un ajout qui est rejeté par l'église de Rome, un blasphème qui doit être aboli calmement et par degrés et un crime similaire à celui de Judas[11]. »

Confirmation et réception ultérieure[modifier | modifier le code]

Le légat de Rome, Paul d'Ancône signe en déclarant qu'il consent en tout à ce qui a été exprimé, qu'il anathématise et rejette le Concile de 869 et ne le compte pas au nombre des saints Conciles[9],[12]. Selon François Dvornik, en recevant les Actes du Concile, Jean VIII les recevra le jour-même et acceptera la sentence de celui-ci[3]. Cependant, Daniel Stiernon argue que Jean VIII n'accepta jamais ce concile[13]. La grande majorité des historiens modernes se range cependant derrière l'avis de François Dvornik qui défendait le fait que ce Concile a été accepté par Jean VIII, notamment en analysant le commonitorium de ce dernier présenté au concile, où il anathématisait le concile de 869[14],[15].

Le schisme photien (863–867) qui a conduit aux Conciles de 869 et 879 représente une rupture entre l'Est et l'Ouest. Alors que les sept précédents conciles œcuméniques sont reconnus comme œcuméniques et faisant autorité tant à l'Est qu'à l'Ouest, de nombreux chrétiens orthodoxes reconnaissent le concile de 879 comme le huitième concile œcuménique[16] puisqu'il a annulé le précédent. Ce concile est appelé œcuménique dans l'Encyclique des patriarches orientaux de 1848 (en)[1]. Cependant, l'Église catholique romaine reconnaît le concile de 869 comme le huitième concile œcuménique depuis la fin du XIe siècle et ne place pas le concile de 879 parmi les conciles œcuméniques, bien qu'il soit accepté par un pape[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Lettres trouvables dans : (grk + la) JP Migne / Photius de Constantinople, Patrologia Graeca, 102, (lire en ligne), Epistolas ad Basilium
  2. Cette lettre attribuée à Jean VIII se trouve dans : (grk + la) Jean Dominique Mansi, Sacrorum Conciliorum, 1772, Nicola Coleti, 970 p. (lire en ligne), p. 523

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Encyclique des Patriarches orientaux, en réponse à une lettre encyclique du Pape Pie IX aux Chrétiens d'Orient », sur Orthodoxie en Abitibi (consulté le )
  2. (en) George Dion. Dragas (père), « The Eighth Ecumenical Council and the Condemnation of the Filioque », The Greek Orthodox Theological Review, vol. 44, nos 1-4,‎ , p. 357-369 (lire en ligne [archive du ])
  3. a b et c François Dvornik, Le Schisme de Photius : Histoire et légende, Paris, , p. 181

    « Le Concile se réunit à Constantinople en 867 [...] Les Pères ayant pris part à ce Concile furent très nombreux, le pape Nicolas y fut jugé et condamné. »

  4. Wladimir Guettée, La papauté schismatique : ou, Rome dans ses rapports avec l'église orientale, Paris, Librairie de l'Union chrétienne, (lire en ligne), p. 311-312

    « On y lut les lettres de Nicolas ; d'un avis unanime, on le reconnut indigne de l'épiscopat et on prononça contre lui l'excommunication et l'anathème. »

  5. (en) Catholic Encyclopedia, (lire en ligne), « Photius of Constantinople »

    « That Photius was one of the greatest men of the Middle Ages, one of the most remarkable characters in all church history, will not be disputed. His fatal quarrel with Rome, though the most famous, was only one result of his many-sided activity. During the stormy years he spent on the patriarch's throne, while he was warring against the Latins, he was negotiating with the Moslem Khalifa for the protection of the Christians under Moslem rule and the care of the Holy Places, and carrying on controversies against various Eastern heretics, Armenians, Paulicians etc. His interest in letters never abated. Amid all his cares he found time to write works on dogma, Biblical criticism, canon law, homilies, an encyclopædia of all kinds of learning, and letters on all questions of the day. Had it not been for his disastrous schism, he might be counted the last, and one of the greatest, of the Greek Fathers. There is no shadow of suspicion against his private life. He bore his exiles and other troubles manfully and well. He never despaired of his cause and spent the years of adversity in building up his party, writing letters to encourage his old friends and make new ones. »

  6. "Photius." Cross, F. L., ed. The Oxford Dictionary of the Christian Church. New York: Oxford University Press. 2005. Extrait: "It was only after Ignatius' death (877) that Photius, by order of the Emperor, once more became Patriarch."
  7. François Dvornik, Le schisme de Photius : Histoire et Légende, , chap. VI, p. 331 et seq
  8. François Dvornik, Le Schisme de Photius : Histoire et légende, Paris, , p. 251
  9. a b c et d (la + grk) Jean Dominique Mansi, Sacrorum Conciliorum, XVII, Venise, (lire en ligne), p. 500-520
  10. Siecienski 2010, p. 104.
  11. (en) Philip Schaff, History of the Christian Church, Oak Harbor, Logos Research Systems, Inc., (1re éd. 1889) (lire en ligne), chap. V (« THE CONFLICT OF THE EASTERN AND WESTERN CHURCHES AND THEIR SEPARATION. »)
  12. François Dvornik (original disponible dans Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, t. 17), Le schisme de Photius : Histoire et Légende, p. 274

    « Moi, Paul, indigne évêque de la sainte Eglise d'Ancône, légat du Saint-Siège apostolique et de mon maître le bienheureux Jean, le suprême pontife de l'Eglise romaine catholique et apostolique et pape oecuménique, j'accepte, d'après le mandat, ordre et consentement du très saint, apostolique et oecuménique pape Jean, avec l'assentiment de l'Eglise de Constantinople et avec le consentement des légats des autres trois patriarcats et avec la confirmation du même saint et oecuménique synode, ce vénérable Photios, patriarche légitime et canoniquement élu dans sa dignité patriarcale, et je suis en communion avec lui d'après la teneur des lettres et de la parole du commonitorium. Je rejette et j'anathématise le synode qui fut convoqué contre lui dans cette sainte Eglise de Constantinople. Tout ce qui, de quelque manière que ce soit, a été fait contre lui à l'époque d'Adrien, de pieuse mémoire, alors pape romain, tout cela je le déclare, conformément au commonitorium, abrogé, anathématisé et rejeté, et je ne place en aucun cas cette assemblée au nombre des saints synodes. Quiconque voudra déchirer la sainte Eglise de Dieu et se séparer de son propre suprême pasteur le patriarche oecuménique, saint Photius, doit être séparé de la sainte Eglise de Dieu et il doit rester excommunié jusqu'à ce qu'il revienne à la sainte Eglise de Dieu et communie avec le saint et oecuménique patriarche [...] »

  13. Daniel Stiernon, « Autour de Constantinople IV (869-870) », Revue des études byzantines, vol. 25, no 1,‎ , p. 155–188 (DOI 10.3406/rebyz.1967.1392, lire en ligne, consulté le ) :

    « Il n'en demeure pas moins vrai que l'abrogation de Constantinople IV n'appartient pas à la rédaction authentique des lettres de Jean VIII. La falsification du texte par Photius ou ses acolytes, déjà magistralement dénoncée par le R. P. Grumel (148) ne relève nullement de la légende. »

  14. (en) Clarence Gallagher, Church Law and Church Order in Rome and Byzantium : A Comparative Study, Birmingham, Presses universitaires de Birmingham (no 8), (lire en ligne), Note 149

    « There is a large litterature on this point, and many now believe that this Fourth Council of Constantinople of 869/870, which condemned Photios, should not longer be regarded as a general council of the Catholic Church. There is sound evidence to show that it was abrogated by pope John VIII in the Commonitorium that he sent to Constantinople in 879. »

  15. (en) Clarence Gallagher, Patriarch Photius and Pope Nicholas I and the Council of 879, The Catholic University of America Press, , p. 73

    « How did it come about that Pope John VIII’s commonitorium, which authorized the abrogation of the condemnation of Photios and recognized him as the legitimate patriarch of Constantinople, came to be regarded as a complete forgery? These questions have been treated in detail by Dvornik in his classic work on Photios, and his conclusions have been accepted by most modem scholars. »

  16. Siecienski 2010, p. 103.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]