Querelle du Filioque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La querelle du Filioque (prononciation : /fi.ljɔ.kwe/) est le différend théologique qui, à partir du VIIIe siècle, oppose l'Église romaine et l'Église grecque, à propos du dogme de la Trinité. Elle contribuera à la séparation des Églises d'Orient et d'Occident, qui fait naître deux églises : l'Église catholique romaine et l'Église orthodoxe.

Le Saint-Esprit procédant du Père et du Fils, détail du retable de Boulbon, XVe siècle, musée du Louvre

Le débat porte sur le rapport entre le Saint-Esprit, d'une part, le Père et le Fils, d'autre part. À la question « De qui procède le Saint-Esprit ? »[n 1], le Symbole de Nicée-Constantinople répond: « Nous croyons en l'Esprit Saint... qui procède du Père » (dans la formule latine utilisée par les chrétiens d'Occident : « ... ex Patre procedit »). La querelle naît lorsqu'en Occident se généralise la formulation « Nous croyons en l'Esprit Saint... qui procède du Père et du Fils (ex Patre Filioque procedit) », pendant qu'en Orient on insiste que l'Esprit Saint procède du Père seul (ek monou tou Patros).

Historique[modifier | modifier le code]

Icône dite de la Trinité d'Andreï Roublev.

Le symbole de Nicée-Constantinople[modifier | modifier le code]

Le Symbole de Nicée-Constantinople élaboré au premier concile de Constantinople (381) proclame en langue grecque :

« Nous croyons en l'Esprit-Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie, qui procède du Père (τὸ ἐκ τοῦ Πατρὸς ἐκπορευόμενον), qui a parlé par les Prophètes, qui avec le Père et le Fils est adoré et glorifié  »

La formulation évoque (malgré les différences de préposition et de verbe) celle de l'évangile de Jean (XV,26) :

« Lorsque viendra le Paraclet que je vous enverrai d'auprès du Père, l'Esprit de vérité qui procède du Père (ὃ παρὰ τοῦ Πατρός προέρχεται), il rendra lui-même témoignage de moi. »

L'introduction du Filioque en Occident[modifier | modifier le code]

En 589 on tient à Tolède un concile, présidé par Léandre de Séville, alors que le roi Récarède a décidé l'abandon de l'arianisme par les Wisigoths. On attribue souvent à ce IIIe concile de Tolède la première introduction dans la version latine du symbole de Nicée-Constantinople – version dans laquelle il y a aussi la phrase « Deum de Deo » (en français « Dieu né de Dieu »), absente dans le Symbole de Nicée-Constantinople (381), mais présente dans le texte du premier concile de Nicée (325) – du Filioque : « qui ex Patre Filioque procedit », soit en français « qui procède du Père et du Fils »[1]. Mais tous les manuscrits des actes de ce concile de Tolède ne mettent pas Filioque dans le texte du symbole, tandis que tous le mettent dans cette profession de foi que les convertis de l'arianisme devaient prononcer[2]. Alors il est fort probable que ce concile n'a pas introduit le Filioque dans la récitation liturgique du symbole de Nicée-Constantinople[3].

Il y a des doutes aussi autour de l'éventuelle discussion du Filioque au Concile de Gentilly en 767[4]. Ainsi, la première preuve indiscutable de l'inclusion du Filioque dans le Credo de Nicée-Constantinople ne remonte qu'au Concile de Fréjus-Friuli en 796 ou 797[5].

Évidemment, il faut distinguer ce Credo d'autres professions de foi qui parlent de la procession du Saint-Esprit du Père et du Fils : le Symbole d'Athanase, qui remonte au moins au VIe siècle et qui dit : « Spíritus Sanctus a Patre et Fílio : * non factus, nec creátus, nec génitus, sed procédens : le Saint-Esprit vient du Père et du Fils, il n'est ni fait, ni créé, ni engendré, mais il procède »; et la profession dogmatique du pape Léon le Grand en 447[6].

VIIe siècle et VIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Icône de la Trinité dans le Monastère de Vatopedi de la République monastique du Mont-Athos en Grèce

Déjà avant cela, la coutume de chanter le Credo dans la messe, avec le Filioque, se répand en Espagne et en Gaule. Un concile tenu en Angleterre en 680 sous la présidence d'un grec, Théodore de Cantorbéry, déclare que le Saint-Esprit procède du Père et du Fils[7].

L'inclusion du Filioque dans la version latine du Credo de 381 suit la tradition des pères de l'Église latine, qui parlaient d'une procession (du verbe latin procedere) du Saint-Esprit du Père et du Fils[7]. Au milieu du VIIe siècle Saint Maxime le Confesseur cite "les emplois concordants des Pères latins" (συμφώνους χρήσεις τῶν Ῥωμαίων Πατέρων) à cet égard[8],[9],[10],La mise en doute par Vasilios Karayannis en 1988 de l'authenticité de l'écrit en question (V. Karayiannis, Maxime le confesseur. Essence et énergies de Dieu, Paris, 1988, p.88-90) n'a pas été acceptée : on le cite sans hésitation dans les déclarations convenues entre catholiques et orthodoxes comme celle de la Commission théologique orthodoxe catholique d'Amérique du Nord en 2003 (Le Filioque : une question qui divise l'Église ?). En outre, le pape Léon le Grand avait déclaré la doctrine dogmatiquement en 447, avant même la réception par l'Église romaine du symbole de Constantinople au concile œcuménique de Chalcédoine (451)[11].

Un autre facteur était la grande autorité qu'on attribuait en occident à d'autres Credos, en particulier le Symbole des apôtres et le Symbole d'Athanase, et ce dernier confesse que le Saint-Esprit vient du Père et du Fils [7].

Le viiie siècle voit naître un autre facteur : la rivalité entre l'empire occidental franc et l'empire byzantin. Selon certains, c'est sous Charlemagne qu'a lieu l'introduction formelle du Filioque dans le symbole de Nicée-Constantinople[3]. Sous son règne le chant du Credo avec le Filioque est accepté dans les offices de la chapelle palatine d'Aix.

Fin du VIIIe siècle[modifier | modifier le code]

À la suite de la profession de foi exprimée par le patriarche de Constantinople, Taraise (784-806), à l'occasion du deuxième concile de Nicée (787), selon laquelle le Saint Esprit procède du Père par le Fils, les théologiens de Charlemagne accusent le patriarche d'hérésie, mais le pape Adrien Ier le défend[12],[13].

Commencement du IXe siècle[modifier | modifier le code]

En 807, deux moines du couvent latin des Monts des Oliviers à Jérusalem sont présents à Aix, envoyés par le patriarche de Jérusalem[14] et accompagnant une ambassade du calife Hâroun ar-Rachîd, qui avait donné à Charlemagne une sorte de suzeraineté nominale sur la ville de Jérusalem[15], découvrent l'usage de chanter le Credo avec le Filioque, et de retour à Jérusalem, l'introduisent dans leur couvent, provoquant une plainte violente des moines grecs du couvent de Saint-Sabas. Les moines latins font appel au pape, en lui demandant d'informer l'empereur. Charlemagne, auquel le pape envoie une copie de la lettre des moines et de sa réponse, demande à des théologiens, Théodulf, évêque d'Orléans, Smaragde, abbé de Saint-Mihiel et Arn, archevêque de Salzbourg, d'étudier le problème de façon plus profonde ; tous trois concluent à la validité du Filioque. Théodulf écrit à cette occasion le traité De Spiritu Sancto.

À la suite de ces travaux, Charlemagne organise un concile à Aix-la-Chapelle en novembre 809 pour affirmer la doctrine que l’Esprit procède du Père et du Fils. Une délégation du concile demande au pape Léon III la confirmation des décisions. Léon III déclare orthodoxe la doctrine selon laquelle le Saint-Esprit procède du Père et du Fils, mais il désapprouve l'insertion du Filioque dans le symbole de 381, qui ne prétend pas exprimer toutes les vérités de la foi. Pour éviter les scandales il suggère d'imiter l'usage de Rome de ne pas chanter le Credo dans la messe. Après cette discussion, le pape place dans l'église de Saint Pierre au Vatican deux grandes plaques d'argent gravées du texte en grec et en latin, sans le Filioque, du symbole de Nicée-Constantinople. Malgré ce refus du pape, on continue dans presque tout l'occident d'employer dans la liturgie le Credo avec Filioque. Il faut attendre deux siècles pour le voir accepté à Rome[16],[7],[17].

Théologie[modifier | modifier le code]

Une représentation traditionnelle et symbolique de la Trinité en Occident

La querelle autour de cette nouvelle formulation reflète deux conceptions différentes du dogme de la Trinité :

  • pour les catholiques, le Filioque exprime la communion consubstantielle entre le Père et le Fils : filioquisme.
  • pour les orthodoxes, l'Esprit est issu du Père seul (c'est le sens de la Monarchie du Père) quant à son existence hypostatique (personnelle), Il repose dans le fils qui le manifeste à la fois éternellement et dans la création par l'économie de la Grâce (la création et "le don du Saint-Esprit"). "Reste donc que les mots "procéder du Père par le Fils" signifient dans le style de la théologie succincte, que l’Esprit qui procède du Père, est rendu manifeste, se fait connaître, resplendit ou apparaît par le Fils" (Confession de saint Marc d'Ephèse).

Arguments théologiques des catholiques[modifier | modifier le code]

1. Dans sa Somme théologique, saint Thomas d'Aquin, après avoir énuméré les arguments opposés, donne un nouvel argument : si le Saint-Esprit procédait uniquement du Père et pas du Fils, puisque le Fils serait alors dans la même situation, rien ne distinguerait le Saint-Esprit et le Fils, « le Saint-Esprit ne pourrait en aucune manière être distingué personnellement du Fils », puisque les personnes divines ne se distinguent entre elles que par leurs relations : « Respondeo dicendum quod necesse est dicere spiritum sanctum a filio esse. Si enim non esset ab eo, nullo modo posset ab eo personaliter distingui. Quod ex supra dictis patet. » (Ia, Q. 36, art. 2), ce qu'on peut traduire par « je réponds en disant qu'il est nécessaire de dire que l'Esprit Saint est du Fils. En effet, s'il n'est pas de lui, d'aucune façon on ne peut le distinguer personnellement de lui »

2. À cet argument, on peut ajouter le fait que le Père et le Fils étant consubstantiels, il n'est pas possible que le Père agisse sans que le Fils participe totalement à son action.

Arguments théologiques des orthodoxes[modifier | modifier le code]

Selon l'enseignement des Pères, Dieu étant à la fois monade et triade, deux sortes de propriétés seulement peuvent être attribuées aux personnes divines: les attributs essentiels possédés en commun par les trois personnes (la Bonté, l'Etre, la Vie, la Sagesse...), et les attributs personnels (modes d'existence) incommunicables qui définissent chaque hypostase (le fait d'être inengendré pour le Père, la génération pour le Verbe, la procession pour l'Esprit). On voit immédiatement le problème : la spiration par le Père et le Fils "comme d'un seul principe" n'est ni un acte essentiel (ou alors le Saint-Esprit devrait se spirer aussi Lui-même), ni une propriété personnelle incommunicable puisqu'elle est commune au Père et au Fils. Dire que l'Esprit procède ab utroque revient alors à déclarer, soit que les personnes du Père et du Fils sont indistinctes, soit que l'Esprit est une créature.

Pour les orthodoxes, dire que sans le filioque on ne pourrait pas distinguer le Fils et l'Esprit n'est aucunement pertinent puisque, outre le fait que cette affirmation repose sur une doctrine des personnes divines comme relations subsistantes refusée par les orientaux (il est permis néanmoins de dire comme les Pères que les noms des personnes divines indiquent les relations), saint Jean damascène, entre autres, nous a avertis (De la Foi orthodoxe, I, 8 ): "Nous avons appris qu'il y a une différence entre génération et procession, mais de quelle manière a lieu cette différence, on ne peut le savoir. Il y a, en même temps, et la génération du Fils par le Père, et la procession du Saint-Esprit" (nous soulignons).

Historiquement, le filioquisme est apparu dans les spéculations théologiques sur la Trinité du bienheureux Augustin auxquelles les orthodoxes reprochent, en plus de la confusion entre les attributs personnels et naturels expliquée supra, une conception des missions des personnes comme manifestations des processions éternelles, et une explication de ces dernières à partir d'analogies avec l'esprit humain. Il ne fait aucun doute que, lors du premier millénaire, l'affirmation de la nouvelle doctrine s'explique principalement par l'autorité d'un augustinisme s'imposant progressivement partout en Occident. La triadologie d'Augustin prise dans son ensemble est d'ailleurs moins un développement homogène du dogme qu'une doctrine en rupture[18].

En ce qui concerne les citations authentiques des Pères grecs ou latins ante-augustiniens qui semblent évoquer une procession du Fils ou par le Fils, elles peuvent, suivant les contextes, signifier plusieurs choses, entre autres:

- Une simple expression de la consubstantialité trinitaire (cf. la Lettre à Marinos de Maxime le Confesseur et le commentaire de cette lettre par Jean-Claude Larchet[19]). Ainsi l'Esprit est dit "du Fils" en tant qu'Ils ont la même nature (voir par exemple saint Basile le Grand, Sur le Saint Esprit, 18). C'est la consubstantialité de la troisième personne à l'égard des deux autres qui est exaltée dans des formulations souvent mal interprétées telles que celle-ci: "L'Esprit-Saint ne se conçoit pas étranger à l'essence du Monogène; Il provient naturellement d'elle, aucun autre n'existe en dehors de Lui dans l'identité de nature, bien qu'il soit compris existant par Lui-même... Aucun être n'étant auprès de Lui que son Esprit, en raison de la consubstantialité" (saint Cyrille d'Alexandrie, Sur Jean, X et XV).

- Le fait que la génération du Fils soit considérée, logiquement mais non réellement, avant la procession de l'Esprit: le Fils en effet, avec son titre de "Monogène", a une relation immédiate au Père (celle de la filialité à la paternité), ce qui n'est pas le cas de l'Esprit. Néanmoins, cette relation directe ne signifie nullement une priorité dans l'ordre de l'être, dans le sens où le Fils recevrait son existence "avant" l'Esprit, ni à plus forte raison une médiation causale du Fils dans la spiration de l'Esprit (cf. saint Grégoire de Nysse, Ad Ablatium, GNO III-1).

- Selon Grégoire II de Chypre, le "resplendissement" éternel de l'Esprit à partir du Fils (car procédant du Père seul, Il repose éternellement dans le Fils).

- La manifestation des énergies divines dans le monde créé, qui jaillissent du Père, progressent par le Fils et se parachèvent dans l'Esprit Saint (voir saint Grégoire de Nysse, Lettres, V et XXIV). C'est l'Esprit dans son énergie (et non dans son essence hypostasiée) qui sort par le Fils.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Textes d'origine ecclésiastique[modifier | modifier le code]

  • Catéchisme de l'Église Catholique, § 243 à 248.
  • Clarification pontificale pour la promotion de l’unité des chrétiens, « Les traditions grecque et latine concernant la procession du Saint-Esprit », dans Documentation Catholique, 1995, no 19, p. 941-945, document en ligne.
  • Déclaration commune de la Commission théologique orthodoxe-catholique d’Amérique du Nord, Saint Paul’s College, Washington, DC, 2003 article en ligne.

Textes de théologiens[modifier | modifier le code]

  • Photios Ier de Constantinople, Mystagogie du Saint Esprit, Fraternité orthodoxe St Grégoire Palamas, Paris, 1991.
  • Anselme de Cantorbéry, De processione Spiritus Sancti contra Græcos, 1101, P. l., t. CLVIII, p. 280-326.
  • Thomas d'Aquin, Somme théologique, Ia, Q. 36, a. 2, a. 3 et a. 4.
  • Grégoire Palamas, Traités apodictiques sur la procession du Saint-Esprit, Les Éditions de l'Ancre, coll. "L'Arbre de Jessé", Paris-Suresnes, 1995.
  • Nil Cabasilas, Sur le Saint-Esprit, Cerf, coll. Théologie byzantine, Paris, 2001.
  • Lukas Visher (éd.), La Théologie du Saint-Esprit dans le dialogue entre l'Orient et l'Occident, Le Centurion-Taizé, Paris, 1981.
  • Jean-Miguel Garrigues, o.p., Le Saint-Esprit sceau de la Trinité, Cerf, coll. Cogitatio Fidei, Paris, 2011.
  • Jean-Miguel Garrigues, o.p., L'Esprit qui dit « Père ! » et le problème du filioque, Téqui, coll. Croire et Savoir, Paris, 1982.
  • Avery Dulles, s.j., « The Filioque: What Is at Stake? », dans Concordia Theological Quarterly, vol. 59, no 1-2, 1995.
  • Jean-Claude Larchet, « La question du Filioque. À propos de la récente Clarification du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens », dans Theologia, vol. 70, no 4, Athènes, 1999, article en ligne.
  • Jean-Claude Larchet (éd.), La Vie et l'œuvre théologique de Georges/Grégoire II de Chypre (1241-1290): Patriarche de Constantinople, Cerf, coll. Théologie byzantine, Paris, 2012.

Textes d'historiens[modifier | modifier le code]

  • Jean Favier, Charlemagne, Paris, Fayard, 1999, p. 410-412.
  • Dimitris Michalopoulos, "Le crypto-paganisme byzantin et la question de Filioque", ''Apeiron'' (Minho), no. 9 (01/2017), p.179-209.
  • Georges Minois, Charlemagne, Paris, Perrin, 2010, p. 437 et 440-441.
  • (en) A. Edward Siecienski, The Filioque : History of a Doctrinal Controversy, Oxford, Oxford University Press, 2010.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En langage théologique: problème de la « procession du Saint-Esprit ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Favier, Charlemagne, Paris, Fayard, , p. 410-412
  2. "La questione storica nella controversia del «Filioque»" en Civiltà Cattolica, Année 81 (1930), vol. I, p. 313–316
  3. a et b Pierre Gisel, La subversion de l'Esprit: réflexion théologique sur l'accomplissement de l'homme, Labor et Fides 1993 (ISBN 978-2-83090700-1), p. 72
  4. Thomas F.X. Noble, "Kings, clergy and dogma: the settlement of doctrinal disputes in the Carolingian world" dans Stephen David Baxter, Early Medieval Studies in Memory of Patrick Wormald, Ashgate 2009 (ISBN 978-0-7546-6331-7), p. 237–241
  5. James I. Cook, The Church Speaks: Papers of the Commission on Theology, Reformed Church of America, 1984-2000, Eerdmans 2002 (ISBN 978-0-8028-0980-3), p. 93–94
  6. Catéchisme de l'Église catholique, 247
  7. a, b, c et d Commission théologique orthodoxe-catholique d’Amérique du Nord, Déclaration commune Le Filioque : Une question qui divise l'Église ?
  8. Migne, Patrologia Graeca, 90, col. 136
  9. Pierre Piret, Le Christ et la Trinité : selon Maxime le Confesseur, Beauchesne 1983 (ISBN 978-2-70101069-4), p. 100
  10. Serge Boulgakov, Le Paraclet, L'Age de l'homme 1996 (ISBN 978-2-82510718-8), p. 98
  11. Catéchisme de l'Église Catholique, 247
  12. Serge Boulgakov, Le Paraclet, L'Age d'Homme 1996 (ISBN 978-2-82510718-8), p. 99
  13. J.N.D. Kelly, Early Christian Creeds, Routledge 2014 (ISBN 978-1-31787173-6), p. 364
  14. Georges Minois, page 437
  15. Charles Héfélé, Histoire des Conciles, vol. 5, pages 171–174
  16. Héfélé, p. 177–178
  17. Bertrand Fauvarque, dans Yves-Marie Hilaire, Histoire de la papauté, éd. Seuil/Points, 2003, p. 152
  18. «L'historien du dogme qui, venant des écrits du IVe siècle, débouche sur Ι'œuvre d'Augustin [constate que] la ligne de rupture dans le développement synthétique de la doctrine trinitaire ne se trouve pas entre Augustin et nous, mais entre lui et ses prédécesseurs immédiats». Ephraem Hendrickx, Introduction à Œuvres de saint Augustin, 15, La Trinité, Desclée de Brouwer, Paris, 1955, p. 22.
  19. Jean-Claude Larchet, « La question du Filioque. À propos de la récente Clarification du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens », Theologia, vol. 70, no 4,‎