Aller au contenu

Process Communication Model

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Process Communication)

Process Communication Model® (PCM) est un outil de gestion de la relation créé par le psychologue américain Taibi Kahler, issu de l’école de l'analyse transactionnelle[1]. Cet outil part de l'idée que les comportements sous stress peuvent être prédits et évités. Il élabore un profil de personnalité basé sur un questionnaire, le Personality Pattern Inventory (PPI), qui a été complété par plus de 1 450 000 personnes dans le monde[réf. nécessaire].

L'objectif du PCM est de mieux se connecter à l'autre et à renforcer la motivation en identifiant des comportements comme "positifs" ou "sous stress". Cependant, des controverses existent quant à l'efficacité de cette pratique.

Le psychologue américain Taibi Kahler est praticien en psychothérapie et expert en analyse transactionnelle. À partir de 1969, il étudie les interactions entre les personnes et invente le concept des mini-scénarios qui seront la base de PCM. Il reçoit en 1977 le prix Eric Berne, qui récompense les contributions à l'analyse transactionnelle[2] pour ce concept.

Au début des années 1980, Terry McGuire, psychiatre-en-chef à la NASA et chargé du recrutement et de la formation des astronautes, fait appel à Taibi Kahler qui travaillait sur les mini-scénarios de l'analyse transactionnelle, afin de s'assurer de la meilleure collaboration possible entre les astronautes pendant leurs missions[3].

Taibi Kahler étudie les interactions entre individus. Il s'efforce de comprendre pourquoi certaines génèrent des issues positives (motivation renforcée, stimulation à l'action et à l'atteinte de résultats, …) et d'autres aboutissent à des issues négatives (démotivation, immobilisme, agressivité, dépression, …). En s'appuyant sur les concepts de l'analyse transactionnelle, il constate plusieurs phénomènes :

  • Chaque individu emploie des schémas comportementaux récurrents appelés "scénarios" en analyse transactionnelle. Ceci parce qu'il cherche à satisfaire ses besoins psychologiques selon des stratégies souvent apprises de longue date et qu'il reproduit en permanence. Il s'agit des 6 scénarios élaborés par Eric Berne dans son livre "Que dites-vous après avoir dit bonjour?" (page 177). Les besoins psychologiques (faims ou appétits) sont issus du livre d'Eric Berne "Amour, Sexe et Relations" (pages 204 et 205)
  • D'un individu à l'autre, les schémas comportementaux diffèrent.
  • Les difficultés de communication sont d'autant plus importantes que les individus ont des schémas comportementaux éloignés.

À l'issue de ses observations, il propose une classification de ces schémas en 6 catégories, les "types de personnalité", et une méthode pour mieux gérer la relation. Cette méthode deviendra le Process Communication Model. Pour élaborer les mini-scénarios, Taïbi Kahler a utilisé le diagnostic comportemental de Berne (mots, voix, expressions du visage, gestes, attitudes) pour identifier la manière dont les six scénarios s'expriment physiquement. Taïbi Kahler explique dans son livre "Le grand livre de la Process Thérapie", qu'il a filmé des patients en psychothérapie et qu'il a ensuite regardé au ralenti les séquences dans lesquelles ils étaient dans leur "scénario". Son travail a consisté ensuite à noter ces signaux physiques issus du diagnostic comportemental de Berne pour définir les mini-scénarios qui portent aussi le nom de "drivers" ou "messages contraignants".

Process Communication Model (PCM) se distingue d'autres méthodes de développement personnel en insistant sur la relation à soi et à l'autre[4] par des comportements directement observables.

Description

[modifier | modifier le code]

Six types de personnalité et trois degrés de stress

[modifier | modifier le code]

Selon Taibi Kahler, on peut retrouver chez toute personne six types de personnalité. Il considère que chaque type comporte une certaine dose de stress, à laquelle le Process Communication Model apporte un antidote[5]. Chaque type porte un nom (entre parenthèses, le nom en anglais) :

  1. Analyseur (Thinker[6]),
  2. Persévérant (Persister),
  3. Énergiseur (Rebel),
  4. Promoteur (Promoter),
  5. Empathique (Harmonizer),
  6. Imagineur (Imaginer).

Le questionnaire élaboré par Taibi Kahler permet d'évaluer l'ordre des Types de personnalité associés à un taux d'énergie disponible, ainsi que les Mécanismes de réussite et d'échec des participants[7]. Les six Types sont alors représentés sous la forme d'un empilement, l'« immeuble », où le type dominant est appelé "Base". Selon Kahler, cette Base se fixe vers l'âge de 7 ans et reste la Base pour la vie entière. Cependant la Phase, source de nos motivations et de nos comportements sous stress les plus observables, peut changer au cours de la vie, notamment lors d'une période de stress intense (positive ou négative) dans un « changement de Phase »[8]. La Base reste ; mais les comportements associés deviennent moins visibles qu'auparavant.

Les degrés de stress en PCM correspondent à une réduction graduelle des capacités intellectuelles et émotionnelles des personnes qui commence par des problèmes relationnels et va jusqu'au blocage de la communication. Ces degrés sont au nombre de trois, du plus léger au plus lourd[9] :

  • premier : driver (de l'anglais to drive, conduire) qui peut se traduire dans ce contexte par « message contraignant »[10]),
  • deuxième : mécanisme d'échec,
  • troisième : désespoir.

Le profil PCM permet de déterminer les Besoins Psychologiques de Base et Phase à combler régulièrement afin de diminuer le Stress [11].

Gérer la Mécommunication

[modifier | modifier le code]

PCM propose des outils pour gérer la relation et les comportements sous stress. Pour chaque type de personnalité, une interaction est composée de trois éléments[12] :

  • la Perception du monde,
  • le Canal de communication privilégié,
  • le Besoin Psychologique à combler.

Une interaction correspond à une phrase construite à partir de ces trois éléments. Une ou deux interactions vont inviter l'interlocuteur à sortir de sa Séquence de Stress.

Les Besoins Psychologiques

[modifier | modifier le code]

C'est l'outil le plus important de PCM pour la gestion du stress. Comme la satisfaction des besoins physiologiques permet d'être en bonne santé, la satisfaction des Besoins Psychologiques permet de sortir du stress[13].

La Perception du monde

[modifier | modifier le code]

La Base d'une personne influe sur sa façon de voir le monde, de communiquer et de gérer la relation aux autres. Tenir compte de cette façon de voir d'un interlocuteur permet d'améliorer la communication[14].

Les Canaux de communication

[modifier | modifier le code]

Un Canal de communication représente l'ensemble des moyens mis en œuvre pour faire passer un message. Ces moyens combinent le ton de la voix, l'attitude corporelle (expression du visage, gestes, postures) et le choix des mots. Le modèle distingue 5 Canaux de communication, chaque type de personnalité ayant son canal privilégié[15] :

  • le Canal 1 : Interruptif[16]. Ce canal est utile en contexte de stress sévère pour reprendre le contrôle. Ce canal est rarement employé dans la vie quotidienne.
  • le Canal 2 : Directif, pour les types Promoteur et Imagineur : passe par la réflexion, les mots incitent à l'action (verbes à l'impératif), le ton et l'attitude sont neutres, sans émotion particulière.
  • le Canal 3 : Interrogatif, pour les types Persévérant et Analyseur : le propos est orienté sur les faits ou les opinions ; il contient souvent des questions, le ton est neutre, sans émotion particulière, éventuellement appuyé sur certains mots (les mots-clés du discours) ; l'expression est sobre, la posture du corps est droite.
  • le Canal 4 : Nourricier, pour le type Empathique : les mots parlent d'émotions, de ressentis, le ton de la voix est doux, l'attitude est souriante, détendue et tournée vers l'autre.
  • le Canal 5 : Émotif, pour le type Énergiseur : beaucoup d'onomatopées et de mots expressifs dans le discours ; le ton est enthousiaste, accompagné d'une gestuelle dynamique.

Fonctionnement du modèle

[modifier | modifier le code]

La 1e étape de la communication consiste à identifier sa combinaison personnelle. Cela se fait au moyen d'un questionnaire de personnalité. Le résultat donne la représentation d'un "immeuble" empilant les 6 types de personnalité, depuis la plus marquée jusqu'à la moins marquée. Chaque "étage" de l'immeuble a une quantité d'énergie disponible pour chaque Type de Personnalité. Le rez-de-chaussée représente la Base, c'est le type de personnalité acquis dans l'enfance et que l'on conserve toute sa vie. Au même niveau ou plus haut, se trouve la Phase, notre motivation actuelle et nos comportements sous stress les plus courants. Au dernier étage de l'immeuble se trouve le type de personnalité le moins marqué.

Une personnalité se définit donc essentiellement par deux types de personnalité: la Base et la Phase. Une Phase peut durer de quelques années à toute une vie.

Pour communiquer de manière satisfaisante, deux personnes vont chercher à parler un langage commun où la forme tient une grande place. Pour quelqu'un qui souhaite communiquer, la question est donc d'identifier le Canal de communication préférentiel de son interlocuteur et à l'utiliser. La 2e étape de la communication consiste à identifier chez l'autre le type de personnalité le plus présent (base et phase active) en s'appuyant sur des indices comportementaux : expressions et tournures de phrases, attitudes, habillement, organisation de l'espace de vie, centres d'intérêt, relations avec les autres, etc.

La dernière étape consiste à utiliser les Canaux de communication adaptés à chaque interlocuteur. Si les deux interlocuteurs ont le même Type de Personnalité en Base, la communication sera simple tant qu'ils restent hors stress ; s'ils sont de types très éloignés, la communication sera facilitée si l'un et l'autre sont capables de prendre l'ascenseur de leur Immeuble pour utiliser le Canal de communication préféré de l'autre. Plus le nombre d'étages à grimper est important, plus la communication demandera de l'énergie pour s'adapter à l'autre.

La question existentielle et la gestion du stress

[modifier | modifier le code]

Selon Taibi Kahler, quand les Besoins Psychologiques d'une personne ne sont pas nourris, elle ressent un stress. Sa Perception du monde et ses capacités cognitives sont réduites. Pour communiquer, elle utilise des comportements de moins en moins rationnels au fur et à mesure que le stress grandit. Ces comportements ont parfois été appris il y a longtemps. Pour combattre le stress, la personne va chercher à se rassurer en répondant inconsciemment à sa question existentielle, qui diffère selon le Type de Personnalité :

  • Empathique : "Suis-je aimable ?" Elle renvoie au Besoin Psychologique d'être reconnu en tant que personne.
  • Persévérant : "Suis-je digne de confiance ?" Elle renvoie aux Besoins d'être reconnu pour son travail dévoué.
  • Energiseur : "Suis-je acceptable ?" Elle renvoie au Besoin de contact positif, voire ludique.
  • Analyseur : "Suis-je compétent ?" Elle renvoie au Besoin d'être reconnu pour son travail productif.
  • Imagineur : "Suis-je voulu ?" Elle renvoie au Besoin de solitude.
  • Promoteur : "Suis-je vivant ?" Elle renvoie au Besoin d'excitation.

Controverses

[modifier | modifier le code]

La Psychologie est considérée par certains comme une pseudo-science [17]/. Conséquemment, tous les modèles de personnalité s'ouvrent à la critique.

Piet van der Ploeg, enseignant à l'université des sciences appliquées d'Amsterdam, critique son usage à l'école dans une publication intitulée : "Nonsense-based education and self-disqualification, illustrated by the Process Communication Model"[18].

Le mémoire "The effects of Using the Process Communication Model to Support the Behaviors of Students with Disabilities" de Heather Cipolla (3 décembre 2013) portant sur 3 étudiants se conclut par : "En regardant de près les données numériques, les interventions du PCM ont eu un léger impact sur le comportement de Shelly, aucun impact sur celui de Rick, et étaient presque sans pertinence dans les données de Tom."[19]

Une étude réalisée par Michael Gilbert a montré les résultats de la formation PCM dans le district scolaire d'Apache Junction sur une période de 3 ans :

- le district a réduit le taux de rotation des employés de 43 % à moins de 3 % (en dépit du fait que le district offrait des salaires inférieurs à ceux des districts voisins) [source insuffisante]

- les résultats des élèves dans chaque classe ont augmenté de façon spectaculaire [source insuffisante]

- le taux d'échec en septième et huitième année a chuté de 20 % à moins de 2 % - le besoin de mesures disciplinaires pour les élèves a diminué de façon substantielle [source insuffisante]

- le taux d'obtention du diplôme a augmenté le taux d'obtention de diplômes a augmenté [source insuffisante]

- le pourcentage d'élèves qui poursuivent leurs études à l'université ou dans un autre type de formation postsecondaire est passé de 19 % à plus de 43 % [source insuffisante]

- la satisfaction et le moral des employés, parents et les élèves ont atteint un niveau record[20].[source insuffisante]

Le mémoire de Sheehey: "a case study of lessons learned from teaching process communication to middle school students in a traditional public school classroom" ne dispose pas de groupe de contrôle[21].

Concernant l'étude de Appold (2006), selon Piet van der Ploeg, Kalher aurait émis l'avis suivant[22] :

  1. La sensibilisation au PCM n'a pas été suffisante pour produire des résultats fiables et significatifs en termes de progrès scolaires des élèves.
  2. L'application du PCM par les enseignants n'a peut-être pas été pleinement mise en œuvre ou être cohérente.
  3. Une formation plus longue et plus approfondie au PCM, avec accompagnement, examen et évaluation, était nécessaire.

Dans son étude de 1995, Hawking a examiné dans trois écoles si l'expérience des enseignants dans l'utilisation du Process Communication Model (PCM) avait un impact sur les résultats scolaires des élèves. Il n'a trouvé aucune différence significative dans deux des trois écoles, et aucune différence pour les garçons dans aucune des trois écoles. Il a trouvé une différence significative uniquement pour les filles dans une des trois écoles[23]. L'étude est pourtant souvent citée comme une preuve d'efficacité de la PCM.

L'étude de Wallin de 1992 conclue que "la personnalité de l'enseignant n'a pas de relation significative avec ses décisions de notation, mais que la note d'un élève est significativement affectée par sa personnalité, son sexe, son origine ethnique et son mode de comportement"[24]. Pourtant, quand Kahler cite cette étude, il annonce que "la note d'un élève est significativement affectée par la différence de structure de personnalité entre celle de l'enseignant et celle de l'élève.". Selon Piet van der Ploeg, "Si les partisans estiment nécessaire d'amplifier et de déformer les résultats de la recherche scientifique, alors il y a manifestement un manque de preuves positives."[25]

Une recherche récente publiée dans un journal à comité de lecture a étudié la relation entre la personnalité et la capacité à traiter des informations visuelles globales et locales. Le phénomène de préséance globale a été évalué par une tâche standard de recherche visuelle et les 77 participants ont également été soumis au questionnaire PCM. Les résultats suggèrent que la capacité à traiter les propriétés globales et locales des stimuli visuels varie en fonction du Type de Base des participants. Quatre des six Types de Base présentaient une préséance visuelle globale classique, les deux autres Types (énergiseur et imagineur) ne présentaient qu'un effet de distracteurs et un effet d'avantage global, respectivement. Pris ensemble, ces résultats montrent que chacun perçoit différemment la "forêt" (information globale) et l'"arbre" (information locale)[26].

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Gelin et Truong 2010, p. 70
  2. Bécquereau et Nélaton 2015, p. 19.
  3. Bécquereau et Nélaton 2015, p. 17.
  4. Bécquereau et Nélaton 2015, p. 16.
  5. Bécquereau et Nélaton 2015, p. 19-20.
  6. (en-US) « Types of Personality - PCM® », sur processcommodel.com (consulté le ).
  7. Bécquereau et Nélaton 2015, p. 21.
  8. Bécquereau et Nélaton 2015, p. 22.
  9. Bécquereau et Nélaton 2015, p. 28.
  10. Bécquereau et Nélaton 2015, p. 35.
  11. Bécquereau et Nélaton 2015, p. 24.
  12. Bécquereau et Nélaton 2015, p. 41.
  13. Bécquereau et Nélaton 2015, p. 42.
  14. Bécquereau et Nélaton 2015, p. 43-44.
  15. Bécquereau et Nélaton 2015, p. 44-45.
  16. Collignon 2010, p. 66.
  17. (en) Ashutosh Jogalekar, « Is psychology a “real” science? Does it really matter? », sur Scientific American Blog Network (consulté le )
  18. (en) Piet van der Ploeg, « Nonsense-based education and self-disqualification. Illustrated by the Process Communication Model », sur academia.edu, (consulté le ).
  19. (en) Heater Cipolla, The effects of Using the Process Communication Model to Support the Behaviors of Students with Disabilities
  20. (en) Michael Gilbert, « Dreamers, Rebels, And Others », Executive Educator, vol. 14, no 6,‎ , p. 32–33 (ISSN 0161-9500, lire en ligne, consulté le )
  21. (en) Piet van der Ploeg, Nonsense‐based education and self‐disqualification, p. 5
  22. (en) Piet van der Ploeg, Nonsense‐based education and self‐disqualification, p. 6
  23. (en) David Hawking, The Effects of Process Communication Model Training on Teacher Behavior and Student Achievement: A Comparison of Three Schools
  24. (en) Mark B. Wallin, "Making" the grade: The effects of teacher personality types on student grading practices
  25. (en) Piet van der Ploeg, Nonsense‐based education and self‐disqualification, p. 8
  26. (en) Sixtine Lefebvre et Virginie Beaucousin, « Seeing the forest or the tree depends on personality: Evidence from process communication model during global/local visual search task », PLOS ONE, vol. 18, no 4,‎ , e0284596 (ISSN 1932-6203, PMID 37083695, PMCID PMC10121018, DOI 10.1371/journal.pone.0284596, lire en ligne, consulté le )

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Sandrine Gelin et Khuê-Linh Truong, Conduire une réunion avec efficacité, Paris, Eyrolles, , 188 p. (ISBN 978-2-212-54543-2, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Christian Becquereau et Sylvie Nélaton, La Process Com® : Découvrez quel est votre profil et nouez de bonnes relations avec votre entourage, Paris, Eyrolles, , 201 p. (ISBN 978-2-212-55786-2, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Gérard Collignon, Comment leur dire... : La Process Communication, InterÉditions, Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jérôme Lefeuvre, Découvrir la Process Communication,  éd. InterÉditions, 2009
  • Gérard Collignon et Pascal Legrand, Coacher avec la Process Com,  éd. InterÉditions
  • Jérôme Lefeuvre, S'entraîner à la Process Communication au quotidien,  éd. InterÉditions
  • Yves Constantinidis, Communiquer sans stress avec la Process Com,  éd. Eyrolles, 2016
  • Brigitte Esnoult et Pascal Legrand, Bien communiquer par son look, La Process Com Image,  éd. InterÉditions, 2010
  • Taibi Kahler, Communiquer, motiver, manager en personne,  éd. InterÉditions, 2009
  • Taibi Kahler, Le grand livre de la Process Thérapie, éd. Eyrolles, 2010
  • Taibi Kahler, le miniscénario, éd Le journal de l'analyse transactionnelle, 1974
  • Christian Becquereau, Process Com pour les Managers,  éd. Eyrolles, 2011 - 2e édition
  • Eric Berne, Que dites-vous après avoir dit bonjour, éd. Tchou, 2006
  • Eric Berne, Amour, sexe et relations, éd Analyse Transactionnelle, 2010
  • Kahler Communication, présentation du modèle : Le modèle Process Communication

Liens externes

[modifier | modifier le code]